Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 nov. 2018

Discriminations + Répression = Contaminations

A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, rejoignez Act Up-Paris pour manifester samedi 1er décembre, place de la République, à 17h. Parcours : République ➡️ Stalingrad

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Discriminations + Répression = Contaminations

L'État français fait le lit de l'épidémie de sida

Dans moins d'un an, la France accueillera la conférence de reconstitution du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Cette réunion capitale pour la continuité de la riposte contre le VIH/sida a été arrachée grâce à la pression de l'ensemble des organisations et mouvements d'activistEs. Quoiqu'il veuille présenter à cette occasion, le gouvernement français n'aura pourtant rien de réjouissant à partager, tant le bilan du début de mandat est consternant - tel est le constat que nous devons tirer à l'occasion de la journée mondiale de la lutte contre le sida. Les orientations toujours plus néo-libérales, austéritaires et sécuritaires du gouvernement continuent d'entraver l'accès effectif à la prévention, au dépistage, aux soins et aux droits humains. Ces choix délibérément constituent des facteurs intrinsèques de contaminations :

  • Pour les migrantEs, qui sont les premièrEs cibles de ces politiques : elles représentaient en 2017 plus du tiers des découvertes de séropositivité et, parmi elles, près de la moitié se sont contaminées en France. Plutôt que de mettre en place un accueil dans des conditions dignes et humaines, l'Etat français préfère harceler, expulser, et renvoyer à la mort. L'OFII, désormais chargé de la procédure médicale d'évaluation des demandes de titres de séjour pour soins, s'illustre depuis par la multiplication d'avis négatifs pour des demandeurSEs séropositifVEs, les menaçant d'une expulsion vers un pays dans lequel ils ne pourront pas accéder aux traitements. Les « acquis » fragiles d'années de lutte contre le sida sont encore plus théoriques en Guyane ou à Mayotte, où les gouvernements successifs, outre l'enfermement et les expulsions, ont mis en place des politiques d'extraterritorialité et de préférence nationale qui sont la continuité d'une gestion coloniale et l'application directe du programme du FN.
  • Pour les travailleurEUSEs du sexe, qui font état d'une dégradation des conditions de vie dues à la pénalisation des clients. Cette politique les pousse à s'isoler, les rendant plus vulnérables et entravant la possibilité de négocier le préservatif, quand elles ne se font pas assassiner, comme Niukeli ou Vanessa Campos.
  • Pour les usagèrEs de drogues, dont l'accès à l'information et au matériel de prévention sont rendus difficiles par une des lois les plus répressives d'Europe. Alors que la démonstration de l'intérêt des politiques de dépénalisation et d'accompagnement sont une évidence de santé publique, l'Etat continue d'ignorer les bénéfices des ouvertures de salles de consommation à moindre risque, avec un accueil inconditionnel et sans jugement. Les responsables politiques réactionnaires en place menacent le financement d'autres dispositifs de réduction des risques, à l'instar des distributeurs de seringues, et refusent toute évolution vers la dépénalisation des produits psychoactifs.
  • Pour les détenuEs, que l'Etat continue de ne considérer que comme une statistique justifiant la poursuite des politiques racistes et classistes d'enfermement et de construction de nouvelles places de prisons ; plutôt que de garantir l'accès aux soins équivalent au droit commun, notamment pour les séropositifVEs, et à la prévention. Ceci passe par l'accès libre et anonyme à tous les dispositifs de prévention et de réduction des risques, qu'il s'agisse de sexualité, de consommation de produits ou de tatouage par exemple.
  • Pour touTEs cELLEux que les discriminations au quotidien, au travail, dans le milieu familial, dans le système éducatif et universitaire, y compris le sexisme et les LGBTIphobies, jusqu'aux violences physiques (dont les cas rapportés explosent), attisées par une mesquine indifférence du gouvernement et l'attention préméditée des médias sur des groupes réactionnaires, éloignent des soins. De plus, cette dynamique politico-médiatique les expose à des atteintes physiques, morales et entrave le consentement aux soins. C'est en particulier le cas pour les personnes trans et intersexes, toujours exposées à la psychiatrisation entretenue par des mairies et des tribunaux veules, et refusant délibérément l'autodétermination des personnes. Elles ont été et continuent d'être emmurées dans le silence depuis le début de l'épidémie, alors que la séroprévalence, en particulier chez les personnes trans migrantEs et/ou travailleurEUSEs du sexe, est considérable.

Les conséquences des politiques discriminatoires et répressives sur la dynamique de l'épidémie sont aussi implacables en France que partout ailleurs dans le monde. Elles attisent la dynamique de l'épidémie en Russie où plus de 20.000 personnes sont mortes du sida en 2017, ou aux Etats-Unis d'Amérique où à peine 60% des personnes séropositives ont accès aux traitements. Ces politiques menacent désormais directement plus de 700 000 personnes séropositifVEs au Brésil.

Pour ne plus faire de chaque 1er décembre la journée mondiale du décompte de nos mortEs liéEs aux occasions manquées de prévenir, de dépister, de mettre sous traitement, et de garantir leur efficacité, armes déterminantes pour juguler les contaminations, nous devons agir et nous exigeons :

  • des moyens pour garantir l'accès effectif à tous les dispositifs de prévention, de dépistage, et de prise en charge globale ;
  • des moyens pour l'ensemble des acteurs de la lutte, et en particulier les associations, menacées par le tarissement idéologique des financements publics ;
  • des droits et les conditions nécessaires à leur exercice pour touTEs ;
  • une réelle prise en compte des besoins des populations des pays concernés ;
  • l'accès universel à tous les traitements disponibles.

A l'initiative d'Act Up-Paris.

Liste des signataires (en date du 30/11)

Acceptess-T, Actions Traitements, Act Up Sud Ouest, Afrique Avenir, AIDES, Les Amis du Patchwork des Noms, ASMF, Bi'Cause, Centre LGBTI Paris Ile de France, Confédération Nationale du Logement, ENIPSE, Génépi, Inter-LGBT, Collectif Irrécupérables, le MAG Jeunes LGBT, Pari-T, Le Planning Familial, Qitoko, Quidam·e·s, Sidaction, Les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence-Couvent de Paname, SOS-Homophobie, STRASS, Trans Inter Action, Transgrrrls, Turbulences

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO