Lettre ouverte d'Antonin 8 ans au Président de la République

Nous vous faisons part d'une lettre écrite par notre fils de 8 ans, qui a absolument tenu à écrire au Président de la République pour lui signifier son sentiment d'incompréhension et d'injustice  vis-à-vis du projet de loi visant l'instruction en famille. Un cri du cœur. La peinture a été faite par sa petite sœur.

img-1779-1

 

[1]Monsieur le Président le 2 Octobre vous avez annoncé que vous allez interdire l'instruction en famille (IEF). Vous mettez fin à 140 ans de liberté.

Vous dites que vous luttez contre les séparatismes mais ce n’est pas vrai.

Je suis contrôlé tous les ans.

Laissez grandir des enfants tous différents.

Il y a des enfants qui souffrent à l’école et qui sont heureux en IEF.

J'aime travailler, j'aime lire, j'aime jouer avec ma sœur et nos copains, j'aime les animaux.

J'ai une dyspraxie mais à la maison je travaille bien.

J'ai aussi envie que ça reste une liberté pour tous les autres enfants.

Je ne suis pas un fantôme de la République M.Darmanin et je ne suis pas un sauvage M.Blanquer. Je suis différent mais ça ne m'empêche pas d'être heureux et de vouloir être gentil.

Monsieur le Président, pourquoi avez-vous menti à Lydia car vous avez dit que les gens qui faisaient l'IEF normalement pourraient continuer ?[2]

J’ai écrit un poème :

Au milieu d'une  fleur il y a des  pétales

Comme une république  belle et pleine de libertés  

Vous en faites partie   

Nous en faisons également  partie.

Merci de me répondre Monsieur le Président car je ne comprends pas.

 

Antonin (8 ans)

 

[1] Les fautes d’orthographes ont été corrigées pour une meilleure lisibilité mais les mots, le texte, sa grammaire et son organisation n’ont pas été changés.

[2] Référence à l’interview du Président de la République début décembre sur Brut dans laquelle le Président promet à une dame prénommée Lydia que les familles faisant l’IEF dans le respect de la République ne seraient pas impactées par ce projet de loi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.