Nouvelle LGV POCL - Fantasme ruineux pour élus

3 élus LR - le Sénateur du Cher Pointereau, la Présidente de la Région Ile-de-France Mme Pécresse et le Président de la Région Auvergne Rhône Alpes M. Wauquiez - continuent, malgré la volonté de leurs électeurs de réduire la dépense publique, à demander un chèque de € 14 milliards pour la seconde ligne LGV Paris-Lyon, alors que 3 milliards suffiraient pour moderniser radicalement l'existant.

Le Rapport "Mobilité du quotidien : répondre aux urgences et préparer l'avenir" remis au Gouvernement le 1er février 2018 met entre parenthèses le projet de nouvelle LGV dite POCL (Paris Orléans Clermont-Ferrand Lyon)

Pourquoi une telle décision ? parce que la LGV actuelle Paris-Lyon ne sera pas saturée avant 2038.

Or les défenseurs du POCL, en particulier M. le Sénateur Pointereau, Président de TGV Grand Centre Auvergne, proclamaient le 1er septembre 2017 dans les colonnes du Berry Républicain que la « saturation est à court terme », alors que toutes les études consultables depuis plusieurs années montraient que la saturation n’était pas avérée.

Et M. Pointereau a entrainé avec lui Mme Valérie Pécresse et M Laurent Wauquiez (réunion du 14 mars 2018).

Ces élus LR font une autre erreur plus grave encore : ils oublient que moderniser radicalement les lignes existantes reviendra 4 fois moins cher et sera beaucoup plus rapide que construire une LGV qui sera d’ailleurs trop chère à utiliser pour la grande majorité des habitants du Grand Centre de la France.

Les électeurs de LR avaient voté massivement pour François Fillon lors de la primaire de la droite et du centre, car François Fillon allait réduire la dépense publique. 

Comment ces 3 élus LR, qui devraient être sensibles à la dette de la SNCF, peuvent-ils soutenir un projet de € 14 milliards, quand, grâce à la modernisation radicale des lignes existantes pour € 3 milliards, les villes de Vierzon, Bourges, Nevers, Moulins, Roanne et Clermont-Ferrand auraient pu être reliées à Paris dès 2020 par des trains fiables, confortables et rapides (moins de 80 minutes pour Paris à Bourges ouNevers ; environ 2h30 pour Paris à Clermont-Ferrand) ? 

L’exemple de modernisation radicale est celle de la ligne Boston – Washington (730 km) qui va être restaurée en 5 ans pour accueillir des trains Alstom roulant à 250 km/h pour un coût de € 2,5 milliards.

Comment ses élus LR peuvent-ils souhaiter dépenser € 14 milliards pour relier encore Paris à Lyon en 2 heures avec un billet de 90 euros pour le tarif normal, alors que voyager en 3 heures sur une ligne existante restaurée radicalement permettrait de facturer des billets normaux à 40 euros ? 

Et, que de temps perdu pour l'aménagement du territoire !

En effet, le combat mené par les défenseurs du POCL a fait perdre 10 ans au Grand Centre de la France. Si au lieu de se battre pour un hypothétique grand projet, ces personnes avaient exigé une modernisation radicale des lignes existantes, ces villes du Grand Centre auraient pu être reliées à Paris par des trains fiables, confortables et rapides dès 2020, comme le demande la FNAUT, la plus grande association des usagers de la SNCF.

Des années ont donc été perdues à cause de positions idéologiques qui ne s'appuient sur aucune étude approfondie.

Et le Grand Centre de la France va continuer à souffrir de la faiblesse de ses moyens de communication.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.