François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Portfolio 20 févr. 2021

Les violences de Pablo Hasél, éclairage du professeur Nicolas Klein

Nous sommes loin, avec ces manifestants, d’une lutte pour la démocratie ou même d’une révolte légitime du petit peuple. Sociologiquement parlant, il s’agit toujours des mêmes « fils et filles à papa » qui n’ont aucunement l’intention de créer une Catalogne et une Espagne plus justes et solidaires

François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Disponible sur Internet

    - Nicolas Klein, professeur, conférencier et auteur, vous êtes un spécialiste chevronné de l’Espagne. Vous suivez certainement l’affaire Pablo Hasél. Qu’en pensez-vous ?

    À titre personnel, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire à d’autres moments, je suis partisan de la moindre limitation possible de la liberté d’expression, que ce soit pour Pablo Hasél ou n’importe qui d’autre d’ailleurs. Je suis donc favorable à une abrogation de toutes les lois qui limitent ladite liberté, en Espagne, en France et dans d’autres pays.

    Néanmoins, Pablo Hasél n’entre pas en prison que pour une affaire de déclarations polémiques mais aussi pour des menaces et agressions sur témoins – et si je réclame plus de liberté pour l’expression, je suis en revanche inflexible face à ce type d’agissements. Bien évidemment, vous ne trouverez que très rarement ce rappel pourtant indispensable dans la presse étrangère ou dans la bouche des actuels défenseurs de ce musicien.

    Par ailleurs, rien ne justifie les violences des derniers jours qui ont principalement touché Barcelone et d’autres villes catalanes – mais on commence à être habitué… Notons aussi au passage que ceux qui réclament un respect de la liberté d’expression dans le cas de Pablo Hasél, depuis Unidas Podemos jusqu’aux manifestants eux-mêmes, sont les premiers à harceler (voire à agresser) toute personne dont les idées ou déclarations leur déplairaient ou, tout du moins, à les traîner devant la justice. Il y a donc une formidable hypocrisie en la matière.

    - Dans les rues de Barcelone, des images très fortes donnent à penser que la police a été abandonnée à son sort. Qu’en dites-vous ?

    C’est très certainement le cas et les forces de police espagnoles, qu’elles soient nationales, régionales ou municipales, s’en plaignent depuis longtemps. De toute façon, l’actuel gouvernement de Pedro Sánchez n’a guère le choix puisque ces manifestations sont encouragées par son principal allié parlementaire, Unidas Podemos, dont il a encore besoin pour le moment.

     - Comment se positionnent les partis politiques ?

    Comme je le disais, Unidas Podemos et ses différentes composantes soutiennent à mots plus ou moins couverts de telles manifestations (après avoir déclaré en 2014-2015 que Pablo Hasél était un fasciste qui devait aller en prison, mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis). De son côté, Pedro Sánchez s’est enfin décidé, à la suite de plusieurs ministres socialistes, à condamner les agissements des vandales, ce qui est le strict minimum (même si, comme je l’ai dit, il est un peu « coincé » face à Unidas Podemos).

    Les autres grands partis nationaux espagnols (Citoyens, Parti populaire, Vox) ont vertement critiqué ces violences, ce qui n’est pas très étonnant au vu de leur positionnement habituel.

     - On sent derrière cette nouvelle guérilla urbaine qui affecte, entre autres, la cité de Gaudí l’empreinte de l’appareil séparatiste catalan. Ai-je tort ?

    Vous n’avez pas tort et vous avez même tout à fait raison. Le séparatisme catalan pense pouvoir tirer parti de cette nouvelle vague de manifestations violentes dans la région (et c’est en particulier le cas de la Candidature d’Unité populaire, mais pas seulement). Il serait intéressant de voir ce que la Gauche républicaine de Catalogne, Ensemble pour la Catalogne ou la CUP diraient si Pablo Hasél (connu par ailleurs pour ses déclarations misogynes, antisémites ou philonazies) s’en prenait à l’indépendantisme. Seraient-ils aussi conciliants et se feraient-ils là aussi les avocats de la liberté d’expression ?

    N’oublions pas, en effet, que toutes les caricatures qui ont pu toucher l’ancien président régional Carles Puigdemont, par exemple, ont été attaquées sans relâche, y compris par la voie judiciaire, par les sécessionnistes. Je pense à ce dessin qui le grimait sous les traits d’un porc ou encore au mannequin (monigote) qui le représentait lors du carnaval de Cadix, il y a quelques années. Bien étrangement, il n’était pas question de liberté d’expression pour les indépendantistes…

     - Face à pareille impuissance, on ressent un relent de haine dirigée à l’endroit de l’Espagne en tant qu’institution. Ai-je tort ?

    C’est l’évidence même. Les sécessionnistes et tous les adversaires de l’Espagne, au sein du pays ou à l’international, cherchent à profiter de l’événement pour la présenter comme une nation semi-fasciste, dictatoriale, où l’on réprime tous les opposants, etc. Là aussi, l’on ne repère aucune forme de dissonance cognitive chez ceux qui débitent de telles fadaises et qui soutiennent en même temps toute forme de procès ou de harcèlement contre les personnes qui, en Espagne en général et en Catalogne en particulier, n’ont pas l’heur de partager leurs opinions.

     - Face à cette période où chacun semble choisir la vérité qui lui convient et fait abstraction, voire nie ce qu’il ne veut pas voir, comment pourrions-nous agir pour apporter plus de lumière ?

    Je pense que, même si la tâche paraît titanesque et interminable, il faut continuer à agir comme vous le faites et comme bien d’autres le font en dénonçant les mensonges et l’hypocrisie des uns et des autres mais aussi en montrant ce qui se passe réellement sur le terrain. Nous sommes loin, avec ces manifestants, d’une lutte pour la démocratie ou même d’une révolte légitime du petit peuple. Sociologiquement parlant, il s’agit toujours des mêmes « fils et filles à papa » qui n’ont aucunement l’intention de créer une Catalogne et une Espagne plus justes et solidaires.

     - Est-ce que vous savez si des associations de victimes du terrorisme ont réagi ?

    De ce que je sais, c’est en effet le cas. Elles sont dans leur rôle et ont tout à fait le droit de le faire, et ce même si nous basculions dans un régime de liberté d’expression totale. La liberté d’expression consiste en effet à pouvoir dire ce que l’on veut sans être inquiété d’un point de vue judiciaire ou politique (ce qui n’est pas le cas, rappelons-le, dans la Catalogne sécessionniste). En revanche, il ne s’agit pas d’un droit à dire ce que l’on veut sans avoir de réponse en face. Cette liberté fonctionne dans les deux sens.

     - Finalement, le séparatisme catalan générateur de haine, de division et de racisme (comme on le sait) n’est-il pas seulement une métastase d’une Espagne polarisée et qui se cherche ?

    En effet, ce séparatisme est à la fois à l’origine et à l’aboutissement des tensions qui secouent l’Espagne depuis une bonne dizaine d’années, voire davantage. La polarisation politique est la conséquence de ce défi indépendantiste (sans lui, Vox n’aurait jamais connu un tel succès électoral, par exemple) mais le nourrit en retour. Les deux phénomènes s’alimentent mutuellement et l’on a du mal à voir une issue possible en la matière.

  2. Disponible sur Internet
  3. Disponible sur Internet
  4. Disponible sur Internet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky