Vocabulaire majoritaire : pauv'con - P'tite conne ?

Surprise : en France, un député peut utiliser des insultes pour commenter le discours d'un adversaire. Un député LREM, de la majorité, traite de petite conne une députée de l'opposition, une femme (allo 21 è siècle). Bien d'autres ne s'adressent pas au président de l'Assemblée nationale comme ce serait la norme, mais à un autre député, un ministre. Au Québec, ce ne serait pas admis, ni insulte, ni adresse à un confrère ou une consœur. On parle au président dans le respect... de l'institution, ici, dirions-nous dans le respect de la République, mais quelle république, celle des porcs ? Ce n'est pas être libre que d'insulter un autre député ou n'importe qui, homme ou femme. Je suis étonné qu'aucune sanction ne soit appliquée. Un citoyen qui aurait lancé la même insulte à un policier français aurait sans doute perdu un œil.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.