Dim.
26
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition
Édition : Urticaire

1, 2, 3 Souriez !

radar_automatique_souriez.jpg

 

Cher lecteur, j'ai une grande annonce à te faire ! Toi qui lit ces quelques lignes, c'est un peu timidement que je vais t'avouer quelque chose que j'attends depuis que je suis un petit garçon : je vais acheter ma première voiture à moi (non, ne cherche pas, lecteur, à savoir qui je suis, j'incarne ici même un personnage de fiction qui m'aidera à justifier mon propos).

Je ne sais pas si tu as, toi aussi, acheté une voiture récemment, mais le choix est extrêmement difficile, tant le nombre de véhicules de toutes marques est important ! Pigeon, Citron, Aston ? Non, c'est la voiture de James Bond, ça ne serait pas discret pour aller cherche mon fiston à l'école...Je suis un homme, un vrai, ma virilité réside dans ma voiture et ma capacité à tenir la bière, il faut que j'assure ! Je vais donc regarder la puissance et la vitesse à laquelle mon bolide m'emmènera arpenter le bitume, c'est d'ailleurs sur ce critère que les brochures attirent le client.

 

Voila c'est fait, je viens de débourser les 19345 euros qui me séparait de mon rêve. Enfin, j'existe !

 

Une semaine est passée, j'ai ma caisse pour moi, rien qu'à moi, dans le garage, je la polie tous les jours, appréhendant déjà l'instant ou cette satanée rayure me sautera au visage, je préfère ne pas y penser, je ne suis pas encore prêt pour un tel choc.

Soudain la porte s'ouvre avec fracas et ma femme, pourtant si rare dans cette partie de la maison, me regarde l'air furieux, en me tendant un papier estampillé Ministère de l'Intérieur. J'avale ma salive dans une déglutition non dissimulée et m'aventure à poser la question fatidique.

Je suis aussitôt informé que mes excès de confiance au sein de mon bolide me coûtent 135 euros. Oui, j'ai eu le malheur de rouler à 41 km/h, là ou il était indiqué que la vitesse était momentanément limitée à 30km/h. Et j'ai eu la malchance de le faire dans ce quartier désert ou pourtant ce gentil agent s'était posté, jumelles aux poings. Comment lui en vouloir, il n'a du voir passer que cinq voitures et deux vélos dans tout l'après-midi.

Mon argument sur le renflouement des caisses de l'état et les quotas aurait pu fonctionner s'il n'avait pas fallu que je l'utilise encore trois fois...Je sais, j'exagère, mais il faut bien que je passe la quatrième vitesse de temps en temps quand même !

 

Aujourd'hui, je n'ai plus beaucoup de points, je suis un chauffard, on me l'a assez répété. C'est donc à pieds que je vais chercher le pain ce matin. Il pleut, j'ai froid, je marche dans le vent avec une religieuse au chocolat comme seul soutient psychologique à ma détresse lorsqu'un énorme radar tout sourire me regarde, trônant fièrement sur l'affiche d'un abris bus. Je m'approche, et, pendant que je lis ce qui est indiqué, je reprends espoir, la joie m'envahit...je vais, moyennant quelques euros, pouvoir racheter mes points et ainsi, après quelques jours de stage, retrouver enfin mon volant et mes sièges en cuir.

Alors je dis merci ! Merci de nous proposer ces stages ! Merci d'échanger un peu de notre argent contre cet immense plaisir qu'est la conduite à 50 km/h d'engins superbes.

Je rentre en courant annoncer la nouvelle à ma femme. Je suis heureux.

 

GrattePoil

 

Newsletter