Des tenues autorisées ou non pour les ados: le sans-hontisme d'un sondage

Hier, j’ai découvert un bien triste sondage, paru dans le journal Marianne. Il était demandé aux sondés quel genre de vêtements devrait être autorisé pour les lycéennes (port du soutien-gorge obligatoire pour éviter les tétons qui pointent, robe moulante..)

Hier, j’ai découvert un bien triste sondage, paru dans le journal Marianne. Il était demandé aux sondés quel genre de vêtements devrait être autorisé pour les lycéennes (port du soutien gorge obligatoire pour éviter les tétons qui pointent, robe moulante..)

sondage marianne sondage marianne

Déjà, il y a l’emploi du mot “autorisé”.

On autorise l’adolescente à porter un jean troué, mais pas un crop top. Son corps ne lui appartient plus, alors qu’elle n’est pas encore une adulte. Elle doit déjà se soumettre aux ordres, ne pas attirer le regard, être coupable d’avoir des seins, des hanches, des fesses, tout ce qui pourrait éveiller le désir chez un homme, un adolescent, incapable lui de maitriser ses envies et pulsions. (il y a des sondés de plus de 65 ans… j’ose à peine imaginer le regard qu’ils portent sur ces adolescentes..)

J’imagine le tollé d’un tel sondage s’il était paru dans un pays musulman : extrémisme, manque de liberté, soumission.

J’en conclus donc :

Que si une femme s’habille trop court, c’est mal. 

Que si une femme porte le voile, c’est mal.

Que si une femme a des relations, c’est mal.

Que si une femme ne couche pas, c’est mal. 

Que si une femme est lesbienne, c’est mal.

Que si une femme avorte, c’est mal.

Que si une femme a des revendications, c’est mal. 

Que si une femme décide ce qui est bon pour elle, c’est mal.

 

Qu’il est épuisant de rappeler ces banalités : Nos corps de femmes nous appartiennent, et nous n’avons pas à subir les injonctions d’une société patriarcale, car nos choix viendraient heurter la sensibilité de certains. 

Définitivement, nous, Femmes, ne sommes pas le problème.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.