La monarchie marocaine

Le bilan du roi des pauvres, 20 ans après

Le dictateur fête bientôt ses 20 ans de règne, un règne sans partage, conformément à la tradition de ses ancêtres. Il est évident que rien n'a changé dans le bagne alaouite à ciel ouvert, ses sujets désormais ne rêvent que d'une chose, traverser la Méditerranée qui est devenue un cimetière, les deux décennies noires de son arrivée au pouvoir  n'ont fait qu’aggraver la situation et le despote lui même avait reconnu les faits dans l'un de ses discours creux, histoire de se moquer de ses esclaves, en les interrogeant sur la richesse disparue  de la nation alors qu'il continue de la transférer dans les paradis fiscaux du monde entier, là où il construit ses projets faramineux et sans vergogne. Ses caprices extravagants n’ont plus de limite, commandeur des croyants et homosexuel à la fois, une insulte obscène à la foi, mais le royaume alaouite a toujours été un havre de paix pour les pédophiles et les pervers de toute espèce, ils y sont même décorés royalement. En effet, la monarchie n'a guère changé, d'ailleurs un certain politicien français avait déclaré que :«  le Maroc est une maîtresse qu'on n’aime pas trop, mais on doit la protéger » ce qui explique que toute tentative de changement est une cause perdue, le harem bien cadenassé depuis l'époque de Caligula II, mort Dieu merci , les crimes et les assassinats politiques sont d'actualité, les disparitions, les fusillades en terre ou  mer, les suicides vrais et faux, les siècles de prison pour qui ose dire non, bref, un Maroc tel qu'on connaît depuis la nuit des temps : un enfer absolu pour les marocains et un paradis fascinant pour les traîtres et les étrangers à la frontière de l' Europe ! Et quand je lis, par exemple, un certain rapport du magazine «  le point » consacré au bilan du despote en décrivant sa monarchie comme «  une nouvelle puissance de l'Afrique », quand  j’entends un journaliste politique chevronné de « Mediapart » dire au festival des «  droits de l'homme » à Essaouira que les condamnations du Rif ont été « un PEU exagérées » !...Franchement, en tant que marocain exilé en France, je crois que je ne suis pas sorti de l'auberge. 

Mahatma Ghandi  avait dit : «  celui qui veut servir, ne gaspillera pas une seule seconde pour son confort personnel », le roi des « selfies » quant à lui, s'offre justement une montre à un million d'euros, car ses secondes sont comptées ! 

Vive le peuple, et vive la république marocaine 

Abdellatif Zeraïdi

alleg-b

Mulhouse le 13/07/2019

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.