Portfolio

8 et 9 mars. Le Chili à l'heure de la révolte

En direct de Santiago du Chili, la Journée Internationale des Femmes du 8 mars et la Grève Générale Féministe du 9 mars 2010.
  1. Des centaines de prisonniers depuis la Révolte sociale du 18 octobre 2019. La thématique de l'oeil ouvert (vigilance et révolte) et de l'oeil crevé (mutilations oculaires recensées) est récurrente. Voir article du blog : Le Chili à l'heure de la révolte. 

  2. Place Dignidad à Santiago le 8 mars au départ de la manif. L'esprit de la révolte est féministe.

  3. "No estamos todas, faltan las asesinadas". 

  4. "Pour un nouveau Chili avec parité de genre". Grève générale féministe 8 et 9 mars. Les préparatifs. 

  5. Quelques heures avant la manif du 8 mars. "Et leurs yeux lançaient des flammes". 

  6. Quelques heures avant la manif du 8 mars. "Seule la lutte nous apportera la dignité". 

  7. Les carabiniers féminines prèvues pour "accompagner" le cortège du 8 mars sous commandement de la Générale Berta Robles. Honnies par les manifestant.e.s, aux cris de "La "paca" (la flic) n'est pas notre compagne".  

  8. Le chien noir à foulard rouge appelé "Matapaco" (Tue-flics), symbole de la rèvolte sociale du 18 octobre, est vendu partout. Ici avant la manif sur la Place Dignidad, en porte-clés, calendriers, foulards etc. 1 euro.

  9. Place Dignidad. Hommage aux victimes de féminicides 

  10. "Nous répondons à ta violence par la résistance". Sur les seins nus : Mon corps est mon  territoire. J'ai demandé à toutes les personnes que j'ai prises en photo l'autorisation de la divulguer, y compris parents et enfants, toutes et tous non seulement ont accepté mais en étaient fièr.e.s. 

  11. Contre toute violence patriarcale. 

  12. (je défile) Pour tous les prix Nobel qu'ils nous doivent. 

  13. "C'est moi qui décide". "Paix du peuple". "Au diable le patriarcat". 

  14. Sororité. 

  15. Les frondes, billes, lunettes et masques de protection sont en vente au grand jour Place Dignidad pendant les trois heures avant le départ de la manifestation du 8 mars. 

  16. Grève générale. 

  17. "Quand une femme fait un pas, nous avançons toutes". 

  18. "Première ligne féminine", étudiantes et travailleuses en première ligne dans les affrontements avec la police anti-émeutes. "Primera linea" hommes et femmes dans les manifestations quasi quotidiennes depuis le 18 octobre. 

  19. Présente. 

  20. Le cortège a démarré. 

  21. Des femmes portent un linceul portant les noms des victimes de féminicides depuis 2010. 

  22. "L'amour ne blesse pas". 

  23. L'Athénée anarchiste de Santiago dans la manifestation derrière la Primera Linea et les Mamis de la capucha. 8 mars. 

  24. "Ni leaders ni partis". 

    "C'est maintenant". 

  25. "Où sont-ils/elles ?"

  26. "Saint Chien noir Tue-Flics, lutte avec nous". 

  27. "Je serai la femme que je voudrai"

    "Je suis venu pour ma maman"

    8 mars. Quelques instants avant les premiers gaz lacrymogènes. 

  28. "Justice. Stop à l'impunité"

    "On ne touche pas, on ne viole pas, on ne tue pas les jeunes filles"

    Mamis de la capucha (Mamans cagoulèes)

  29. "(Nous lutterons) Jusqu'à ce que la dignité entre dans les moeurs". 

    "Vous n'êtes pas seules. Nous sommes là, nous les mamans en cagoule". 

    "Amour dans la lutte. Maman cagoulées". 

    Les mamans cagoulées, très déterminées, suivent de près la jeune génération des Primera Linea ! 

  30. Aucune "hembra" (femme et femelle) ne sera réduite en esclavage pour la reproduction et la consommation. 

    Deviens vegan. 

    Féminisme antispéciste, 

  31. Alameda. Grande avenue de Plaza Dignidad a Plaza Echaurren longeant les universités. Parcours habituel des manifestations. Les barrières de sécurité sont dressées par la police anti-émeute...

  32. ... et renversées par les manifestant.e.s. 

  33. Vue de l'Alameda. 8 mars.  

  34. Bannière du 8 mars. 

  35. "Jamais soumise, toujours déterminée". Et prête pour les gaz, beaucoup de familles avec enfants rèsistent aux premiers jets de lacrymo. 

