adeline vanek
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 févr. 2021

Gentille policière

L'accueil des plaintes pour violence sexuelle au commissariat, c'est quitte ou double. Mais à ce jeu là, on ne joue qu'une fois. Alors, pour éviter une autre violence, les femmes s'organisent et se passent les bonnes adresses. De gentille policière. Ouvrons des lieux dédiés à ces plaintes avec du personnel volontaire. Ce sera plus rapide que de changer les mentalités.

adeline vanek
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sachez, tout là-haut, 

Qu’ici-bas, dans nos cabinets de psychothérapie, nous en prenons plein les oreilles. Ce qu’on entend, en ce moment, ce sont des horreurs : abus sexuels, viols, incestes. Toute la journée, les yeux baissés, les gens balbutient, depuis que les langues se délient. Et même parmi les anciens patients, qui soudain, osent y penser.

Prescription ou pas, la question de la plainte se pose. Nous la savons importante, pour la réhabilitation sociale et intime de la personne.  Et en même temps, nous savons aussi que le premier accueil de cette étape décisive est souvent une deuxième violence. Les policiers ne sont pas formés ? Sûrement. Ils ne veulent pas entendre ? Peut-être. Est-ce leur façon d’éradiquer le problème, de faire peur à l’horreur, qu’elle retourne au placard, sous le tapis, dans le tiroir ? La question me vient… C’est si facile de retrancher cette parole qui peine à se dire. Un doute, un sarcasme, un ton brutal, la femme s’en va, en vrai ou en elle, c’est pareil, affaire vite classée.

Alors, comme tout ce qui se fait rare et caché, savez-vous ce qui circule sous le manteau ? Les bonnes adresses ! D’un bon dealer ? D’une bonne cam’ pour se soulager ? Non, le nom d’une policière. Une gentille policière, une douce commissaire. On se donne le mot pour une écoute « safe ». Ce que ça veut dire ? Un policier, une policière qui ne fait aucun commentaire déplacé. Demandez Cynthia P.  au commissariat de. Et le nom est divulgué. Et oui, on en est là. Seulement là. On pourrait se dire en progrès ! On en trouve quelques-unes, on s’organise ! ELLES s’organisent, oui, avec le rien. Le très peu, il y a bien sûr des gentils policiers hommes, parfois. J’ai horreur de me réjouir de si peu.

Et puis, d’imaginer à quel point, elle doit être demandée cette personne gentille, et aussitôt charriée par ses collègues.  Car la donneuse du nom précise qu’il faut quand même se fader les sarcasmes des autres, autour. En passant. Et aussi, pendant la déposition. Alors, mes patientes hésitent, pèsent le pour le contre, sont-elles prêtes. Je les écoute et pendant ce temps, je réalise que la déposition ne se fait pas systématiquement dans un bureau fermé. Et non… la déposition d’une violence intime, dans laquelle on demande des détails – pénétré où ? Plus fort, s’il vous plait, j’entends pas – peut se faire dans un bureau ouvert. Logique ! Pleins de regards et d’oreilles curieuses. Mais peut-on en être encore là ? Comment le béaba de la bienveillance peut -il être bafoué ? Ne me dites pas qu’on veut entendre, quand toutes les conditions sont réunies pour faire taire. Dans quel état d’esprit sommes-nous ? Je ne me résous pas à croire en la mauvaise volonté des policiers. Je veux croire au manque de moyens, à leur posture obligée de fermeté. A leur blindage psychologique fait de détachement et de sarcasme protecteur. Pourtant, le choix de ce métier est avant tout un choix de protection (si on écarte le rêve de bagarre du petit garçon qui on l’espère doit être dépassé). Alors comment dérive-t-on de la protection à la dérision. Où est passé l’exemplarité, le sacerdoce. Doucement coulé. Dommage. Pour eux, pour elles, pour nous tous. Alors, la gentillesse, dans les commissariats se doit d’être clandestine, c’est ça ?

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Ministre de l’intérieur, ne les envoyons pas au pilori. Ça n'est pas dans les commissariats que cette violence-là, doit être recueillie. Décidez de créer des lieux prévus à cet effet, ouvrez des bureaux spéciaux, composés de femmes de préférence. Ces policières, candidates, auront reçues des notions de psycho-traumatologie et d’écoute. Elles seront soutenues lors d’une réunion supervisée par un psy. Elles n'y passeront pas non plus leur plein temps.

Ça n’est pas long à faire. Pas besoin d’expertise, de Ségur, d’audit. De la bonne volonté, de l’humanité et un travail d’équipe.

C’est urgent. Merci.

En attendant, je griffonne moi aussi, dans mon carnet, les bonnes adresses. Je les note à G comme Gentille policière. Honteusement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau