Quand France Info fait acte de repentence

Jeudi soir, la ville rose accueillait le Forum France Info sur le thème, Les médias, comment restaurer la confiance ?

Ils sont venus nombreux étudiants, enseignants, gilets jaunes et autres observateurs de la vie publique a participé à la table ronde itinérante organisée par le groupe Radio France. Une soirée qui a débuté par des mécontentements et des excuses tant le service d'ordre et la policière étaient en nombre. Volonté de la préfecture s'est excusé le secrétaire général de France Info. Don't acte, il est vrai que Toulouse s'illustre depuis plusieurs semaines par la violence des casseurs. Puis, après de laborieuses présentations, les questions ont été posées.Tantôt sur l'argent public dépensé par le groupe, tantôt sur le traitement des gilets jaunes avec un moment émouvant d'un gilet jaune présent qui n'a pu retenir ses larmes en disant toute son amertume à être systématiquement relié à un casseur. Bien que ce malheureux eut droit à la considération des journalistes présents, il n'en demeure pas moins que c'est l'entre soi qui prévalait. Pas de remise en cause sur le traitement de l'information, circulez nous faisons correctement notre travail. Pourtant que penser de ces heures de couverture médiatique en boucle 24/24 pendant 4 semaines. Est ce du journalisme ? N'était ce pas la raison de la défiance ? Quand quotidiennement, les médias n'avaient d'autres sujets à couvrir en rivalisant de pseudos experts sur les plateaux TV, radios. Les journalistes ont cristallisé le mécontentement avec leurs grilles de lecture du mouvement dépourvues de recul. Et que dire des samedis de manifestation et de ces ridicules directs où les journalistes n'attendaient que le moment des casseurs pour se livrer à une analyse ridicule. Alors oui, il y a bien défiance envers les journalistes et celle-ci disparaitra quand la profession portera un regard sans complaisance sur son traitement de l'information.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.