  36. Sur le monument : "Avortement libre pour qu'il ne devienne pas flic"

    Sur la pancarte : "Que le féminisme libère toutes les espèces". 

  37. Usage de la fronde. 8 mars. 

  38. Cortège 8 mars. 

  39. Cortège 8 mars. 

  40. Canon à eau devant le palais présidentiel de La Moneda, sur l'Alameda (Avenue Bernardo O'Higgins). 

  41. Doigts d'honneur devant La Moneda. 

  42. Doigts d'honneur devant La Moneda. 

  43. Hommage à des femmes victimes. 

    Pancarte : "Vous pouvez vous mettre votre coronavirus où je pense, nous, nous (au féminin) sommes en train de résister à un parasite mortel du nom de Salaud de Piñera". 

  44. Piñera (le président) torture comme Pinochet pendant la dictature. 

  45. Manifestant. 8 mars. 

  46. "Face à la violence d'État, femmes et filles en rébellion". 

  47. Banderole du 8 mars "Nous nous voulons vivantes et libres". 

  48. Plusieurs murs sont couverts de dénonciations de viols et abus sexuels.  

  49. Une jeune fille écrit son témoignage et dénonciation.   Souvent y figurent les noms voire les coordonnées du dénoncé. 

  50. "Révolte-toi". 

  51. "L'État oppresseur est un mâle violeur". 

  52. Jeune manifestante au pavé. Alameda. Santiago de Chile. 8 M. 

  53. "Grève générale féministe contre le terrorisme d'État". 

  54. Manifestant sur l'Alameda pendant la dispersion par la police anti-émeutes. 8 mars. 

  55. Sur l'Alameda pendant la dispersion par la police anti-émeutes. 8 mars. 

  56. Sur l'Alameda pendant la dispersion par la police anti-émeutes. 9 mars. 

  57. Les médics secourent une manifestante

  58. Manifestant sur l'Alameda pendant la dispersion par la police anti-émeutes. 

  59. N'oubliez aucun coup (d'État) . Chili 2019. Piñera démission. 

  60. Piñera dictateur assassin. 

  61. Grève générale féministe, allons-y !

  62. État assassin et violeur. 

  63. Acab féministe. 

  64. Flics et militaires mercenaires des riches. 

  65. Mur de Santiago. 

  66. Stop aux mutilations. 

  67. État assassin. 

  68. "Le Chili s'est réveillé".

    "Que meure Piñera et pas ma compagne". Près de Plaza Dignidad. Santiago de Chile. 

  69. Jardin public à Valparaiso le 11 mars. Statue transformée en negro matapacos. 

  70. Jardin public à Valparaiso le 11 mars. Statue transformée en Chien de la révolte avec mutilation oculaire.  

  71. Très fière d'être femme.

    Première ligne féministe.

    Valparaiso le 11 mars. 

  72. "Nous sommes les sans visage". Valparaiso le 11 mars. 

  73. "Je cache mon visage, tu caches la réalité". Valparaiso le 11 mars. 

  74. "Nous vaincrons". Valparaiso le 11 mars. 

  75. Valparaiso le 11 mars. Nous les exclues du marché de la jeune fille comme il faut, la femme comme il faut, la bonne mère de famille, nous existons et nous résistons : la laide, la vieille, l'indienne, la noire, la blanche, la grosse, la maigre etc ... toutes toutes sauf la flic. 

  76. Alertes machistes, pédophiles, harceleurs etc sur les murs de Santiago du Chili. 

  77. La constitution que nous avons toujours eue. La Constitution que nous voulons. 

  78. « Pas de futur sans nous les femmes. Pour un nouveau Chili avec parité de genre. Organisé par l'Université du Chili. 10 mars. De nombreuses invitées à s'exprimer.  A la tribune, deux professeures de l'école de théâtre de l'Université proclament un manifeste féministe. Santiago du Chili. 

  79. Jardin public. Valparaiso 11 mars. 

  80. Jardin public à Valparaiso. 11 mars. 

  81. "Vive la révolte" Santiago du Chili. Le A cerclé partout sur les murs de la ville. 

  82. "La révolution est féministe" Santiago du Chili. 

  83. Les mutilations oculaires, ça ne passe pas !

  84. Retour au rassemblement pour la manifestation du 8 mars. Santiago du Chili. Amazone au drapeau noir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.