Justice écologique et sociale, avenir de la jeunesse : ensemble le 19 mars !

Le 19 mars 2021, la jeunesse fera grève et marchera dans les rues du monde entier pour la justice écologique et sociale à l'appel de Fridays for Future. À Grenoble, pas moins de 19 organisations appellent à la rejoindre, alors que le projet de Loi Climat brille par sa médiocrité et que la situation sociale du pays, en particulier chez les jeunes, se détériore continuellement.
  • Date Le 19 mars 2021
  • Lieu Gare de Grenoble
  • Information Heure de début : 14h30 Manifestation déclarée et autorisée par la préfecture de l'Isère. Respect des gestes barrière et port du masque obligatoires.

Ce vendredi 19 Mars 2021, nos organisations appellent à se mobiliser pour la justice écologique et sociale, dans le cadre de la journée mondiale d'actions du mouvement Fridays for Future, presque deux ans après la première mobilisation de masse de la jeunesse autour des enjeux écologiques.

À l'heure où l'urgence écologique n'a jamais été si pressante, où les rapports scientifiques sont toujours plus pessimistes et où l'État français a été reconnu coupable d'inaction climatique, ce dernier persiste à prendre des décisions incompréhensibles et absolument dérisoires face à la gravité de la situation. Les mesures ressorties de la Convention Citoyenne pour le Climat ont été soigneusement détricotées par les lobbies, les industries, les capitalistes et le gouvernement, aboutissant à une loi “Climat et résilience” totalement insuffisante, permettant à peine à la France d'atteindre la moitié de ses objectifs selon le Haut Conseil pour le Climat. Les citoyen·ne·x·s de la CCC dénoncent également le manque d’ambition affligeant de ce  projet de loi climat, en attribuant à ce dernier la consternante note de 3.3/10. En dépit d’années de mobilisation sur les enjeux écologiques de la part des collectifs et de décennies de rapports scientifiques plus alarmants les uns que les autres, il faut se rendre à l’évidence : les gouvernements successifs ne sont pas seulement coupables d’inaction écologique, ils sont bel et bien complices de la destruction organisée de la vie sur Terre, main dans la main avec ceux qui l’orchestrent pour satisfaire leurs intérêts financiers et politiques.

Ainsi, c'est un avenir sur une planète invivable qui s'annonce pour une jeune génération déjà sur le fil du rasoir. Le contexte de crise écologique, sanitaire et sociale ne laisse à la jeunesse aucune perspective d'avenir enthousiasmante, en l'empêchant de se projeter, de voir à long terme. À cela s'ajoutent des bouleversements importants dans la manière d'étudier : avec la fermeture des universités, la santé mentale des étudiant·e·x·s se détériore, et leur précarité augmente de jour en jour. Les jeunes vivent dans l'incertitude, car les annonces du gouvernement sont floues, incohérentes, et ne semblent pas avoir pour objectif une réelle amélioration de leur quotidien, mais plutôt faire partie d'une stratégie de communication, dépourvue de mesures effectives. Néanmoins, la détresse sociale ne se limite pas à une génération, c’est toute la société qui a vu son quotidien déjà difficile empirer suite à la crise sanitaire et à ses conséquences. Qu’il s’agisse des secteurs “oubliés” de la crise, ou des plans d’austérité qui vont la suivre, notamment dans les services publics (deux ont déjà été annoncés à l’Université Grenoble Alpes et au Syndicat Mixte des Mobilités de l’aire grenobloise), il devient de plus en plus difficile d’imaginer que demain puisse être meilleur qu’aujourd’hui si nous poursuivons sur la trajectoire actuelle. Ajoutons à cela le contexte sécuritaire et répressif qui croît toujours plus, entre loi de Sécurité Globale, décrets de fichage des militant·e·x·s et répression générale de toute action politique en désaccord avec le gouvernement, et c’est une bien triste perspective qui se dessine sous les yeux de tou·te·x·s, en particulier de la jeune génération.

C’est en réaction à ce constat que nous nous mobilisons le 19 mars 2021, et que nous appelons toute personne se sentant concernée par ces enjeux à en faire de même. Parce que  nous refusons de rester inactif·ve·x·s face à la perspective d’un avenir austéritaire et sécuritaire sur une planète invivable, nous agissons.

Signataires :

Associations, mouvements, syndicats: Fridays for Future Grenoble, Citoyens pour le Climat Grenoble, Extinction Rebellion Grenoble, Union des étudiant·e·s de Grenoble, Ligue des droits de l'Homme Grenoble-Métropole, Union des étudiant·es communistes de Grenoble, Solidaires Isère, Alternatiba Grenoble, Confédération National du Travail Jeunes 38, Union Nationale Lycéenne Isère, Mouvement National Lycéen Isère, Pour une CCC en région ARA, ATTAC 38, Solidaires Étudiant·e·s Grenoble, UNEF Grenoble

Partis et formations politiques (Le mouvement Fridays for Future à l’intiative de l’appel est apartisan, mais les formations suivantes ont souhaité afficher leur soutien) : Ensemble! Isère, Nouveau Parti Anticapitaliste Isère, Europe Écologie les Verts Isère, France Insoumise Isère

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.