Une fois de trop

Je vous ai aimé

Cher Monsieur Edwy PLENEL,

 

Je vais essayer de faire court car j'imagine que vous avez peu d'espace à me consacrer, donc :

 

Monsieur PLENEL,

 

Vous avez exécuté avec zèle vos basses œuvres de second couteau.

Après vous les mouches............

 

Lorsque j'ai pris conscience que je savais lire, vers l'âge de 8 ans, c'est à dire reconnaître une phrase dans un texte, je me suis vite abonné au journal PILOTE que je dévorai des mes deux yeux le tenant des deux mains puisque je n'étais pas encore obsédé par les délices de la masturbation.

 

Ceci me vint un peu plus tard en feuilletant le magasine « Nous deux » mais, ce n'est pas le sujet.....

 

J'arrivai ainsi à cet âge où je sentais mes neurones vibrer à la lecture des récits humoristiques et intelligents d'un journal déjà satirique, s'il en est.

 

Et pas à pas, j'abordai des lectures plus engagées et vers lesquelles me poussait ma sensibilité de jeune homme. Je vous fais grâce des gazettes post-soixante-huitarde style « La Voix du Peuple » pour côtoyer plus longtemps l'Humanité et l'Humanité Dimanche !

 

Je construisais donc ma réflexion à travers l'Histoire et l'analyse politique de ces éditoriaux.

 

Tout cela me direz-vous pourrait manquer d'objectivité je le revendique mais, je ne voulais pas être objectif car je n'ai pas cette capacité intellectuelle mais j'avais déjà une conscience morale.

 

Mon engagement fut donc actif au Parti Communiste durant plusieurs années.

 

J'ai dû faire une pause technique longue de trente années pour, comme on dit, « gagner sa vie » et gérer ma carrière professionnelle et familiale.

 

Mais, vous le consentirez, le travail c'est comme la religion, çà n'élève pas la raison et c'est ce constat qui me décida d'interrompre cette mascarade dès l'âge de 59 ans ; je le pouvais.

 

Je fus quand même récompensé des efforts fournis et de ma contribution à l'enrichissement des Capitalistes par le faire valoir de mes droits de la retraite à 62 ans et 9 mois, enfin libre.

 

J'allais enfin rattraper le temps perdu puisque c'est comme un jeu, on gagne ou on perd sa vie.......

 

J'élargissais donc le champ idéologique de mon esprit critique de la vie citoyenne, puisque mon évolution se poursuivait et, j'enrichi mes lectures du Canard Enchaîné et en l'occurrence de Médiapart.

 

Je suivais donc les feuilletons TAPI et CAHUZAC qui satisfaisaient mon caractère « revanchard », je jouissais de vos articles en tous genres et persuadé de votre intégrité, non pas dans la neutralité ou l'indépendance de votre journal, mais dans vos prises de positions, que je n'en n'émettais aucune réserve et me servais copieusement dans vos articles pour « enrichir » le débat.

 

J'ai bien eu un doute lors de la campagne que vous avez faite en faveur du candidat MACRON, que vous avez contribué à porter au pouvoir. Non ! Ne me dîtes pas qu'il fallait battre LE PEN parce que avant le second tour il y en avait un premier et on ne peut pas dire que vous ayez favorisé le candidat de la France Insoumise, MELANCHON.

 

Il n'y avait plus la neutralité que vous affichiez mais un engagement réel en faveur de MACRON!

 

Pendant ce temps je tractais pour la France Insoumise et avec succès nous avons recueilli plus de 7 millions de voix autour, non pas de monsieur Mélanchon mais, d'un programme intitulé l'Avenir en Commun.

 

Monsieur Plenel, le seul rempart qui existe au Front/Rassemblement National, c'est Nous.

 

Et vous avez décidé de nous affaiblir, d'envenimer la situation à la suite de la perquisition que mes camarades ont subie ; au lieu de vous attacher au fond de cette affaire, vous avez fait du « BFM ».

 

Franchement, quel intérêt de marteler que telle prestation payée 250€ ne valait que 200€ ! Cette prestation était certainement « bio ». L'avez-vous analysée ?

 

Monsieur Plenel, il faut que vous assumiez votre responsabilité sur votre contribution à l'accession future au Pouvoir des LE PEN et consorts, comme vous l'avez fait pour MACRON.

 

Que croyez vous qu'il va advenir des votes de ces millions d'électeurs qui avaient trouvé dans notre mouvement un espace d'expression et un espoir d'avenir meilleur. Vers quel candidat vont-ils se déporter d'après vous ?

 

En fait, ce que je voulais vous dire, c'est que je doute désormais de la « parole » de votre journal et qu'il ne contribue plus aujourd'hui à ma construction et mon enrichissement intellectuels et c'est avec regrets que je me désabonnerai après avoir diffusé le présent courrier.

 

Je ne souhaite pas pour autant la disparition de votre média au même titre par exemple que « Quotidien » ni même de « radio France » au sein duquel je préfère la tendance droitière assumée par Brice Couturier à votre fausse image progressiste.

 

Vous auriez pourtant de quoi exercer votre style journalistique sur le comportement de la majorité LREM à l'Assemblée Nationale au lieu de vouloir détruire ce que nous avons tenté de construire avec passion et raison, mais............

 

« Vous ne pouvez pas « faire plaisir » à tout le monde ! »

 

Veuillez recevoir, Monsieur Plenel, mes sincères salutations.

 

 

 

 

 

Mon pseudo :12 OCTOBRE

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.