Portfolio

Les fausses excuses de Pierre Ménès

Pierre Ménès, c'est le symptôme d'une société dont les valeurs morales se délitent. Le harcèlement sexuel ordinaire, les blagues vaseuses à caractère sexuel et les gestes déplacés vis-à-vis des femmes ne sont plus acceptables dans la société du #Metoo et du #balancetonporc et c'est tant mieux.
  1. Pierre Ménès, c'est le symptôme d'une société dont les valeurs morales se délitent. Le harcèlement sexuel ordinaire, les blagues vaseuses à caractère sexuel et les gestes déplacés vis-à-vis des femmes ne sont plus acceptables dans la société du #Metoo et du #balancetonporc et c'est tant mieux.

    Il faut quand même rappeler que le chroniqueur sportif de Canal Plus avait la blague sexuelle et l'humiliation envers la gente féminine facile. Tout cela en toute impunité. Il faut croire que chez Bolloré, il faut être rasciste ou un pervers sexuel pour s'attirer les faveurs du milliardaire. Personne ne regrettera en tout sa suspension du Canal Football Club. Pierre Ménès s'est excusé mais des excuses qui sonnent creuses et qui transpirent surtout la volonté d'échapper à ses responsabilités. La pression médiatique caractérisée notamment par le  hashtag #Pierremenesout est si forte qu'il s'est senti acculé et donc contraint de faire amende honorable. Mais faire amende honorable, c'est déjà avoir la dignité de se retirer des plateaux de télévision ce qu'il n'a pas fait de sa propre initiative mais sous la contrainte.


    Le harcèlement sexuel dont sont victimes les femmes au travail et ailleurs gangrène notre société et l'impunité dont jouissent les personnalités médiatiques proches des réseaux de pouvoir est insupportable.
    Aujourd'hui la vérité éclate au grand jour et la toile s'indigne. Pierre Ménès est suspendu par la direction de la chaîne Canal Plus mais pour combien de temps? Officiera-t-il à nouveau sur la chaîne cryptée? Ce serait en tout cas scandaleux de revoir ce bof fini à la télévision mais malheureusement plausible.

    Merci à Vincent Bolloré qui, grâce à sa fortune, a fait de ses chaînes les principales caisses de résonance de la xénophobie et de la femme objet. On s'en souviendra quand ce système s'effondrera.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.