H.B.
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Événement 15 sept. 2022

H.B.
Abonné·e de Mediapart

Manifestation de soutien à Vicenzo Vecchi face aux libertés fondamentales en danger

Quand la justice française se dit indépendante et souveraine, mais se laisse dicter par la Cour européenne de justice, comment appliquer les lois ? Le Comité de soutien de Vincenzo Vecchi à Marseille appelle à une mobilisation générale en soutien à Vincenzo Vecchi, samedi 24 septembre à 16h au vieux-port.

H.B.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 24 septembre 2022 au 24 septembre 2022

Lieu

Vieux-Port à Marseille


La nouvelle décision de la Cour de justice européenne (CJUE) du 14 juillet 2022 va à l’encontre de deux décisions successives de Cours d’appel françaises qui considéraient que la loi fasciste, sur laquelle se base la demande italienne d’extradition, "n’a pas d’égal dans le droit français". Or cet avis va certainement faire jurisprudence, menaçant les libertés fondamentales dans l’espace européen.   

Vincenzo Vecchi réside depuis près de dix ans en Bretagne et risque plus dix ans de prison en Italie au nom d’une loi "Dévastation et saccage", promulguée sous Mussolini, qui vise tout manifestant pour "concours moral" sans nécessité de preuve. Condamné à de lourdes peines pour avoir participé aux manifestations contre le G8 à Gênes en 2001, ce peintre en bâtiment engagé a reçu deux mandats d’arrêt européens par les autorités judiciaires italiennes.

En 2019, deux cours d’appel françaises, à Rennes puis à Angers, ont rejeté le mandat d’arrêt européen pour l’extradition de Vincenzo, considérant que la notion de "concours moral" n’a pas d’équivalent en droit français. Mais, la Cour de cassation de Paris, saisie par un procureur zélé, a refusé de statuer en janvier 2021 et s’est déchargée du dossier en demandant l’avis de la CJUE. Celle-ci a émis, le 14 juillet 2022, un avis permettant qu’un pays de l’UE puisse juger, sans preuve, un simple manifestant, y compris 21 ans après les faits.

Pour rappel, la manifestation contre le sommet du G8 en 2001, avait rassemblé 300.000 participants de toute l’UE  à Gênes. On y comptabilisait un mort et des centaines de blessé.e.s, la plupart ayant écopé d'une peine en prison. La police italienne avait été condamnée en 2015 par la Cour européenne des droits de l’homme pour des actes de torture.
Une nouvelle audience de la Cour de cassation à Paris dans ce dossier est attendue le 11 octobre 2022. Dans ce cadre, les nombreux comités de soutien de Vincenzo en France, lancent une mobilisation générale samedi 24 septembre 2022, pour demander la liberté définitive de Vincenzo.
A Marseille, RDV la manifestation débuttera samedi 24 septembre à 16h au Vieux Port.
https://www.comite-soutien-vincenzo.org

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit