Crime contre l'Humanité

Nos dirigeants, en insultant, emprisonnant, gazant et tirant sur les gilets jaunes pacifiques avec des LBD en les mutilant à vie parce qu'ils manifestent contre la politique gouvernementale, se rendent coupables de ce pour quoi la Cour pénale internationale pourrait les juger pour crime contre l'Humanité.

Francaises, Francais

yolandetetart@gmai.com

Une partie d'une population appelée les gilets jaunes, soutenue par plus de 60 % de la population, pour protester contre la politique sociale et fiscale de son pays, manifeste de diverses manières.

Ils s'installent tout d'abord sur les ronds points de leur pays. Quand ils commencent à être trop entendus et soutenus, le gouvernement de ce pays les fait chasser de ces ronds points en espérant qu'ils disparaîtront du paysage.

Mais ils s'entêtent et manifestent tous les samedis dans les villes et villages de leur pays. Pour tenter de les discréditer, on laisse quelques casseurs infiltrer les manifestants pour faire croire que ce sont les gilets jaunes qui cassent, et détruisent les vitrines des magasins, les biens publics, et agressent les forces de l'ordre.

Ces images circulent en boucle sur les chaînes télévisées et persuadent quelques français naïfs de leurs méfaits.

Mais il n'en est rien. Pour preuve, cette vidéo tournée par les observateurs des pratiques policières de Toulouse qui se sont mélés eux aussi aux manifestants pour observer ce qui s'y passe vraiment et qui rendent compte de ce qu'ils y ont vu. Ce sont des observateurs totalement neutres, indépendants du pouvoir en place, qui ne font que témoigner de ce qu'ils ont vu et vécu.

Voici le lien sur lequel vous pourrez écouter ce qu'ils en pensent. Pour participer à toutes les manifestations régionales depuis le début du mouvement, je peux vous assurer que ça reflète vraiment ce qui se passe sur le terrain.

https://www.20minutes.fr/societe/2442491-20190203-gilets-jaunes-toulouse-observateur-violences-policieres-blesse-lors-acte-12

 

Pour l'observatoire, composé de membres de la Ligue des droits de l'Homme, du syndicat des avocats de France et de la Fondation Copernic, les forces de l'ordre "ont fait un usage disproportionné de lacrymogènes, de bombes de désencerclement et de flashball" lors de l'acte 12 et avant.

Ce jour là, huit personnes ont été blessées dont un membre de l'observatoire. Ce bénévole, équipé d'un casque et reconnaissable grâce à sa chasuble jaune et bleu, a été atteint par un projectile au niveau du front. Pris en charge par une équipe de street médics, il a ensuite été évacué par les pompiers. Etait-il violent ? NON. A t'il été visé intentionnellement ? OUI. Tout comme des milliers d'autres blessés.

Les gilets jaunes des criminels ? NON. Pourtant ils sont traités comme des ennemis de la république : chassés des ronds points, verbalisés sous n'importe quels prétextes, insultés par le président et ses ministres, interpellés sans raison, empêchés de manifester, arrêtés en masse bien souvent sans motif un questionnaire spécial leur étant réservé face à une police politique, blessés, mutilés à vie, tombés dans la rue sous les coups de matraques, de grenades et de flashball, ils voient leur vie basculer pour être allés manifester pacifiquement dans la rue pour défendre leurs droits. Maintenant avec la loi soi disante "anti casseurs" un préfet et non un juge va pouvoir leur interdire de manifester, non pas pour avoir été violents et jugés pour tels, mais pour une intention de l'être, comme si un préfet nommé par le pouvoir pouvait savoir ce qu'il y a dans la tête d'un manifestant. Un article de Médiapart soulignera qu'en adoptant ce texte qui porte atteinte aux libertés fondamentales, la majorité présidentielle bascule dans l'indignité. Il s'agit bien de préventions policières et administratives ainsi que de sanctions, et non d'un désir de préserver la liberté fondamentale qui est celle de manifester.

 

CE PAYS N'EST PLUS UNE REPUBLIQUE, C'EST UNE DICTATURE ET C'EST EN FRANCE

 

Dans un temps pas si éloigné, ce sont les juifs, les gitans, les handicapés mentaux qui étaient pourchassés. L'histoire les a reconnus comme victimes d'un CRIME CONTRE L'HUMANITE

 

Savez-vous quelle est la définition d'un crime contre l'humanité ? Ce n'est pas seulement dans les pays comme le Rwanda, ou dans les pays en guerre qu'il y a des crimes contre l'humanité. Chez nous aussi. Et ce sont les gilets jaunes qui en sont les victimes.

Le crime contre l'humanité est une "violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d'un individu ou d'un groupe d'individus inspirée pour des motifs politiques .........." ce qui est le cas des gilets jaunes.

L'article 7 des Statuts de Rome donne la liste des crimes de droit communs qui sont des crimes contre l'humanité dès lors qu'ils sont commis sur ordre "dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique dirigés contre toute population civile": emprisonnement abusif, torture, persécution de masse, etc...

Le crime contre l'humanité est défini par l'article 6c du statut du Tribunal militaire international de Nuremberg : "l'assassinat, l'extermination, la réduction en esclavage, la déportation, ET TOUT AUTRE ACTE INHUMAIN INSPIRE PAR DES MOTIFS POLITIQUES ....... ET ORGANISES EN EXECUTION D'UN PLAN CONCERTE A L'ENCONTRE D'UN GROUPE DE POPULATION CIVILE"

 

Regardez et écoutez entièrement la vidéo dont vous avez le lien ci-dessus et dessous, puis relisez la définition de crime contre l'humanité, et en votre âme et conscience demandez vous si nous n'y sommes pas. Et si vous pensez que oui, ne vous en faites pas complices et dénoncez le haut et fort par tous les moyens.

Ce gouvernement a donné ordre de réprimer, emprisonner, frapper, mutiler tout une partie de la population parce qu'elle s'oppose à la politique gouvernementale.

 

https://www.20minutes.fr/societe/2442491-20190203-gilets-jaunes-toulouse-observateur-violences-policieres-blesse-lors-acte-12

 

JE PENSE QU'IL S'AGIT D' UN CRIME CONTRE L'HUMANITE

 

J'invite toute personne ayant été blessée lors des manifestations des gilets jaunes à se rassembler et se constituer en collectif pour déposer un dossier à la Cour Pénale Internationale pour crime contre l'humanité, afin que ce gouvernement, ses donneurs d'ordres et ceux qui les exécutent soient jugés, et punis s'ils sont déclarés coupables.

 

 

Une gilet jaune venue de l'Est de la France

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.