Portfolio

AXA prévoit "la baisse programmée des futures pensions" dans une affiche publicitaire

Incroyable! Il faut le voir pour le croire. Une publicité d'AXA publiée un temps très court et vantant des produits d'épargne retraite est criante d'une sombre vérité que tous les opposants à la réforme des retraites répètent inlassablement depuis le début.
  1. Incroyable! Il faut le voir pour le croire. Une publicité d'AXA publiée un temps très court et vantant des produits d'épargne retraite est criante d'une sombre vérité que tous les opposants à la réforme des retraites répètent inlassablement depuis le début.

    Comment mieux détruire cette réforme des retraites sur le plan des idées sinon par une affiche publicitaire aussi explicite? Qui plus est par une institution financière de renom qui, à n'en pas douter, se frotte les mains avant de se gaver sur le dos des futurs pensionnés. Les bénéfices n'attendent pas pour AXA. Il faut même les préparer surtout lorsqu'il est question d'un juteux marché à plus de 300 milliards d'euros et où la concurrence, on peut le deviner, va être féroce.

    On sait que BlackRock lorgne depuis longtemps sur ce qu'ils appellent "l'or gris" français. Mais en bons stratèges, ce fond de pension américain avance discrètement.
    Or, AXA l'affirme ouvertement, "la baisse programmée des futures pensions" n'est donc pas une vision déformée de la réalité mais bien le reflet d'un avenir funèbre que nous prépare ce gouvernement à l'impopularité record pour servir sur un plateau le sang et la sueur des travailleurs aux spéculateurs financiers.

    Le service marketing de ce mastodonte de la finance va certainement essuyer les rodomontades de l'exécutif pour avoir mis en évidence l'aspect le plus régressif du projet à savoir que celui-ci va bel et bien appauvrir les retraités de demain. Mais les Français, en tout cas les plus fragiles, ont-ils vraiment besoin de cette affiche pour comprendre que ce projet signe de facto leur mort sociale? Non mais celle-ci a au moins le mérite de montrer que leurs craintes nourries par ce projet mortifère sont légitimes et en aucun la résultante d'une incompréhension ou d'une caricature de celui-ci.

    Lorsqu'un allié objectif de la Macronie trahit ses appétits financiers voraces au vu et au su de tous, l'espoir de voir cette réforme retourner de là où elle vient grandit encore un peu plus car même si le mouvement de contestation mené par les grévistes de la RATP-SNCF s'essouffle, les agents de ces deux entreprises de transport public constituent un gisement inépuisable de détermination qu'Emmanuel Macron aura bien du mal à combattre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.