VERS LE SECOND ROUND POUR DEGAGER MACRON

Le magnifique combat mené par les salariés de la RATP pour le compte de tous a valeur de PREMIER ROUND. Cette lutte est le prolongement de la mobilisation en Gilet jaune. Il n’y a pas de RETOUR A LA NORMALE. Consciemment ou non, spontanément et à travers de nombreux réseaux, nous tissons « le linceul du vieux monde ».

.[1]

 A nouveau, le pouvoir cherche une bouée de sauvetage en la personne de madame Le Pen, l’épouvantail de service. Avec deux ans d’avance, elle est d’ores et déjà candidate à l’élection pestilentielle de 2022. Cela devrait aider la « majorité pestilentielle » à resserrer les rangs derrière le despote mal éclairé « contre le fascisme ».

Goudron et plumes

 Dans un édito du Parisien de Didier Micoine de ce 17 novembre, nous lisons :

« Alors que le gouvernement est encore englué dans les manifestations et les grèves contre la réforme des retraites, le voilà accusé de vouloir escamoter les résultats du scrutin des 15 et 22 mars ! La circulaire de Christophe Castaner, disposant que les candidats en lice dans les villes de moins de 9000 habitants ne se verraient plus attribuer de couleur politique, suscite un véritable tollé dans les rangs de l’opposition (…) le changement de règle, qui concerne 96 % des communes et 54 % des électeurs, n’est pas neutre  »

 Effet de débandade, de Berezina. Le gouvernement est à ce point « englué » qu’il s’en échappe une odeur âcre de goudron et de plumes.

 Soudainement ébranlé par SA violence policière, Castaner s’émeut en demi-teinte des éléments qu’après Valls, il a déchaînés. En la dépouille de Cédric Chouviat se cristallisent toutes les violences mutilantes ou mortelles d’une partie « milicienne » des « FDO » (Forces de l’ordre.).

« Amnésie international »

 Hélas, à ce jour, les « patrons » des centrales syndicales ne crient pas JUSTICE-LIBERTE et AMNISTIE. Leur mot d’ordre est bien plutôt « AMNESIE INTERNATIONAL ».

Maintenant, c’est insupportable.

 Cédric, Steve, Zineb voulaient simplement vivre en paix, travailler, parler à leurs proches, écouter de la musique.

 Nous avons sans relâche évoqué le sort jeté à des GJ, de grévistes ou de simples passants pris dans le feu d’armes interdites dans tous les autres pays d’Europe…Sauf en Macronie.

 Monsieur Berger voudrait faire pleurer dans les chaumières parce que ses locaux ont été occupés pendant quelques heures ou parce que des internautes ne comprennent que la fille de Brigitte Macron a fait un stage à la CFDT. 

 Eh oui, quand on se place du côté du manche, les retours de bâtons sont toujours possibles.

 Et là, « …dans un communiqué, la CGT a également dénoncé ce mode d'action:"Quels que soient les désaccords possibles entre organisations syndicales, la CGT ne cautionne pas ce type d’action. Chaque organisation syndicale est libre de son mode de fonctionnement, de son orientation et de ses revendications. »[2]

 Silencieux sur la mort de Cédric, de Steve, de Zineb, sur les mutilés, sur les emprisonnés ; les chefs des bureaux de la conf. à Montreuil dénonce le « type d’action » contre Berger dont les vidéos ne montrent aucune trace d’agression, par ailleurs.

 Encore une fois, il ne s’agit pas des désaccords entre syndicats, il s’agit de Berger, ministre occulte des Affres sociales de MACRON-PHILIPPE. Il s’agit surtout d’être capable de quitter la table-ronde permanente de Macron et des « partenaires sociaux »

 A débattre- A suivre

 

alan batan - daniel petri

[1] Echo au chant des Canuts de Lyon. 1830-1834

[2] https://www.bfmtv.com/societe/des-dizaines-d-individus-ont-agresse-des-salaries-au-siege-de-la-cfdt-affirme-berger-1842473.html

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.