Décisif

« Quelques emplois n’avaient pu être remplis que par des pis-aller : le criminologue était un dentiste qui avait introduit à la police judiciaire le moulage des mâchoires au lieu des empreintes digitales comme système d’identification (…)» (Claude Lévi-strauss, Tristes Tropiques) Aujourd’hui. Je l’ai prise. A l’instant où j’ai écrit le A de Aujourd’hui, j’ai pris MA DECISION.

 

Vaincre l'esprit moutonnier © A. Chellous Vaincre l'esprit moutonnier © A. Chellous

 

 « Quelques emplois n’avaient pu être remplis que par des pis-aller : le criminologue était un dentiste qui avait introduit à la police judiciaire le moulage des mâchoires au lieu des empreintes digitales comme système d’identification (…)»

Claude Lévi-strauss tristes tropiques

 

Aujourd’hui.

Je l’ai prise. A l’instant où j’ai écrit le A de Aujourd’hui, j’ai pris MA DECISION.

Inutile de regarder derrière. Je suis condamné à l’avenir.

J’ai orienté ma vie ! Lui ai donné sens. Une vie au service de MA DECISION.

De l’existence d’une larve, elle fera un destin de roi. Je veux dire de chevalier. Marchant vers l’horizon en flammes dans une armure étincelante. Plutôt noire, en nickel-chrome-molybdène, fabriquée dans les meilleurs chaudrons du Dauphiné. A peine courbé par le poids considérable du métal, je franchirai les ravins et crevasses porté par… MA DECISION.

Quand sur le clavier j’ai tapé ce A, mon cœur a raté un battement. Palpitation typique des grands moments de l’histoire. L’acte aussitôt numérisé a sonné la fin de l’éclipse. L’idée a jailli de mon cortex électrique, faisant de la lune noire qui guidait mon existence misérable un astre éblouissant. Au cœur de l’univers est née une étoile géante. Le cœur d’une nouvelle galaxie.

Ce choc décisionnel a pulvérisé la météorologie philosophique et politique. La sociologie, la psychologie des masses, la psychanalyse du Héros, du leader, de l’innovateur. Bouleversé l’économie de la pensée, déraciné l’arbre généalogique des intellectuels éclairés, ré-agencé les pages de l’annuaire de ceux qui comptent sur terre. Comme au ciel.

Bascule imprévisible la veille encore quand, mélancolique, je croquais mes dernières amandes grillées, un bout coincé dans la gencive sanguinolente. Des amandes dérobées en silence dans le sac de mon compagnon endormi ou gelé, je ne sais plus (d'ailleurs, il n’est pas réveillé et franchement, je préfère ne plus l’entendre). Donc, hier encore, je mâchais ces amandes avec des raisins secs flétris que le premier guide venu aurait qualifiés à haute voix de couilles molles s’il m’avait aperçu, pour m’humilier. Mais aujourd’hui, tout est changé: ce guide (un chamoniard certainement) s’il était réellement passé et repassait, n’oserait plus lever sur moi son regard fourbe rougi par les UV ! Il s’inclinerait respectueusement, honteux. Peut-être serait-il, paradoxalement fier, oubliant sa saillie virile de la veille, de rencontrer celui qui a pris LA DECISION. Attention, il s’agit de la BONNE DECISION.

La bonne décision © A. Chellous La bonne décision © A. Chellous

 

DECISION imprévisible quelques secondes avant ma frappe auriculaire gauche sur le a du clavier azerty. Auriculaire gauche ! Je tape avec dix doigts après avoir appris seul contre tous ces bobos petits-bourgeois qui encombraient les cours de sténo-dactylos sur une vieille Olivetti®. Je le dis sans pudeur déplacée, je peux désormais tout dire car, ayant pris LA DECISION, je suis libre. Plus exactement tenu, de par la mission qui m’incombe désormais, de faire toutes les confidences possibles, même scabreuses, dispenser réflexions, phrases, aphorismes prêt-à-citer pour faciliter au mieux le travail gigantesque qui attend mes futurs thuriféraires. Je n’ignore pas que ceux-ci devront énoncer dans l’ordre les phases constructives (et constitutives) de mon ascension motivationnelle. S’ils survivent aux catastrophes qui ne manqueront pas d’arriver, ils énuméreront  avec cette pédagogie soporifique qui fait le thuriféraire les listes de commissions que j’aurai commises, compilation indispensable pour nourrir les études comparatives structuralistes opposant les grands destins historiques (je rappelle rapidement pour les ignorants qu'il y eut avant moi, Jesus Christus, Vercingétorix, Einstein, Jacques Séguéla, Crésus, Emmanuel Macron et deux ou trois autres plus discutables).

Je n’ai pas oublié qu’un billet de blog doit faire court, inutile de persifler avant d’avoir lu jusqu’au bout. Reconnaissez qu’on ne peut réduire un événement comme cette DECISION à quelques lignes. Toutefois, j'accélére parce qu’une vraie DECISION rompt par définition avec la routine qui n'en finit jamais.

A propos, je me souviens d’une remarque qu’on m’a faite sur mon billet précédent avec un totale sincérité :

-          Totalement incompréhensible !

J’ai bafouillé, expliquant en rougissant qu’il fallait des références, avoir lu pas forcément TOUT Médiapart mais quand même. J'ai essayé de faire croire qu'il y avait un texte implicite, un sous-texte entre les lignes. J’étais quand même soulagé de penser que l’interlocuteur n’avait pas vu que ce billet était surtout totalement inutile… Qu'il relevait donc du mou intégral.

 

Du mou à l'horizon © A. Chellous Du mou à l'horizon © A. Chellous
 

 

Avant de conclure, j'aimerais expliciter ma DECISION. Pas simple car ce n’est pas une petite DECISION. C'est quelque chose qui engage. Terriblement.

En fait, j’ai décidé de donner l'exemple. Pour commencer: être compréhensible.

Suivre une ligne claire, progressive, lisible. Rectiligne. Dure, une vraie. Indiquer aux ignares qui lisent ce journal ce qu’il en est sous les apparences. Ce qu’ils n’ont pas compris, ce qu’ils ont cru, ces abrutis, (il faut l'audace de l'écrire, ça tombe bien, je l'ai, je n'ai pas peur), ces vrais mous pas futés (genre « je suis charlie », j'ai d'autres exemples, pas la peine de faire un dessin). Je dégainerai vite, sans hésiter, pas comme ces trouillards qui craignent la bavure ou qui fuient devant le danger alors qu'il ne risquent rien que mourir dans d'atroces souffrances. Je montrerai à ces trouillards ce que c’est que le courage Dauphinois, comment résister en clapotant sur son clavier, sourd aux douleurs de la pulpe, aux ampoules sur les doigts, comment combattre et cliquer sans hésiter ni relire. J'expliquerai comment règler les problèmes régionaux, nationaux, européens, mondiaux, universels en trois paragraphes. Je peux en dire beaucoup plus et j'en dirai beaucoup plus. Maintenant que j'ai pris MA DECISION.

AC

(2015 après JC)

 

NDLR: Ce texte est certainement un faux. Une enquête est en cours pour identifier l'auteur avec l'aide de l'ordre des chirurgiens-dentistes qui dispose d'un matériel d'identification performant . Nous vous tiendrons informés en page d'actualité de l'USDMHD.

Prendre le maquis © A. Chellous Prendre le maquis © A. Chellous

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.