Portfolio

75-Vous avez 4 questions à vous poser au #GrandDebatNational, M @EMacron2 @Elysee

Bonjour Monsieur le Président: Voici les 4 questions que je vous pose pour répondre au GRAND DEBAT NATIONAL 2019: 1-Pourquoi les entreprises ne payent elles pas de charges sociales? 2- Pourquoi ne pas créer une TVA SOCIALE? 3- Pourquoi ne pas nationaliser les Retraites, Sécurité sociale et Chômage? 4- Pourquoi ne pas adopter "LA GESTION PAR LE REVISIONNISME ECONOMIQUE?
  1. 75-            *Bonjour Toutlemonde, Bonjour La France, Bonjour L'U€*

                                       *MISE A JOUR AU: 23.03.2019

                                                        À LA UNE:


    En démocratie, il est déshonnorant pour les Présidents de la République, les Premiers Ministres, les Députés et les Sénateurs,  de ne pas vouloir débattre avec un  citoyen quel qu'il soit qui propose une solution sur des sujets d'ordre économique de la plus haute importance tant pour la gestion du Pays que pour l'avenir de la paix sociale mise à mal par tous leurs désastreux dérapages fiscaux et financiers.


     

    Le 13 février 2019j'avais demandé à Edouard Philippe, Premier Ministre du Gouvernement, de répondre aux questions que je lui aurais posées si j'avais fait partie des 10 invités à l'émission "FACE AUX FRANÇAIS, lesquelles sont les mêmes que les 4 questions ci après qui sont posées au Président de la République, Monsieur EmmanuelMacron, face aux Français, via Twitter et Facebook..

    Je n'ai pas été invité et le  présentateur David Pujadas, ainsi que les 10 invités, ne les ont pas posées. Je les repose donc face à la France et aux Français par les réseaux sociaux Twitter et Facebook.  

    Pour en faire la synthèse pédagogique je vais reposer une question et une seule autrement à Monsieur Emmanuel Macron, Président de La République française:

    "-Ne pensez vous pas que la "Guerre sociale" actuelle eût été évitée si vous aviez fait preuve de sagacité pour étudier mes propositions constructives de Relance de l'économie  par la baisse drastique des coûts de production et par la Nationalisation des recettes sociales dites "des entreprises" pour les Retraites, Sécurité sociale, Chômage, etc... 

    *Cela étant, les 4 questions seront posées aux élus de tous les partis politiques sans exception et en particulier à tous les membres du Gouvernement Edouard Philippe, Premier Ministre.

    *Les instituts de sondage, par la même occasions, devraient, pour être plus crédibles, poser les mêmes questions à leurs contributeurs.

     

                            *AFIN QUE NUL N'IGNORE ET N'OUBLIE*

    Tyrosse, le 26 janvier 2019

    Bonjour Messieurs le Préfet de la Région Nouvelle Aquitaine, des Départements de la Gironde et des Landes, Bonjour Monsieur Pascal Briffaud, Maire de St Vincent de Tyrosse,

    Je m'appelle Alain Saiche et j'habite au N°2, Avenue Casteroun, 40 230, StVincent de Tyrosse.

    Pour répondre au tweet du 24 janvier de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, lequel précise "qu'il continuerait à échanger avec ceux qui le souhaitent, partout sur le territoire", (je vais vous le retwitter), ainsi qu'à sa "lettre aux Français" dans laquelle il est demandé aux citoyens de participer au Grand débat national, je vous prie de bien vouloit trouver ci après mes 4 questions en rapport avec sa "lettre aux Français", en particulier sur le Point N°1 posée pour le Grand débat national.

    Je vous propose et je lui propose qu'un "grand débat national" soit organisé à St Vincent de Tyrosse: Le complexe sportif du lycée Sud des Landes pourrait parfaitement servir de salle pour le débat: Superficie de la salle et parking suffisamment grands pour accueillir les participants.

    Vous trouverez, ci après mes propositions pour relancer l'économie moribonde par une méthode de gestion que j'ai conçue pour la France, LA MÉTHODE DE GESTION PAR LE RÉVISIONNISME ÉCONOMIQUE.

       

              OBJET: GRAND DÉBAT FISCAL NATIONAL 2019. 

    Bonjour Monsieur le Président, je m'appelle Alain Saiche, j'habite au N°2, Avenue Casteroun, 40 230, StVincent de Tyrosse:

    Objet: Participation personnelle au Grand débat national qui pourrait se tenir à St Vincent de Tyrosse, dans le département des Landes.

    Pour faire suite à votre lettre aux Français du 24 janvier 2019  et au Grand débat national que vous avez lancé, je vous prie de bien vouloir trouver ci après mes propositions de relance de l'économie par la baisse drastique des coûts de production et de pérennisation des financements sociaux suivant ma "Méthode de Gestion par "Le Révisionnisme économique"que j'avais proposée à votre prédécesseur, Monsieur François Hollande, depuis 2013-2014, ainsi qu'à vous même, en même temps que lui, et à vous personnellement depuis 2017.

    Mes propositions portent sur 4 Points situés après la partie "Explications" et 4 questions.       

    Voici les 4 questions que j'aimerais vous poser:

    1- Pour quelles raisons les entreprises ne payent elles aucune charge sociale et que les politiques leur "donnent" en plus des subventions?

    2- Pourquoi ne pas créer une TVA SOCIALE?

    3- Pourquoi ne pas nationaliser les financements sociaux Retraites, Sécurité sociale et chômage?

    4- Pourquoi ne pas mettre en application la Gestion par la Méthode du Révisionnisme économique?

    NB: Vous trouverez mes propositions pour remettre de l'ordre dans la désordre actuel PAR LA MÉTHODE DE GESTION DU "RÉVISIONNISME ÉCONOMIQUE", aux points N° 2 et 3 de mon exposé qui se trouve APRÈS les EXPLICATIONS et le PRÉAMBULE. 

                                 

                                  *EXPLICATIONS*

    Monsieur le Président, Vous êtes Président de La République française et surtout président des richesse produites pour une redistribution juste et équitable pour tous. Or:  

               LES CAISSES DE L'ÉTAT SONT VIDES!

    1-AUCUNE ENTREPRISE NE PAYE DE "CHARGES"-COTISATIONS SOCIALES pour les Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Vieillesse, Dépendance, etc, etc...

    *C'est pour faire croire que les entreprises payent des "charges sociales entreprises" que la mention de leurs "charges"-cotisations sociales- a vu le jour sur les feuilles de paye des salariés!

    Or les entreprises ne payent aucune "charge"-cotisation sociales de leurs poches: Pour ne pas vendre à perte, elles incorporent toutes leurs "charges" cotisations sociales dans les Calculs des prix de Revient (coûts de production) et les transforment en Prix de Vente par l'adjontion d'un coefficient multiplicateur bénéficiaire. Il n'y a rien à y redire, l'opération est logique et légale

    Il faut bien que les chefs d'entreprises fassent des bénéfices pour vivre dignement par des "retours sur investissements" et pérenniser leur entreprise, voire la développer en fontion des marchés. Je ne critique donc pas les bénéfices que les entreprises  peuvent faire le plus légalement du monde.

    Ce que je critique, ce sont LES MENSONGES éhontés et les TROMPERIES ravageuses des hommes et des femmes politiques envers le Peuple de France!  

    2- C'est de volonté délibérée que les montants des "charges" cotistions sociales des entreprises ont été mentionnées sur les feuilles de paye. Le but était de:

         2-1: Faire ressortir que les entreprises payaient d'importantes charges sociales!

         2-2: Mettre les chefs d'entreprises EN POSITION DOMINANTE, les salariés et les syndicats EN POSITION D'INFÉRIORITÉ par les réponses aux augmentations de salaires: "Le coût du personnel est trop cher"! Les charges sont trop lourdes! Nous ne pouvons pas embaucher"!

          2-3: Les syndicats, les salariés et le Peuple de France, MIS EN POSITION DE FAIBLESSE devant l'évidence, auraient des difficultés à argumenter pour obtenir AUGMENTATIONS DE SALAIRES ET DU POUVOIR D'ACHAT! "Il n'y a pas d'argent"! 

          2-4: Résultat: Le bon Peuple de France est dans la rue! 

    Et pourtant:... 

    3- Toutes les "charges" cotisations sociales des entreprises sont incorporées dans les Calculs des Prix de Revient et de vente, comme expliqué au Popint N°1 ci desssus! Il en découle que ce sont les consommateurs qui les payent aux entreprises à l'achat des marchandises, produits et services!

    4-Une fois perçues, les "charges" cotisations sociales sont versées aux organismes chargés des recouvrements, en conformité avec les sommes mentionnées sur les feuille de paye des salariés: Aucun centime ne sort des poches des entreprises. C'est une "opération "blanche" en dépenses/recettes puisqu"il n'y a eu aucune dépense..., opération qui figurera en charges...:

        NB: L'entreprise, tout à fait logiquement, conservera les bénéfices substanciels issus du pourcentage de marge bénéficiaire affectée aux Prix de Revient pour devenir des Prix de Vente.

    5- LES SALARIÉS, qui sont également des consommateurs, payent les charges sociales des employeurs à l'achat des marchandises, "à l'insu de leur plein gré", car nul ne le leur rappelle: S'ils le savaient, "ils ne seraient pas contents! Leur employeut ne le mentionne pas sur les feuilles de paye"!  

    6- Et les politiques, POUR FAIRE BONNE MESURE, augmentent toujours les impôts et taxes des contribuables pour  "DONNER" DES SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES!

    7C'EST CE QUE J'APPELLE L'ARNAQUE AUX "CHARGES" COTISATIONS SOCIALES DES ENTREPRISES! 

    Alain Saiche, 2 Avenue Casteroun, 40 230, St Vincent de Tyrosse.


    *Ma lettre portera sur la proposition de mise en place d'une nouvelle méthode de gestion CONFORME AU CODE DU COMMERCE et aux règles de gestion qui permettent de NATIONALISER les recettes destinées à pérenniser les finances sociales Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépentance, etc, etc..., tout en abaissant drastiquement le coût des  Prix de production pour la relance des exportations par LA COMPÉTITIVITÉ, retrouver l'équilibre de la balance commerciale et LA PAIX SOCIALE.

    Je serai direct et ne prendrai pas de gants pour vous crier la vérité. 

                      Voici donc ce que je vous propose de faire:

            REMETTRE DE L'ORDRE EN GESTION.


    *PUISQUE LES ENTREPRISES NE PAYENT AUCUNE CHARGE-COTISATION- SOCIALE ET QUE

     LES CAISSES SONT VIDES, certaines pleines de trous, les autres sont sans fond, 

    IL FAUT REDRESSER L'ÉCONOMIE FRANÇAISE en rendant nos entreprises plus compétitives à l'exportation.


     *VOICI, PRÉSENTÉE, POUR EN DÉBATTRE, MA PROPOSITION D'ORDRE FISCAL et COMMERCIAL ÉQUITABLE POUR "LE GRAND DÉBAT NATIONAL",

    PROPOSITION DESTINÉE À REMETTRE DE L'ORDRE DANS LES FINANCEMENTS SOCIAUX ET POUR PÉRENNISER, PAR NATIONALISATION, les RECETTES SOCIALES des Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépendance, etc, etc..., EN RÉPONSE AU POINT N°1 DE LA LETTRE AUX FRANÇAIS du lundi 14 janvier 2019 relative au Grand Débat national.

                                                 *PRÉAMBULE*                       

    Je ne serai complaisant à l'égard de personne: Tous les Présidents de la Pépublique qui ont fait suite aux départs du Général de Gaulle et de Pompidou, tous les Premiers Ministres, tous les députés, tous les sénateurs, tous les Présidents de Régions, tous les Présidents des conseils généraux, tous les 36 000 Maires de France sont responsables tacites ou implicites de la situation actuelle par leur silence coupable.

    Tous ont couvert ce que j'ai appelé, depuis 2012, L'ARNAQUE AUX CHARGES-COTISATIONS SOCIALES DES ENTREPRISES. Je base mes écrits sur  3 AXIOMES IRRÉFRAGABLES:

    1- Ce sont les carnets de commandes qui créent des emplois, et les carnets de commandes supérieures aux capacités de production des entreprises qui créent des emplois nouveaux par investissements dans le but de satisfaire les demandes clients en temps et en heure.

    2- Les entreprises ne payent aucune charge sociale pour les Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Compléméntaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépendance, etc, etc... Ce sont les consommateurs qui les leur payent préalablement à l'achat des marchandises: Les entreprises les reversent ensuite aux organismes chargés des recouvrements.

    3- Il faut rendre nos entreprises les plus compétitives des pays industrialisés: Pour ce faire, il faut et il suffit de retirer TOUTES les "charges-cotisations" sociales des entreprises qui sont payées par les consommateurs pour les transférer intégralement sur une TVA SOCIALE qui sera payée par les consommateurs au même niveau que ce qu'ils payent actuellement aux entreprises -à l'insu de leur plein gré-, puisqu'ils devraient se souvenir de l'avoir appris à l'école: Le calcul des Prix de Revient: Rappelez vous donc bien que les entreprises reversent à l'Etat ce que les consommateurs leur ont payé à l'achat des marchandises.

    Nos entreprises, de la sorte, débarrassées des "charges-cotisations" sociales, auraient les PRIX Â LA PRODUCTION Hors Toutes Taxes les prix LES PLUS COMPÉTITIFS des pays industrialisés. J'y reviendrai en détaillant, "à la méthode Coué" le système que je propose aux Points N°2 et 3 de mon exposé.

    Pour en faire la démonstration, je m'appuie sur ce qui est appelé "LE RÉVISIONNISME" tel que défini (Wikipédia): "Le révisionnisme est l'attitude de ceux qui remettent en cause de manière rationnelle les fondements d'une doctrine, d'une loi, d'un jugement, d'une opinion couramment admise en histoire ou de faits établis".

    *JE REMETS DONC EN CAUSE les faits faussemnt établis selon lesquels les entreprises payent des "charges" sociales "trop élevées" et qu'il faille augmenter les impôts et taxes diverses pour leur accorder des subventions, ALORS que ce sont les consommateurs qui les payent au préalable aux entreprises à l'achat des marchandises. Je propose donc comme seule valable en matière de recettes sociales ce que j'ai appelé: "LA MÉTHODE DE GESTION PAR LE RÉVISIONNISME ÉCONOMIQUE".

    C'est ce que je vais vous expliquer dans mon article.

    Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, 2 Avenue Casteroun, 40 230, St Vincent de Tyrosse.

                                  I-------------------------I

    Mon exposé portera sur 4 Points:

    1- Présentation du sujet,

    2- Parlons à présent révisionnisme économique, "compétitivité", fiscalité et recettes sociales,

    3- Comment organiser le grand débat,

    4- Conclusion.

                                  I-----------------------I

                              1- Présentation du sujet:

    *FAUDRAIT IL, LE MOMENT VENU, COMPTE TENU DE L'AMBIANCE SOCIALE DÉLÉTÈRE ET DE L'INCOMPÉTENCE DE TOUS NOS ÉLUS À PRÉPARER UN PROGRAMME ÉCONOMIQUE CRÉDIBLE ET COHÉRENT, DÉCRÉTER L'Elysee, Matignon, Bercy, les Ministères du travail et de la santé, L'Assemblée nationale et le Sénat ZONES D'ÉDUCATION PRIORITAIRE à l'issue du GRAND DÉBAT NATIONAL?

    *Le but serait de rappeler à tous les dirigeant politiques leurs fondamentaux en économie et leur RÉINCULQUER À QUOI SERT UN CALCUL DES PRIX DE REVIENT EN ÉCONOMIE DE MARCHÉS.

    VOICI CE QU'ILS AURAIENT À APPRENDRE:


    *LES ENTREPRISES NE PAYENT AUCUNE CHARGE SOCIALE! CE SONT LES CONSOMMATEURS QUI LES PAYENT À L'ACHAT DES MARCHANDISES! 

    *OUI! Ce sont bien les consommateurs qui les payent à l'achat des marchandises, contrairement à ce qui est dit!

    Explications: Avant de calculer leurs Prix de Vente, les entreprises incorporent toutes leurs "charges-cotisations sociales" Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépendance, etc, etc... dans les Calculs des Prix de Revient. Affectés de la marge bénéficiaire souhaitée par les investisseurs, les Prix de Revient deviennent des Prix de Vente. 

    C'est après avoir vendu leurs marchandises aux consommateurs que les chefs d'entreprises reversent, aux organismes de l'Etat chargés de les collecter, les charges sociales payées par les consommateurs à l'achat des marchandises. Cette opération comptable est donc bien une "opération"blanche" qui permet aux entreprises de ne pas payer de charges sociales de leurs propres poches. Elles conservent en outre le montant des sommes correspondantes issues de la marge bénéficiaire affectée aux coûts de production pour calculer les Prix de Vente .

    Cette opération est logique et comptablement légale. Il n'y a RIEN À Y REDIRE, hors LE FAIT QU'IL EST INTERDIT AUX POLITIQUES DE MENTIR ET TROMPER LA POPULATION EN FAISANT CROIRE QUE CE SONT LES ENTREPRISES QUI PAYENT LEURS CHARGES-COTISATIONS SOCIALES! 

    Il est bien entendu qu'il est logique que les chefs d'entreprises fassent des bénéfices sur leurs investissements pour vivre dignement sans rougir et pour pérenniser leur entreprise, voire investir pour la développer et créer des emplois nouveaus en fonction des marchés.

    Il n'y a donc pas lieu de leur accorder ce que vous appelez cérémonieusement et pudiquement SUBVENTIONS en augmentant les impôts et taxes des contribuables pour ce faire, ce qui pourrait être considéré, pourquoi pas, comme étant juridiquement parlant CONFLIT D'INTÉRÊTS avec, pourquoi pas, en fonction des cas, PRISE ILLÉGALE D'INTÉRÊTS ou CRIME ÉCONOMIQUE.


    Ce que je viens d'écrire est à apprendre par coeur AVANT D'EN DÉBATTRE AU COURS DU GRAND DÉBAT NATIONAL SI LE Président de la République,  Monsieur Emmanuel Macron, le jugeait nécessaire.

                                  I-------------------------I

    2- Parlons à présent de compétitivité, fiscalité et recettes sociales.

    L'on ne peut parler compétitivité sans rappeler ce qu'est "Le révisionnisme":

    Le révisionnisme, en sa définition, désigne l'attitude critique de ceux qui remettent en cause les fondements d'une doctrine, d'une loi, d'un jugement, d'une opinion couramment admise en histoire, ou même de faits établis.

    Pour ma part, je remets en cause le fait établi par les hommes et les femmes  politiques qui font croire que les entreprises payent des charges sociales trop lourdes et augmentent les impôts et taxes pour leur "donner" des subventions qui appauvrissent le Peuple de France jusqu'à le pousser dans la rue MENTENT ET TROMPENT le peuple de France. C'est à partir de ce fait prévisible depuis nombre d'années que j'ai "inventé" ce que j'appelle "Le Révisionnisme économique du XXIè  siècle" où l'équilibre des comptes peut être rétabli par la justice économique, sociale, libérale et sociétale.

     

    Comme chacun l'aura remarqué, les "charges-cotisations sociales" des entreprises destinées à payer les Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Chômage, Vieillesse, Dépendance,etc, etc..., incorporées aux Calculs des Prix de Revient (appelés "coûts de production en gestion), alourdissent les prix à la production et nuisent à la compétitivité des entreprises pour les exportations.

    Or, je le rappelle, intégrées dans les Calculs des prix de Revient et de Vente, ce sont les consommateurs qui les payent, y compris les enfants qui achètent des bonbons ou des pains au chocolat avec leur argent de poche, si leurs parents leur en donne, les chômeurs et les sans abris qui achètent leur pain quotidien et les malades qui prennent leurs médicaments, même si c'est la Sécurité sociale et les complémentaires santé qui les payent directement.

    Il en découle que, puisque les consommateurs payent directement les " charges-cotisations sociales" aux entreprises qui les reversent ensuite à l'Etat, "à l'insu de leur plein gré", puisqu'ils devraient le savoir et que personne ne le leur rappelle, il suffit de les leur faire payer officiellement, directement et de manière transparente chez les commerçants toutes catégories à l'achat des marchandises produits et services. 

    Cela pourrait se faire  de manière très simple, comme suit, par exemple:

    Toutes les "charges-cotisations" sociales seraient retirées officiellement des entreprises et transférées en leur globalité et intégralement sur une TVA SOCIALE qui serait payée par les consommateurs, avec interdiction formelle aux entreprises de les intégrer dans les Calculs des coûts à la production.

