Adam Benyachou
Prétendant à la libre-pensée.
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2019

Les chaînes du salariat

Adam Benyachou
Prétendant à la libre-pensée.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

       Sept heures et demie du matin et la métropole grouille déjà de véhicules agités, de silhouettes empressées et de transports en commun encombrés. Les gratte-ciels peinent à contenir la mauvaise humeur ambiante tandis que les collègues s’appliquent à afficher leur sourire le plus surfait. La commodité étriquée du salariat ronronne et finit par bercer les tempéraments les plus impétueux. Vous n’avez rien demandé et pourtant vous y voilà, mandataires d’un contrat que vous êtes contraint de signer. Belligérants, mercenaires dans une bataille que vous n’avez jamais voulu engager.

       Dans la supercherie souveraine de la société, le criticisme de surface est légion. Le président doit démissionner. Les salaires doivent être rehaussés. Les heures de travail réaménagées. Les fauteuils de bureau renouvelés. La machine à café réparée…  Pourtant, l’éléphant dans la pièce qu’est le principe-même du salariat, irrécusable de par sa prétendue fatalité, insaisissable de par son envahissante proéminence, reste inébranlable et incontesté.

       Remettre en question l’idée-même du devoir travailler relève pour beaucoup de l’insanité, voire d’une candeur infantile qu’il est inutile de considérer. Ainsi sont faites les choses et nul ne peut le changer. Il en est de même pour nombre de questions fondamentales que l’âge adulte, trop souvent amalgame d’âge de maturité, récuse et étouffe comme un héritage abject. Travailler pour vivre ou vivre pour travailler ? À quoi bon se poser la question si ce dualisme est indissociable, indéfectible ?

       Les métastases de la doctrine capitaliste, auto-proclamée individualiste, se répandent dans l’imaginaire collectif comme une évidence. La vie est une arène dans laquelle un largage aérien vous a déferlé. Le hasard a jeté sur vous son dévolu et votre sort est un socle que les autres vont envier ou prendre en pitié. Vivre pour travailler ou faire travailler pour vivre.

       Le revenu universel est boudé par l’esclave aussi bien que par le maître, dans un atavique syndrome de Stockholm que la caste dominante s’applique à perpétuer. La théorie de la liberté devient risible comme le ciel pour un enfant gardé captif dans une chambre close. Jouer le jeu, tel est l’adage de la sagesse contemporaine. Faire semblant. S’adapter. Se fondre dans le décor.  Ultimement se calquer, se reproduire et recommencer. « Eat, work, sleep, repeat », ainsi s’enorgueillissent nombre de nos contemporains, faisant référence à leur style de vie admirablement conformiste, harmonieusement assujetti et merveilleusement accomodé à la routine pénitentiaire.

       L’histoire témoigne d’admirables transformations, de grandes révolutions par l’Homme et pour l’Homme. Lueur d’espoir dans un gouffre qui ne cesse de s’enliser, lucioles au milieu d’un champ ravagé. Mais l’opium du peuple a muté, ses facultés d’engourdissement s’en trouvent décuplées. Assisté, surveillé, téléguidé, le prisonnier dans le panoptique y trouve une zone de confort qui le tient en laisse.

       La prophétie est gluante mais saura-t-on passer entre les mailles de son filet ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot