ACamenisch
Enseignant Chercheur
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 sept. 2020

Lettre ouverte à M. l'Adjoint au Maire de Colmar, M. Meistermann

Suite à des travaux de voirie, la Mairie de Colmar a décidé d'abattre un alignement de 18 tilleuls cinquantenaires qui devait initialement être préservé. L'Association "Les 18 tilleuls" souhaite qu'avant de procéder à l'irréparable une solution alternative soit discutée avec la Mairie afin de préserver les arbres sains et viables.

ACamenisch
Enseignant Chercheur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur l’Adjoint au Maire de Colmar, 
Nous accusons réception de votre réponse à notre lettre du 6 août, reçue par courriel le 11 août. Nous regrettons que la mairie de Colmar refuse une « prise de décision conjointe » et donc un consensus avec notre Association, qui regroupe une vingtaine de riverains de la rue Charles Grad, à propos de l’abattage des tilleuls. Pourtant la demande que nous exprimions, à savoir d’arracher un arbre et d’examiner son système racinaire, nous semblait tout à fait raisonnable, étant donné que les arbres seraient de toutes manières abattus.

Les 18 tilleuls de la rue Charles Grad à Colmar © Camenisch

Pourtant la citation de notre lettre que vous reprenez dans votre réponse où nous vous assurons que « le but de notre Association n’est pas de conserver des arbres dangereux » aurait pu vous rassurer quant à nos intentions. En effet, en tant que riverains, nous sommes les premiers concernés par un danger potentiel que pourraient représenter ces arbres : nos enfants, nos véhicules, nos logements, nous-mêmes, sommes au quotidien dans cette rue. Le souci de notre sécurité est donc particulièrement aigu. Les objectifs de notre Association et ceux de la Mairie concordent donc sur ce point.
Cependant, le souci de notre sécurité n’efface pas celui de notre santé et de celle des Colmariens. En effet, les bénéfices apportés par les arbres, additionnés de rue en rue, qu’il n’est plus nécessaire d’énumérer, sur la qualité de vie des Colmariens, méritent que le légitime souci sécuritaire ne soit pas extrémiste et soit au moins délibéré en vue d’autres options possibles.
Toutes les études sur les arbres que nous avons pu consulter, notamment celles qui ont conduit à établir des « chartes des arbres » dans différentes villes, démontrent qu’un jeune arbre ne remplace pas un arbre adulte et ne produit pas les mêmes effets avant des dizaines d’année. Le coût de remplacement est évalué forfaitairement de 1,5 à 2 fois le coût initial de plantation. Il faut aussi ajouter que les jeunes arbres en ville sont particulièrement fragiles, sujets au dessèchement, victimes des réverbérations du soleil sur les immeubles, comme c’est par exemple le cas de l’alignement de jeunes arbres rue Schweitzer à Colmar, récemment plantés et déjà morts. Par contre, si ces jeunes arbres poussent à l’ombre d’arbres plus anciens qui sont progressivement remplacés, leur chance de survie est plus grande. 
Outre qu’elle tient à éclaircir les motivations de notre Association, cette lettre ouverte vise aussi à rétablir quelques faits et à démentir certains propos de votre réponse.
Ainsi, vous affirmez que notre Association a affiché « un ton irrespectueux » « à l’égard des professionnels de la Ville et de la société PG Inventaire », qui a réalisé l’expertise qui a conduit à la décision du maire d’abattre tous les 18 tilleuls de la rue Charles Grad, et que notre Association a remis en cause les compétences de cette société, ce qui vous a fait demander une « contre-expertise » qui a eu lieu le 30 juillet. Or, notre Association a été créée le 5 août 2020, ce qui dément naturellement toutes ces accusations.
Nous tenons à affirmer clairement que notre Association n’a jamais remis en cause cette première expertise, de quelque manière que ce soit. Ce sont justement les analyses de cette première expertise, en particulier de son annexe 2, qui détaille les résultats arbre par arbre, qui ont interpellé certains riverains et ont été à l’origine de l’Association. En effet, ce rapport détaille en particulier les dégâts causés aux racines et aux troncs de certains arbres par les travaux de voirie de la rue, en particulier ceux occasionnés par des pelles mécaniques. Dans ce rapport d’expertise, seuls 8 arbres sont déclarés dangereux, sans autre alternative que l’abattage, alors qu’il en existe pour les 10 autres, pour trois d’entre eux en particulier l’abattage n’est même pas une option proposée. Cette solution alternative possible a été balayée de manière autoritaire alors que le rapport d’expertise lui-même se disait « optimiste » pour le rétablissement de certains arbres peu endommagés.
Notre Association ne conteste donc pas l’expertise menée par PG Inventaire, même si sa toute dernière conclusion contredit quelque peu les observations menées en conseillant l’abattage de tous les arbres, peut-être parce cela correspondait à la volonté du client, de la Ville.
En revanche, notre Association conteste avec vigueur la seconde expertise, qui n’est pas une contre-expertise, comme vous l’affirmez, puisqu’elle a été réalisée à la demande de la Mairie et non des riverains ou de l’Association. En effet, en comparant les analyses détaillées des deux expertises, nous avons eu la surprise de constater qu’il y avait de fortes différences sur de nombreuses données objectives, comme l’espèce des tilleuls, la hauteur des arbres, leur stade de développement. Le second expert n’a pas su identifier des tilleuls platyphylos ou cordata, s’est trompé de plus de 4 à 7 mètres sur la hauteur de plusieurs arbres et a systématiquement augmenté leur stade de développement, rendant de fait ces arbres plus âgés, plus dangereux, permettant donc de justifier une conclusion uniforme.

L'arbre qui penche en 1991 © Huberschwiller

Plus grave encore, cette seconde expertise est entachée de deux autres erreurs manifestes et flagrantes : dans un cas, la photo de l’arbre ne correspond pas aux données indiquées, qui se rapportent à un autre arbre, dans l’autre, l’expertise indique qu’un arbre est en train de se déchausser alors que, comme le montre une photo datant qu’il y a trente ans, cet arbre avait déjà la même inclinaison. Il suffit d’ailleurs de suivre l’avenue de l’Europe à Colmar pour trouver d’autres arbres « penchés » sans qu’ils soient en train de se déchausser et de tomber. 
Seul le sondage au résistographe, incontestablement scientifique, montre que l’état phytosanitaire des arbres est excellent car au-dessus de 33 %, (100 % pour la plupart des arbres, le taux le plus bas mesuré étant de 92,1 %) selon l’ingénieur cité par l’expert, « l’arbre pouvait être conservé ».
Toutes les erreurs accumulées dans cette seconde expertise conduisent à mettre fortement en doute le verdict uniforme énoncé pour chaque arbre, quel que soit l’état de cet arbre : « Probabilité de chute importante ; mieux vaut abattre et remplacer cet arbre.»
Notre Association ne cherche donc nullement à maintenir tous les arbres de la rue et n’a jamais exprimé une telle demande, mais souhaite examiner avec les services de la Mairie les alternatives pour les trois à dix arbres sains qui seraient viables, non dangereux, quitte à surveiller quotidiennement leur évolution et à les remplacer progressivement en cas de dépérissement avéré.
Enfin, dans votre réponse, vous annoncez que de nouveaux arbres seront plantés dès cet automne. Or, le réaménagement de la rue et l’implantation des arbres ne sauraient s’improviser de la sorte. Là aussi, les études et chartes consultées indiquent que pour être réussie, une telle implantation se prépare une ou deux années à l’avance, afin à la fois de préparer le terrain et de sélectionner des arbres appropriés chez un pépiniériste, voire de les modeler en fonction des besoins ou des contraintes.
A la lumière de ces explications et de ces faits, l’Association Les 18 tilleuls vous demande une entrevue d’une part pour évoquer la possibilité d’une solution alternative, écologiquement pertinente, pour les arbres sains et non dangereux, selon la première expertise réalisée, et d’autre part pour favoriser une implantation réussie des arbres qui remplaceraient les tilleuls véritablement dangereux.
En vous remerciant d’avance pour la considération que vous prendrez pour notre demande fondée sur la plus élémentaire conception de la démocratie suscitant au maximum la participation des citoyens aux choix qui gouvernent la vie de leur cité, nous vous exprimons nos salutations les plus respectueuses,

Colmar le 30 août

Waldemar IDCZAK

Président Association « les 18 tilleuls »

REPONSE DE M. MEISTERMANN : une promesse non tenue de rendez-vous. 

Sa vraie réponse : les 10 et 11 septembre 2020, tous les arbres de la rue Charles Grad ont été abattus. Lors de l'extraction de leur souche, on a pu constater qu'ils avaient tous de solides racines d'ancrage. 

La rue Charles Grad après l'abattage des 18 tilleuls © Camenisch
L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux