Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

474 Billets

0 Édition

Portfolio 3 juin 2020

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Une manifestation historique pour Adama

Nul doute que la date du 2 juin 2020 restera gravée dans les mémoires. Le rassemblement devant le tribunal de Paris ce jour à la porte de Clichy est la démonstration que le rapport de force est bien en train de changer.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Nul doute que la date du 2 juin 2020 restera gravée dans les mémoires. Le rassemblement devant le tribunal de Paris ce jour à la porte de Clichy est la démonstration que le rapport de force est bien en train de changer. 

    Le rascisme n'est pas une opinion, mais un délit. Encore faut-il que ce beau concept trouve sa déclinaison sur le terrain. Face à une police qui a les pleins pouvoirs surtout depuis l'avènement des gilets jaunes qui ont manqué de faire chuter le président actuel, le rascisme et les violences policières n'ont jamais autant animé l'actualité et la mort de Goerges Floyd a été en cela un accélérateur de cette soif de justice pour tous les morts, mutilés et blessés causés par ce qu'il faut bien appeler désormais une officine.

     La mort d'Amada Traoré en 2016 n'a jamais trouvé de réponse judiciaire satisfaisante, celle-ci préférant se cacher derrière des analyses médico-légales qui n'ont cessé de discupler les fonctionnaires de police incriminés. Une troisième expertise vient enfin d'établir un lien de cause à effet entre la mort d'Adame Traoré et le plaquage ventral dont a fait l'objet le défunt lors de son interpellation. Mais à quel prix? Et au bout de combien d'années? Le résultat d'un long combat de la famille, un combat encore loin d'être terminé pour arriver à faire condamner définitivement les gendarmes à l'origine de la mort d'Adama.

     Des milliers de militants antifascistes, antirascistes, amis de la cause humaniste et fervents défenseurs d'une justice véritablement impartiale ont montré ce 2 juin 2020 leur unité face à l'insoutenable banalisation de la violence policière qui, au nom de la raison d'Etat, est aujourd'hui scandaleusement autorisée par une élite politique pour mater toute forme de contestation et maintenir à tout prix un système politique agonisant et un modèle économique profondément injuste.

     La police, on le sait, vote massivement pour le Rassemblement National et ses agissements dans les quartiers populaires, où vit essentiellement une population issue de l'immigration décline au quotidien l'idéologie abjecte de cette formation politique, la rendant de facto parfaitement illégitime pour remplir sa mission qui est de servir et protéger. Car la police aujourd'hui fait peur plus qu'elle ne rassure, un sentiment est très largement partagé dans tout le pays.

     Hier une marée humaine de manifestants s'est réunie devant le palais de justice de Paris pour dire que la vie d'Amada Traoré, des noirs, des arabes et de toutes les minorités visibles comptent, et que justice doit être rendue. Sans réponse de l'appareil judiciaire face à l'expression d'une volonté populaire en faveur de poursuites contre les gendarmes auteurs de la mort d'Adama Traoré, les prochains jours risquent bien de connaître de graves similitudes avec les émeutes urbaines historiques que traversent les États-Unis.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez