A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 juin 2022

A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

Melilla : silence, on massacre

Puisque la rédaction de Médiapart ne daigne apparemment pas accorder une ligne à ce massacre qui a fait 37 morts parmi nos « moteurs à bananes », reprenons cet article de Brahim TAKHEROUBT, publié ce jour dans "L'Expression" et intitulé : Le silence complice de l’UE.

A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux jours après le massacre de 37 migrants d'origine africaine dans l'enclave espagnole de Melilla, au nord du Maroc, Bruxelles opère un black-out total sur ce carnage. Qui ne dit mot consent.

La posture du silence sied très mal à une Union européenne pourtant très regardante sur la question des droits de l'homme surtout quand il s'agit de ses voisins du sud de la Méditerranée. Ni les images de ce carnage extrêmement choquantes, ni la répression féroce par les forces de sécurité marocaines et l'usage disproportionné de la force qui s'apparentent à de véritables exécutions sommaires n'ont fait frémir l'UE. Dans d'autres circonstances, loin d'être aussi graves et tragiques, Bruxelles a réagi avec une frappant rapidité. Pour une brouille diplomatique, pourtant bilatérale, entre l'Algérie et l'Espagne, l'UE est sortie de sa réserve pour voler au secours de Madrid Pourquoi cette politique du deux poids, deux mesures? La réponse coule de sources. Il s'agit d'une collusion d'intérêts entre le Vieux Continent et certains pays d'Afrique à l'image du Maroc. Le Royaume chérifien fait partie en effet de ces garde-chiourmes de l'Europe face aux migrants. Pour endiguer le flux migratoire des subsahariens, l'Europe a délégué le contrôle de ses frontières en subventionnant grassement ces pays du pourtour méditerranéen. Voilà donc qui explique clairement le silence européen sur le carnage de Melilla. Les événements tragiques de vendredi dernier, mettent en relief la violation systématique des droits humains de la part d'un État qui a choisi, d'une part, d'instrumentaliser l'épouvantail de la submersion migratoire à des fins de chantage politique et d'autre part, de jouer le rôle de gendarme -contre espèces sonnantes et trébuchantes- dans le cadre de l'externalisation de la gestion des frontières extérieures de l'UE. On est loin du prétendu rôle exemplaire théâtralisé lors de la tenue du sommet à Marrakech du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Ce pacte a été adopté lors d'une conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech, au Maroc, le 10 décembre 2018. Le vernis de la pseudo «approche humanitaire dans la gestion des problèmes de la migration» a craqué.
Les instances internationales et plus précisément le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ne doivent-elles pas diligenter des enquêtes indépendantes pour déterminer les responsabilités et faire la lumière sur ces événements tragiques? «Prétendu ´´champion´´ de la migration au sein de l'Union africaine et accueillant sur son territoire le siège de l'Observatoire africain de la migration, ce pays nous rappelle par son approche purement prosélyte et zélatrice le magistère fictif qu'il prétend assumer a la tête du comité Al-Qods.
Les Européens sont convaincus qu'il est difficile même avec des murs, des barrières d'empêcher le mouvement des personnes dès qu'ils et elles en ont besoin. De plus, les 26 Etats de l'UE ne s'entendent pas entre eux. Ils ne suivent pas tous les recommandations et le programme de la Commission européenne. Que faire? Comment agir face «au péril africain»? Il reste le volet sous-traitance et la dimension externe de la politique migratoire pour mettre d'accord tous les pays de l'UE. Joignant l'acte à la parole, le Fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne pour l'Afrique a été créé en 2015.
Un pactole de 4,9 milliards d'euros ont été débloqués au cours des cinq années suivantes, dont un cinquième à destination des pays d'Afrique du Nord pour leur permettre de gérer eux-mêmes la crise migratoire. « C'est une initiative humanitaire tournée vers l'aide au développement et la lutte contre le trafic d'êtres humains», jurent les promoteurs de ce projet. Mais pour ce jouer de qui? Ce programme vise surtout à encourager un contrôle plus strict des flux migratoires et à financer les opérations d'arrestation de migrants, qu'elles soient menées par des groupes militaires ou des agents de police des frontières. Dans les faits, cela revient à déplacer la frontière de l'Union au nord du continent africain et à en sous-traiter la surveillance, parfois aussi à soutenir des agences d'État répressives. Ainsi agit la vieille Europe avec ses voisins du Sud dont elle ne veut plus de ressources humaines: elle veut ses ressources énergiques et minières.

Brahim TAKHEROUBT.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot