Portfolio

Raquel Garrido instrumentalise la mort d'un gilet jaune par un tweet odieux

Le comble de l'indécence a été allègrement atteint. Raquel Garrido a publié un tweet qui transpire la récupération politique. Mais une récupération politique tellement grotesque que les bras m'en sont tombés lorsque je suis tombé dessus. Voilà le tweet en question :
  1. Le comble de l'indécence a été allègrement atteint. Raquel Garrido a publié un tweet qui transpire la récupération politique. Mais une récupération politique tellement grotesque que les bras m'en sont tombés lorsque je suis tombé dessus. Voilà le tweet en question :

    "Une manifestante est décédée des suites de son engagement citoyen. Morte pour ses idées. Et à l'instant où nous parlons il n'est même pas certain que le gouvernement ait la décence de respecter cet engagement et de l'entendre. Combien de morts et de blessés faudra-t-il monsieur Macron?"

    Combien peut-on danser sur un cadavre encore chaud pour faire de la politique politicienne? Mais quelle est cette conscience ou plutôt cette inconscience qui a permis à madame Garrido d'écrire de tels propos pour exploiter politiquement un tel drame? Ce tweet a en tout cas fait l'objet d'un déferlement d'insultes et de collibets où il lui a été reproché de faire de cette victime décédée un objet politique au bénéfice de la FI. Ce parti étant en mauvaise posture et c'est peu de le dire suite aux nombreuses affaires compromettantes qui le rattrapent, tout est permis pour redresser la barre d'impopularité de la FI. Sauf que madame "je préfère faire le clown sur c8" a clairement manqué de discernement face à ce drame et il est certain que l'emballement de cette Insoumise bling bling laissera des traces indélébiles dans la toile et vraisemblablement au delà vu l'indignation générale qu'a suscité son tweet.

    J'ai demandé le retrait immédiat de ce tweet ce qui m'a valu d'être bloqué illico presto. Une magnifique conception de la démocratie façon FI. Bref le vrai visage de la FI ne fait plus écran pour personne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.