Portfolio

Pyrénées Orientales : la commune d’Elne est devenue l’épicentre des putschistes

Une machine à fomenter les coups d’État, domiciliée à Barcelone, célébrera son 60ème anniversaire le 16 juillet prochain dans les Pyrénées Orientales. À l’origine, Òmnium Cultural devait assurer la promotion de la culture et de la langue catalanes. Aujourd’hui, elle nie le droit d’existence des catalans non séparatistes
  1. La machine à propagande et à fomenter des soulèvements populaires Òmnium Cultural, domiciliée à Barcelone, célébrera son 60ème anniversaire le 16 juillet prochain. 
    À l’origine, Òmnium Cultural, fondée avec la bénédiction du dictateur Franco, devait assurer la promotion de la culture et de la langue catalanes.
    On est au début des années soixante. Le caudillo est particulièrement apprécié par les bourgeois catalans, dont certains ont fait fortune comme négriers. Entre autre la famille d’Artur Mas. Le dictateur leurs le rend bien. Il demande à ses ministres d’apprendre les rudiments du catalán - encore réduit au rang de dialecte à cette époque; il sauve à deux reprises le FC Barcelone de la faillite; il offre un comptoir commercial international à la Catalogne  - Madrid devra attendre la mort du tyran pour avoir le sien; il offre l’industrialision et les infrastructures stratégiques du pays comme les autoroutes aux catalans; il proscrit la culture du vin mousseux le Cava à la Communauté de Valence au profit de la Catalogne; il offre également la célébration d’un prix littéraire en catalan. Bref, la liste est très longue pour décrire l’idylle entre Franco et la majorité des Catalans. On est très loin des lamentations fantaisistes actuelles des séparatistes. Dans cet environnement est née Òmnium Cultural. Aujourd’hui, cette officine n’a plus rien à voir avec la culture. C’est devenu un outil au service de l’appareil séparatiste et criminel catalan. Òmnium propage des clips vidéos de propagande tels que le fameux « Help Catalonia » en 2017. Où la vie à Barcelone est comparée à celle de l’Ukraine durant la guerre. Ne cherchez pas un guide pour apprendre le catalan chez les propagandistes d’Òmnium comme je l’ai moi-même fait à l’automne 2019. Ils n’ont plus aucun livres depuis longtemps. Ils n’ont que des guides de désobéissance civile et sur comment affronter les forces de l’ordre. Ils n’ont rien de démocratiques non plus. Ils nient en permanence le droit d’exister aux catalans qui ne partagent pas leurs idées.

    Pourquoi Òmnium Cultural va-t-il célébrer son 60ème anniversaire dans les Pyrénées Orientales françaises, à Elne, alors que cet appareil sécessionniste fait ce qu’il veut à Barcelone et dans l’autonomie catalane? 

    La première raison est stratégique : c’est l’internationalisation du conflit. C’est faire croire médiatiquement à une pseudo oppression dans l’autonomie catalane. Alors que la seule oppression que l’on y connaisse est cette des séparatistes. 
    La seconde raison est d’ordre tactique : c’est la possibilité de convier aux festivités des putschistes tels que Carles Puigdemont qui n’a pas encore répondu de ses actes - implication et organisation de la tentative de coup d’État des 6 et 7 septembre 2017 - devant la justice espagnole et catalane. 

    Les administrés et contribuables d’Elne (F) apprécieront le fait de financer avec leurs impôts les festivités d’une organisation étrangère, sectaire, anti-démocratique et notoirement connue pour relents racistes.

    Rappelons que cette charmante commune française qui fut jadis visitée par le grand Hannibal et ses éléphants s’est illustrée par la réception à sa Maternité suisse - lieu emblématique de l’histoire contemporaine des Pyrénées - en recevant en grandes pompes le putschiste Carles Puigdemont; en cachant les urnes venant de Chine du fameux vote illégal en Catalogne du 1er octobre 2017; en y imprimant les bulletins de vote et par l’organisation d’une Diada de propagande jeudi 10 septembre 2020, toujours à la Maternité suisse. À laquelle fut invité le journaliste valencien tenant de l’idéologie sécessionniste et raciste Vincent Portal qui est venu expliquer devant un parterre d’adeptes que la région du Languedoc - Roussillon (Occitane) était occupée illégalement par la France. 
    Que font les autorités de la région ? Cette question revient régulièrement dans la bouche de ses habitants qui subissent une situation surréaliste. 
    Est-ce finalement le variant Delta et la pandémie qui rappelleront les autorités compétentes au bon sens ? 

    À suivre…

  2. Clip vidéo de propagande largement diffusé internationalement affirmant que l’autonomie catalane en Espagne souffrait une oppression comparable à celle de l’Ukraine durant la guerre. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.