Parlons d’Air Austral, la compagnie aérienne réunionnaise

Depuis sa création, par le dépôt de ses statuts enregistrés par acte notarié le 11/12/1981 et son enregistrement au Registre de Commerce et des Sociétés de St Denis le 5/02/1982 sous le n° B 323 650 945, la société Air Austral a connu jusqu’à nos jours une étonnante et exceptionnelle histoire, une véritable « saga », qui mérite d’être rapportée en toute transparence aux Réunionnais.
Depuis sa création, par le dépôt de ses statuts enregistrés par acte notarié le 11/12/1981 et son enregistrement au Registre de Commerce et des Sociétés de St Denis le 5/02/1982 sous le n° B 323 650 945, la société Air Austral a connu jusqu’à nos jours une étonnante et exceptionnelle histoire, une véritable « saga », qui mérite d’être rapportée en toute transparence aux Réunionnais. Son capital initial de 1 000 000 FF a alors été constitué par son initiateur, Gérard Ethève, par l’apport d’un fonds de commerce RCS n° B 310 894 985, dénommé Réunion Air Service, estimé à une valeur de 921 000 FF, et par l’apport, fort modeste pour une future compagnie aérienne, de diverses personnes physiques de 79 000 FF. Les diverses « péripéties » et fort édifiants multiples « tours de passe-passe » qui ont permis aux heureux actionnaires initiaux d’Air Austral de passer de 79 000 FF en numéraires en février 1982 à 10 800 000 FF en octobre 1990, et enfin à 19 206 900 € en 2009, soit de multiplier par 1594 leur mise, seront abordés dans un important et très intéressant prochain dossier d’investigation ultérieure.Air Austral est-elle une belle compagnie aérienne réunionnaise ?OUI ! OUI ! OUI ! De façon indéniable, la compagnie Air Austral, sur laquelle portent nos interrogations, constitue, avec ses 19 millions € de capital, avec ses 335 millions € de chiffres d’affaires, avec ses millions € de bénéfices après impôts, avec sa flotte de 10 appareils récents plus 5 en commande, une très belle réussite économique et technique que personne ne saurait contester. Comme dans toute entreprise, ces résultats brillants résultent certes de l’action de ses dirigeants mais aussi, tout autant sinon plus, de celle de l’ensemble des personnels qui, par leur travail quotidien d’une extrême qualité et d’un très grand professionnalisme, ont su donner au fil des années, individuellement et collectivement à leur compagnie, l’indiscutable image positive qui est la sienne aujourd’hui et dont tous les Réunionnais peuvent à juste titre être fiers. Air Austral est-elle une compagnie aérienne réunionnaise dangereuse ?Les constations fortement négatives qui peuvent être portées sur Air Austral ne sont donc pas du tout du fait des personnels, qu’il convient ici de saluer comme ils le méritent, mais surviennent surtout du fait de la gouvernance de son PDG dont les modalités de relations avec les personnels sont, depuis des années, à l’origine directe de multiples et graves tensions sociales pouvant aller jusqu’à altérer la sécurité des usagers. Un rapport de l’Office de Contrôle des Vols, organisme rattaché à l’Aviation Civile française, datant de 2004/2005, en a attesté dans les milieux de l’aérien la cruelle réalité, même si il est resté relativement confidentiel pour le grand public. La guerre sociale ouverte depuis de très nombreuses années par le PDG à l’encontre de tout personnel contestant sa gouvernance népotique, les très nombreux licenciements de pilotes effectués par ce PDG de choc ( et condamnés par la Justice avec de fortes indemnisations à la clé, nous les tenons à la disposition des lecteurs ), attestent de nos écrits. L’affaire très récente du Commandant de Bord d’ATR 72 licencié pour avoir appliqué les consignes de sécurité imposées par la compagnie elle-même et surtout par la règlementation nationale et européenne sous le contrôle et la responsabilité administrative de l’Aviation Civile tant locale que nationale et européenne vial’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne, révèle qu’une fois de plus la gestion autoritaire du PDG subordonne l’intérêt financier de « SA compagnie familiale » à la sécurité des personnels navigants, des passagers et des appareils. Les Commandants de Bord d’Air Austral, comme le prouve le cas du pilote récemment licencié, sont les premiers garants du respect de leur sécurité et de leur vie, de celles de leurs équipages et de leurs passagers en conformité avec la Loi dont ils sont les principaux et premiers exécutants. Les entraver dans leur mission, au nom de la rentabilité commerciale, revient à la remise en cause de toute sécurité. C’est parce que les Commandants de Bord, nommés par le seul PDG et donc délégataires de la compagnie, entendaient, de façon responsable et professionnelle, par leur grève du 30/12 au 2/01, exiger le double respect de leurs prérogatives et des règlements de l’Aviation Civile ( donc le respect de leur collègue n’ayant accompli que son Devoir dicté par sa déontologie ), que le PDG Gérard Ethève est revenu sur son scandaleux licenciement abusif. Cependant, après bientôt un mois que le mot d’ordre de grève a été annulé suite à la signature d’un protocole d’accord, la duplicité et le despotisme naturel du PDG ont, semble-t-il, repris le dessus comme le signale l’article de Pierrot Dupuy sur ce sujet. Ainsi, la vie des personnels, des passagers paraît mériter bien peu de considération de la part des dirigeants actuels d’Air Austral, PDG et administrateurs, pour qui, dans le total irrespect des règlements et obligations légales de l’administration de l’Aviation Civile, apparemment fort discrète et silencieuse, les résultats financiers prévalent sur la sécurité des vols, paramètre primordial pour les centaines de milliers d’usagers. En conclusion, et malheureusement, OUI ! OUI ! OUI ! Air Austral, du fait de son PDG et ses dirigeants, semble bien une compagnie aérienne réunionnaise dangereuse. Au moins chacun dans notre île en est informé et personne ne pourra dire qu’il l’ignorait.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.