    Les charges sociales des entreprises payées par les consommateurs à l'achat des marchandises appartiennent à l'Etat, non aux entreprises. 

    *Retitées des côuts de production, nos entreprises deviendraient ainsi, les plus compétitives des pays industrialisés.

    1- Devenues les plus compétitives Hors Taxes sociales et Hors TVA à l'exportation, les carnets de commandes se rempliraient,

    2- La confiance reviendrait,

    3- Les investissements reprendraient,

    4- De nouveaux emplois seraient créés pour satisfaire les commandes clients en temps et en heure,

    5- Le chômage baisserait sans pour cela atteindre le plein emploi du fait de la démographie,

    6- La balance commerciale retrouverait son équilibre pour devenir ensuite excédentaire.

    NB: Il est bien entendu que les prix de vente locaux, régionaux et nationaux resteraient les mêmes, voire pourraient baisser quelque peu du fait de la concurrence. 

     

    *SIMULTANÉMENT, un IMPÔT SOCIAL serait créé pour les entreprises: Toutes les parties prenantes doivent participer.

     1- Les salariés, comme cela se fait déjà, par retenues sur les salaires et qui payent en outre l'impôt sur les revenus, "Fruit" de leur travail,

    2- Les entreprises, par un impôt social distinct de l'impôt sur le revenu, tout en faisant remarquer que les entreprises (les financiers) n'ont jamais payé de charges sociales directement sorties de leurs investissements ou de leurs poches et qui payeront en outre l'impôt sur les bénéfices, "Fruit" du travail de leurs investissements (capital).

    Cet impôt impôt social serait à négocier entre les partenaires sociaux et les parlementaires après débats à l'Assemblée nationale et au Sénat.

    3- Les consommateurs, par une TVA SOCIALE dont le taux serait fixé par l'Etat en fonction des besoins, compte tenu des recettes en provenance des sommes perçues sur les retenues salariales en 2018 dans leur ensemble et des recettes sociales censées être versées par les entreprises en 2018- et réellement payées par les consommateurs- le tout après négociations entre les partenaires sociaux et débats au Parlement. Retenons que les consommateurs payent, en outre, comme les salariés, l'impôt sur les revenus. 

    La collecte de la TVA SOCIALE serait faite par les commerçants, comme pour la TVA et figurerait sur les factures et les tickets de caisse, par exemple, de la manière suivante: 

    1- Prix de vente Hors taxes:                 Tant:       €

    2- TVA tant %:                                         Tant:       €

    3- TVA SOCIALE tant %:                       Tant:       €

                                           Total:                 Tant:    €€€

    C'est ainsi que, DANS LA PLUS GRANDE TRANSPARANCE, chacun saurait ce que coûtent les financements sociaux Retraites, Retraites comlémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépendance, etc, etc... "à la française" et ce qui et payé dans le cadre de la vie de tous les jours.

     

    *NUL NE TROUVERAIT À Y REDIRE.    

    Les demandes d'augmentation des retraites et de l'améliorations des qualités de soins, bien définies, feront l'objet d'études chiffrées soumises à communication et à l'approbation de la population... qui appréciera... combien ça coûte... dans la plus grande transparence. 

    Rien ne doit être caché: Tout doit être dit! Comment un peuple quel qu'il soit peut il concevoir que ses dirigeants leur cachent tout ce qui concerne les financements sociaux? Comment les députés peuvent ils voter des lois de financement où seuls des bribes de vérité cachés par des atermoiements leur sont communiqués au risque de voir le Peuple s'écrier: "TOUS POURRIS"!                            

     C'est alors qu'arrive LE RAS-LE-BOL général insurrectionnel si nul n'y prend garde! 

                            *Honni soit qui mal y pense*                        

                                 I------------------------I       

                  3- Comment organiser ce grand débat?

    Le grand débat qui sera organisé devra porter uniquement sur le financement des recettes sociales, non sur les dépenses déjà connues et affectées qui serviront uniquement de base de calcul pour définir les pourcentages des sommes qui seront à payer par les parties prenantes, aprés négociations entre les partenaires sociaux que sont les syndicats de salariés et les syndicats patronaux ainsi qu'après débats au Parlement: Assemblée nationale et Sénat.

    Il s'agira, dans un premier temps, après que les chiffres des recettes et des dépenses sociales aient été vérifiées par Bercy, de convenir tout d'abord de:

    1- Qui paye quoi actuellement, comment et combien,

    2-  Que faire à présent pour sauvegarder, nationaliser et pérenniser les financements sociaux Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépendance, etc, etc...

    Pourraient participer à ces débats:

    1- Des membres du Gouvernement, 

    2- Des représentants du fisc de Bercy,

    3- Des représentants des partis politiques,

    4- Les partenaires sociaux: Syndicats de salariés et des chefs d'entreprises,

    5- Des économistes, philosophes, sociologues,...

    6- Des représentants de consommateurs,

    7- Des représentants de la population parmi "les 100" désignés par tirage au sort, 

    8- Liste non exhaustive...

    NB 1: Ce projet de remise à plat des financements sociaux résulte d'une étude menée par moi même et communiquée de manière générale à "Toulemonde" politique, économique et médiatique depuis 2012 via les réseaux sociaux. Il n'a fait l'objet aucune critique durable sur le fond. Cela étant,il y en a plus dans plusieurs têtes que dans une seule. Abordons le sujet calmement, dans la joie et la bonne humeur. C'est de LA PAIX SOCIALE ou de LA GUERRE SOCIALE qu'il s'agit de méditer.

    NB 2: Seuls les sujets portant sur les financement sociaux et de la création d'une TVA SOCIALE pour la Relance de l'économie devront être abordés, à l'exclusion de toutes polémiques pouvant porter sur les autres sujets. Il y aura lieu que le responsable désigné pour diriger les débats soit à la hauteur de la tâche qui l'attend comme exprimé ci dessus: REMETTRE À PLAT LE MODE DE FINANCEMENT DES RECETTES SOCIALES ACTUEL via LA GESTION PAR LA MÉTHODE DU "RÉVISIONNISME ÉCONOMIQUE" proposée par M Alain Saiche, CONFORME AU RÈGLES DU CODE DU COMMERCE, "pour l'avenir de nos enfants", selon la formule consacrée.  

                                  I------------------------I

                                      4- Conclusion.

    *Le climat social actuel, père de tous les maux à venir impose à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, de tenir compte de toutes mes critiques et remarques. 

    Je ne manifeste pas et je ne cherche pas à renverser la République: Je cherche à faire en sorte que Notre Pays, La France, pour lequel j'ai combattu et risqué ma vie en maintes circonstances, retrouve la paix et la sérénité auxquelles il peut prétendre.

    Il appartient aux hommes et aux femmes politiques de changer de manière de penser: Ou penser à l'ego, au fric ou au cul, ou penser France d'abord!  

    La question que chacun aura à se poser, pour en conclure, sera la suivante: 

    "Les hommes et les femmes politiques DOIVENT ILS ENCORE ET TOUJOURS CONTINUER DE MENTIR À LA FRANCE ET TROMPER LES FRANÇAIS en augmentant les impôts pour faire des "dons-subventions" aux entreprises pour les enrichir et "en même temps APPAUVRIR LE PEUPLE DE FRANCE AVEC TOUS LES RISQUES QUE CELA COMPORTE, où APPLIQUER LA MÉTHODE DE GESTION PAR LE RÉVISIONNISME ÉCONOMIQUE RECOMMANDÉE PAR M Alain Saiche EN VUE DE RELANCER L'ÉCONOMIE PAR LA BAISSE DRASTIQUE DES PRIX ( COÛTS) DE REVIENT À L'EXPORTATION?

    Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2, Avenue Casteroun, 40 230, St Vincent de Tyrosse.

    PS: Je suis Gaulliste, plus encarté depuis nombre d'années pour garder mon indépendance d'esprit.

    *J'ajoute que je ne suis un ancien officier de carrière des Troupes de Marine (TDM), subdivision d'Arme Parachutiste (25 ans et quelques mois de services) et ancien Cadre supérieur dans les Transports en commun de voyageurs.

    *Je ne suis pas candidat à un poste électoral. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.