François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Portfolio 27 sept. 2020

Le tsunami qui agite Barcelone aurait ses origines à Genève

Suite à la tentative de coup d’État manquée à l’automne 2017, les sécessionnistes catalans réalisèrent que la majorité sociale qui ne communiait pas avec leur projet de sédition avait décidé de résister. Pour réponse, les leaders séparatistes lancèrent Tsunami Democràtic pour annihiler toute volonté de résistance.

François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Politeïa, Barcelone, Espagne

    Le tsunami qui agite Barcelone aurait ses origines à Genève...

    C’est le titre de l’article de Luis Lema, dans le quotidien « Le Temps » du 16 octobre 2019. Il traite, en particulier, de la tenue d’une réunion dans la Cité de Calvin, le week-end des 30, 31 août et 1er septembre 2019. Réunissant Carles Puigdemont, Marta Rovira, Quim Torra et leurs états-majors. Il s’y est planifié l’opération « Tsunami Democràtic. » Celle-ci a débuté, une fois les sentences du Tribunal Suprême de Madrid connues, lundi 14 octobre 2019. Par la prise d’assaut et le blocage de l’aéroport international de Barcelone, El Prat. J’étais sur place. Il s’en est suivi deux semaines de combats urbains entre casseurs séparatistes et les forces de l’ordre. Le 11 février 2020, j’interpellais, une énième fois, le Conseil fédéral, avec un rapport circonstancié et illustré de photos prises lors des affrontements qui incendièrent les rues de Barcelone. Au total, 288 policiers furent blessés. Dont certains gravement. Je n’ai cessé d’informer les autorités helvétiques et celles du Canton de Genève sur l’existence d’actes préparatoires en Suisse. Entre autres, les rapports suivants ont été adressés : le 25 janvier 2018, «Activisme du séparatisme catalan sur territoire helvétique », destiné au Conseil fédéral (Cf); le 11 septembre 2018, « Activités de déstabilisation de l’Espagne depuis la Suisse », destiné au Cf; le 16 novembre 2018, « Interpellation au sujet du Groupe d’amitié parlementaire helvético-catalan », destiné au Cf ; le 17 décembre 2018, « Préparation d’une 2ème tentative de coup d’État dans l’autonomie catalane (Espagne) et complicités en Suisse », destiné au Président de la Confédération Alain Berset ; le 14 février 2019, « La Suisse est en passe de devenir la 13ème fédération régionale de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) », destiné au Président de la Confédération Ueli Maurer ; le 23 avril 2019, « Utilisation de la Genève internationale à des fins de propagande politique par Marta Rovira et l’ex membre de l’organisation terroriste ETA Arnaldo Otegi à l’encontre de l’Espagne et de sa population », destiné au Conseil d’Etat genevois; le 2 mai 2019, « Demande d’ouverture d’instruction pénale pour trafic d’influences contre X», destiné au Ministère public de la Confédération (MPC); le 3 mai 2019, « Est-ce que l’Université de Genève est-elle financée par l’appareil séparatiste catalan ? » destiné au Conseil d’Etat genevois; le 6 mai 2019, « Représentation « diplomatique » étrangère non autorisée sur sol suisse », destiné au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) ; le 21 juin 2019, « Non respect du Règlement du Service des espaces publics de la Ville de Genève », destiné au Conseil d’Etat genevois ; le 15 août 2019, « Demande d’une Commission d’enquête parlemantaire (CEP) », destiné à l’Assemblée fédérale ; le 15 novembre 2019, « Pétition pour la fermeture de la « fausse ambassade catalane », rue Rousseau 38, à Genève, au Service du Parlement, Commission des affaires juridiques, 3003 Berne.

    L’opération des sécessionnistes nommée « Tsunami Democràtic » a pour cible l’autre moitié de la population espagnole et catalane. Celle qui ne communie pas avec le vœu de sédition. C’est le dernier bastion anti-secessionniste, dans l’autonomie catalane. Il s’agit d’annihiler la volonté de résister à l’annexion idéologique. Cette opération de déception, élaborée comme une entreprise militaire, s’articule autour d’occupations illégales de l’espace public; d’actes de vandalisme et de sabotage; d’incendies criminels de voitures et de containers; d’affrontements avec les forces de l’ordre etc et etc. C’est une opération d’envergure aussi bien dans l’espace que dans le temps. Elle est conduite tantôt depuis Waterloo en Belgique - le QG de Puigdemont - tantôt depuis Genève. En passant par Barcelone, Madrid et Perpignan. Son objectif : démoraliser et faire taire la majorité sociale catalane qui se sent aussi bien espagnole que catalane. Cette même majorité qui descendit massivement dans la rue - plus d’un million de personnes - dimanche 8 octobre 2017. Appelée par le discours du souverain Felipe VI. Cette large population que l’on a longtemps décrite comme la majorité silencieuse a pacifiquement manifesté son attachement à l’unité du pays et à la richesse de ses diversités. Elle est réellement là l’autonomie catalane et espagnole pacifique. A contrario de la mouvence séparatiste qui est par essence agressive. N’en déplaise à quelques « bien penseurs » qui sont manifestemment à côté de la plaque, en Suisse, nous partageons les mêmes valeurs démocratiques. Pourtant, pour une grande partie de nos médias qui baignent dans le formatage d’une gauche moraliste qui se situe plus dans le paraître que dans la réflexion, manifester son attachement à une démocratie européenne ne fait pas vendre. D’où vient une telle complaisance pour les pouschistes et autres délinquants ? Ignorance ou complicité ? Probablement, les deux ! Pour nombre de faiseurs d’opinions et autres lobbyistes les motivations sont plus financières qu’autre chose. La journaliste du quotidien « Le Monde » Sandrine Morel  dans « El huracán catalán » nous explique comment Carles Puigdemont a essayé de l’acheter.  L’interprète danoise Sara Hoyrup, sur YouTube, le confirme : financement de pages publicitaires ; publireportages etc et etc. Lors d’un échange sur Messenger avec la journaliste Silvia Cattori, fondatrice du site web d’actualités « Arrêt sur Info », elle m’a écrit : « S’il y a un thème sur lequel je n’écrirai jamais c’est l’affaire catalane. » Pourquoi ? Pourquoi nos journalistes ont peur à ce point de la vérité ? La question est posée.

     

     

  2. Politeïa, Barcelone, Espagne

    Lundi 14 octobre 2019, les rues de la Cité de Gaudi ont été soumises à deux semaines de guérilla aux cocktails molotov; aux catapultes lançant des boules de métal et des véhicules, des containers et des entrées d’immeuble furent systématiquement incendiés. Souvent, au cours de toutes ces nuits de violences une réelle intention de tuer des policiers fut exprimée. Les forces de l’ordre ont du reste d’éploré 288 blessés dont beaucoup dans un état grave.

  3. La Revue militaire suisse (RMS)

    Mon reportage publié en septembre 2020. La Suisse fait preuve d’un laxisme déconcertant sur le dossier catalan qui implique un mouvement insurrectionnel et criminel.

  4. La Revue militaire suisse (RMS)

    Mon reportage publié en septembre 2020. La Suisse fait preuve d’un laxisme déconcertant sur le dossier catalan qui implique un mouvement insurrectionnel et criminel.

  5. La Revue militaire suisse (RMS)

    Mon reportage publié en septembre 2020. La Suisse fait preuve d’un laxisme déconcertant sur le dossier catalan qui implique un mouvement insurrectionnel et criminel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André