Batman à Paris

La maison blanche ayant changé de locataire, celui-ci remet les pendules à l'heure, par conséquent " le descendant du prophète " dans sa chute libre risque  de tomber sur son gros cul.

Avec toutes ces guerres qui ne disent pas leurs noms, je ne sais pas qui peut se rappeler d'un  anodin 11 novembre 2018, une commémoration assez typique par la présence d'un curieux personnage, qui était assis au premier rang parmi " les grands ", gentiment, juste  en train de ronfler pendant le discours du président, enroulé dans une cape noire. Son voisin, qui n'arrêtait pas de l'observer d'un air dégouté, dira de lui  dans un tweet : " J'ai été à Paris et j'ai rencontré Batman..."  

Toutefois, ce faux-cul de Batman offrira la plus haute  médaille du royaume des ténèbres à celui qui l'avait toujours méprisé, car il avait spéculé sur sa rivale, d'un montant de 12 millions de dollars,  au détriment d'un peuple affamé, naturellement . 

Ainsi  " le commandeur des croyants " perd son pari à tous les coups, juste après avoir accepté " la normalisation "  contre l'ouverture d'un consulat bidon au désert, la maison blanche ayant changé de locataire, celui-ci remet les pendules à l'heure, par conséquent " le descendant du prophète " dans sa chute libre, risque  de tomber sur son gros cul.   

 

Batman à Paris Batman à Paris

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.