actusansfrontieres
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2019

Maroc: ici on broie les gens

actusansfrontieres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

30 octobre 2016-manifestation à Rabat en hommage à Mohcine Fikri ( Photographe: Abdelhak Senna/EPA)

Le 28 octobre 2019 est commémoré le 3ème anniversaire de la mort tragique de Mohcine Fikri. Plusieurs manifestations lui rendant hommage et réclamant la libération des prisonniers politiques marocains ont eu lieu au Maroc et en Europe ce week end, d'autres se tiendront aujourd’hui.

Mohcine Fikri , vendeur de poisson à Al Hoceima, est mort broyé dans une benne à ordure le 28 octobre 2016 alors qu’il essayait de sauver sa marchandise saisie et que la police était en train de détruire. Les circonstances étaient floues quant au caractère accidentel ou intentionnel de la mise en marche de la benne à ordure. Des manifestations éclatent au Maroc réclamant que la lumière soit faite sur ce drame.

Si Mohcine Fikri a été littéralement broyé, beaucoup de marocains se sentent broyés au quotidien par le makhzen. Le makhzen désignant aussi bien le pouvoir marocain que les grandes familles proches du palais qui détiennent le pouvoir politique et économique. Pour certains c'est une métaphore pour désigner le roi. Ce système broie indifféremment certaines régions du Maroc, les citoyens, les militants et les journalistes.

 Plusieurs organisations de défense des droits humains ont pointé l'inquiétante augmentation des prisonniers politiques depuis l'accession au trône du roi Mohamed VI, et le caractère policier du régime.

Le pouvoir marocain ne peut plus faire l’économie d’une remise à jour profonde de son logiciel de gouvernance. Il est urgent de mettre fin à l’injustice sociale avec une meilleure répartition des richesses entre les citoyens et les régions.

Les erreurs et incompétences des hommes politiques ne peuvent plus être réglées à coups de colères royales. La reddition des comptes doit être réelle et la corruption combattue.

Les peines très lourdes à l’issue des procès  des activistes ne peuvent plus être corrigées à coup de grâces royales. Le pouvoir ne peut plus continuer à user de l’arbitraire en espérant que la peur qu’il inspire via la répression et les procès politiques le maintiendra en place.

Il est urgent pour le pouvoir marocain de franchir le pas vers un état de droit sans porosité entre le palais et les institutions du pays qu'elles soient politiques, judiciaires ou économiques.

Le Maroc se veut la locomotive de l'Afrique mais ce train risque de rester à quai si les droits les plus fondamentaux des marocains sont niés. Le Maroc a besoin de tous les marocains dans leurs diversités et leurs spécificités.

Ce mois d'octobre se clôture avec la commémoration de la mort de Mohcine Fikri le 28 octobre mais aussi avec le 54 ième anniversaire de l'enlèvement et de la disparition de Ben Barka. Le Maroc ne peut pas se permettre d'autres "années de plombs" au risque de mettre à mal la stabilité du pays.

https://actusansfrontieres.blogspot.com/2019/10/maroc-ici-on-broie-les-gens.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Industrie
Colère à la SAM, fonderie abandonnée par Renault et l’État
Lâchés par le constructeur automobile, qui a refusé de soutenir un ultime plan de reprise, et par le gouvernement, qui avait promis des millions d’euros, les 333 ouvriers de la fonderie de Viviez-Decazeville s’apprêtent à passer les fêtes dans leur usine occupée. Un baroud d’honneur.
par Nicolas Cheviron
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin