aclauclau
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2022

Voilà comment les professeurs sont reçus à la DSDEN de la Seine Saint Denis

Pour les professeurs l'accueil se fait sur le trottoir par 30 degrés

aclauclau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin, le mouvement de grève a été bien suivi au collège H.selier de Bondy (93), environs 35 professeurs. Nous étions une vingtaine devant la DSDEN.
Nous voyant arrivé (sans avoir eu le temps de sortir ni nos pancartes, ni nos casseroles et autres maracas), la porte a été vérouillée. Il nous a fallu sonné un bon quart d'heure pour que un employé sorte et nous demande qui on est, ce que l'on veut....


Puis le policier en charge de la sécurité est sorti, nous dire que notre manifestation est illégale, qu'il est en droit d'appeler les forces de l'orde, que nous risquons 35OOeuros d'amende. Ambiance.

Les dames de l'accueil ont transmis notre demande : demander une audience avec notre direction concernant la DHG.

Nous avons attendu une bonne grosse demi heure avant que une délicieuse personne  haut placé à la DSDEN nous reçoive... sur le trottoir. 


Nous nous sommes entretenus avec lui pendant une bonne heure et demi. C'était affligeant.

Nous étions venus car suite à la parution de la DHG nous perdons énormément d'heure comme de nombreux autres établissements REP de  La Seine Saint Denis.

En AG, nous avions rédigé une DHG de rêve transmise à la DSDEN fin février, courrier dans lequel nous demandions en plus une audience. Le réponse a tenu en deux lignes par mail : non.
Nous avons refait un courrier, une réponse "qui vaut lieu d'audience" a été émise qui nous disait en gros "c'est comme ça débrouillez-vous".
Autre heure d'info syndicale, décision d'une journée collège mort le jeudi 21 avril avec  l'organisation et le soutien de la FCPE, et si toujours pas d'audience, grève le 17 mai.  

Suite à cet "entretien" sur le trottoir (apparemment c'est la technique de recevoir les professeurs ainsi, par tous les temps), il nous a bien fait comprendre que il ne nous recevrait pas et que les heures .... il ne voyait pas où est le problème.

La meilleure phrase que ce monsieur ait pu dire : les élèves de sixième ne savent pas nager et vous perdez des heures pour les amener à la piscine? Mais s'il ne savent pas nager, c'est la faute aux eneignants du 1er degré qui font mal leur travail. Si des enseignants du 1er degré lisent ce billet, ils apprécieront je pense.

Solidairement,

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo