Portfolio

Equipe - Cinéastes - Auteurs

  1. Chrystelle - Cinéaste

    Chrystelle c’est dès qu’elle apprend à marcher que l’espace de la scène la transporte, elle rêve de « danseuse étoile » … elle performe cependant de nombreuses années et danse le modern Jazz dans l’école renommée « Dutrey » une mémoire encore aujourd’hui chère a son cœur et que l’on retrouve dans ses choix multiples. Chrystelle excelle et souhaite rentrer au conservatoire de danse pour poursuivre sa rigueur, les pointes et les portés … mince le concours lui échappe pour deux trois trucs sur son anatomie … alors elle se dirige vers la pratique du yoga et en music pour quelques années au conservatoire avec l’instrument Contrebasse, puis s’oriente des années avec une troupe de danses populaires de l’océan Indien ses origines, musiciens et danseurs parcourent des festivals, des scènes des Hautes-Pyrénées dont elle est native. ….. ça se voit encore que Chrystelle danse: la marche, la cadence, l’esprit d’équipe, la performance, sa grâce.. Une passion que Chrystelle est toujours prête pour quelques pas mais sans excès la santé ne lui a pas permis de continuer à pratiquer davantage.

    En parallèle l’instrument Contrebasse l’accompagne puis la quitte, elle ne veut pas jouer avec l’archet mais plutôt en pizzicato…Quelques années passent elle découvre la music dans les sous-sols et quitte le conservatoire… Chrystelle choisit d’arrêter les études, elle s’ennuie et cause de filer du mauvais coton par son côté bout en train, elle apprend le métier en formation accéléré dans le domaine de l’esthétique puis de la coiffure auprès de Claude, l’ambiance, les services, les soins, les couleurs les plus vives l’anime, elle aime participer aux shows sur les défilés où déambulent les plus belles coiffures, Chrystelle se distingue, puis vient une proposition de partir travailler a Miami, elle refuse Chrystelle préfère New-York qu’elle rencontrera des années plus tard … Elle quitte définitivement le métier, a nouveau sa santé lui fait abandonner. La fréquentation médicale est trop, des résultats pas optimistes, l’obligation du port d’un corset et la prescription des doses un peu forte … elle contrariera le milieu médical par ses nombreux refus aux propositions des étapes chirurgicales qui ressemblent selon elle à un mauvais laboratoire…

    Chrystelle se dirige vers l’alternative, la médecine douce ! Qui jusqu'à a aujourd’hui font bien l’accord ! Quelques années passent direction le bord de la mer Méditerranée, place au théâtre. Les stages intensifs avec la méthode de l’Actors Studio pour apercevoir les œuvres d’Anton Tchekhov et de Tennessee Williams … Les formations pour les artistes indépendants, management …

    Et c’est enfin aux ateliers de la Compagnie le Bruit Des Hommes qu’elle s’assoit et s’y sent bien, Chrystelle préfère des rôles muets à la « Buster Keaton» comme en danse, et découvre « la création, les textes, la lecture »… quelques années avec Stéphane Bault Comédien - Marionnettiste et Yves Borrini Metteur en scène Dramaturge dont elle suivra les ateliers et qui par la suite l’inspireront. L’expression corporelle est présente mais sur scène elle ne décroche pas un mot, Chrystelle aime bien la scène, cependant ce n’est pas encore sa place. Alors en cours elle regarde ses partenaires jouer. Jusqu'à que Yves rappelle que les acteurs doivent défendre leur rôle sinon y ont rien à faire sur une scène, message reçu. Quelques casting, quelques tournages Méditerranéen et quelques années ….

    Chrystelle à un déclic elle aime les tribus, les ambiances, la danse, la poésie, les histoires, la mise en scène, la direction d’acteurs... … Avec une amie du cours elles créent un spectacle pour le jeune public, de l’écriture au décors …. demande l’aide pour les costumes à la créatrice Isabelle Agnès-Gouzy dont elle défilera lors d’un événement, Chrystelle s’entoure, approfondit avec quelques master class cinéma pour la direction d’acteurs et la construction du personnage, des années plus tard une amie lui propose d’adapter une œuvre, Chrystelle accepte et l’amie part quelques mois plus tard vers l’Italie et Fellini. Chrystelle relève le défi de continuer l’aventure et de réunir une équipe pour une résidence dans un théâtre et quelques représentations. Quelques années a travailler en parallèle comme artiste de complément à l’opéra de Toulon, et la culture classique revient, elle rencontre des danseuses étoiles et le délicat chorégraphe E. Margouet, la fosse et la multitude d’artistes qu’un opéra gère. Chrystelle se glisse dans les coulisses, coiffeurs maquilleurs habilleurs musiciens, cantatrices, ténors, chefs d’orchestres.. La curiosité est là. Et pour les représentations théâtre et les adaptations « Les Bonnes » dans la présentation contemporaine, années Baroque et années 50, Chrystelle reçoit le soutien de Roger De Greef Chef coiffeur posticheur et chapelier de l’opéra ainsi que son équipe de maquilleur habilleur. Chrystelle s’investit sur scène auprès des comédiens composés de 10 à 17 artistes qui actent. Une bande atypique auquel elle restitue la confiance.. C’est chouette d’être accompagné et dans l’ensemble Chrystelle partage ses ambitions, elle joue son premier rôle en tant qu’actrice dans un court-métrage qui emporte 2 prix au festival de Nice puis présenté au short corner de Cannes.

    Chrystelle parcourent les castings, les tournages et la compétition n’est pas de son gout, … & Vive la création.

    Chrystelle rencontre le cinéaste Lydéric, ils s’accompagnent dans leur art, chacun son identité et ils cheminent avec la réalisation de 9O court-métrage, et de projets ambitieux …

    Et aujourd’hui le premier long-métrage qu’ils dirigent ensemble.

    Chrystelle est une femme d'action & de coeur ;-)

  2. Lydéric - Cinéaste

    Lydéric signe ses aspirations avec une singularité. Enfant il s’amuse dans la jungle Camerounaise avec des personnages célèbres.. Des mammifères emblématiques, des grandes plantes.. La nature l’entoure, une biodiversité exceptionnelle.. et les décors sont posés ! Sa passion même avant de lire se sont les croquis, il croque des carnets d’histoires et les couleurs resplendissent.. Il passe son enfance sur le continent Africain, le Cameroun,.. jusqu'au désert de la Mauritanie …, une empreinte indélébile qui l’emmène partout avec lui. Des années à grandir, à danser, dessiner.. à écouter les récits d’aventures que relate les grands, pour a son tour les imaginer.

    Une décennie plus tard, arrivé en Europe Lydéric poursuit avec les études: les arts plastiques, l’école de musique Jazz, …graphiste, designer, montage, projeteur, opérateur.. La neige sur les sommets l’interpelle, l’alpinisme le guide vers 16 ans jusqu’au sommet du Mont Blanc pour l’aventure qu’on lui connaît.. et quitte les bancs d’études: c’est trop déparé, il souhaite une autre dynamique avec plus d’enthousiasme. Il prend sa guitare sur l‘épaule et direction Chicago.

    A Chicago il grimpe sur les toitures pour la charpente en bois, un métier qu’il ne connaît pas et qu’il apprend sur le terrain.. Au fil des années il se distingue avec les équipes, sculpte des œuvres en bois, se lie d’amitié avec le sculpteur Finn Thomsen et œuvre sa devanture d’un bateau de Viking, un ouvrage encore visible si vous vous promener par là. L’architecte Bill McCollum fait ensuite appel aux talents et l’ingéniosité de Lydéric.. Encore et toujours il joue, il partage et diffuse sa musique à qui veut l’entendre. Il est venu pour jouer le Blues et joue le Blues dans les endroits incontournables de Chicago. Jusqu’à s’envoler pour le projet ambitieux l’IceCube Antarctic pendant plusieurs mois dont l’expérience extraordinaire est à la hauteur de sa curiosité et sur place il interpelle les copains de la station pour une mise en scène et bien sur quelques sessions a jouer le blues,… il reçoit la médaille sans importance courage sacrifice & dévotion pour cette mission, elle a du sens lorsque ont connaît Lydéric, Lydéric l’aventurier.

    Lydéric s’implique, arpente les continents pour la music et les projets en images. Les performances d’acteur débutent aussi à Chicago, … Ville qu’il affectionne pour l’écho des pas et des bruits tant le son et l’ambiance résonnent comme une vérité. Entre amis et toujours à la direction il met en scène ses premiers courts-métrages. Sur les routes du Mississippi vers la Louisiane, de las Vegas à San Francisco .. les célèbres canyons .. les longues routes, les parc naturels, ils suit les décors… pour raconter des histoires dans ses films.. Sa route croise le cinéma underground de Chicago et y découvre la création d’un cinéma qui lui donne la force de continué dans ce qu’il aime faire: raconter des histoires et sortir des cadres et des contraintes économiques industrielles: le cinéma et la production indépendante.

    Il prend sa caméra et change de continent, direction l’Afrique de l’ouest, tourne au Togo, Burkina Faso, Bénin.. Lydéric est intègre et il est invité aux rituels, funérailles, cérémonies,.. des invitations qu’il ne refuse pas tant il est fidèle. Il a une gueule et a de la gueule et avec sa curiosité inépuisable, son éthique de l’action, de l’efficacité, il œuvre. De passage en France il fédère pour raconter des histoires, c’est avec sa partenaire Chrystelle qu’il poursuit avec l’aventure Routefilm. Depuis plus de 10 ans, ensemble ils préparent des projets ambitieux, ils composent, créés des personnages et en interprètent, ils participent a des master class cinéma, des festivals, des journées cinéma, des tournages en dehors des créations… L’équipe se retrouve sur une dynamique de créations et Routefilm réalise 90 courts-métrages, …

    Prochain chapitre « les réalisations indépendantes avec les Où, comment, avec qui et pourquoi ». Sans oublier les rencontres et la pile de dossiers.

    L’énergie est présente chez Lydéric et y investit toute son influence pour Routefilm. Il poursuit avec le deuxième art en Bord de Méditerranée, il s’allie d’amitié auprès du maître sculpteur Melky qui organise un Symposium sculpture dans une carrière de marbre pour le projet d’un musée en plein air, Lydéric réalise des films avec les performances des sculpteurs venus des quatre coins du monde et finit a prendre les outils pour tailler la pierre avec Melky et oeuvrer ensemble pendant quelques semaines.

    Pour l’autonomie énergétique des tournages Lydéric conceptualise le studio mobile cinéma, une étude de plusieurs mois et des mains dans le cambouis, projet réalisé, ..L’œuvre est présenté dans un post précédant. Ses lectures et ses recherches ont du sens. Une énergie et une philosophie de vie, une exception que Lydéric inspire, ça se voit ..

    C’est un véritable échange que Lydéric a, faut-il passer outre les apparences qui s’opposent au réel car elles ne sont qu’un aspect trompeur de la réalité. « Les femmes et la music sauverons le monde dit t’il toujours ». C’est son blues a lui, il n’y voit pas la tristesse, ni la mélancolie mais plutôt la résistance des époques.

    Il y a des parcours atypiques et des Hommes atypiques, des rencontres que l’on n’oublie pas tant elle nous apporte à être vivant d’espérances.

    De raconter des histoires, et de les réaliser c’est le naturel de Lydéric.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.