Le vent souffle toujours en avant

Une politique ne chasse pas forcément l'autre

Si,Sénèque dixit,il n'est pas de vent favorable pour qui ne sait où il va,force est de reconnaître que la formule ne saurait s"appliquer à Macron:Objectifs tracés,stratégie claire et cohérente,route droite,et avant tout cela,bien sûr,diagnostic juste de la situation du pays,de l'Europe,et des enjeux mondiaux.A côté,les embrouilles habituelles,cafouillages,et autres subtilités alambiquées et pesantes.Les vents porteurs sont bien au rendez-vous.Et pour ceux que la métaphore navigante rebute,il y a toujours celle privilégiée par notre Président:Le mouvement se prouve en marchant...

L'ampleur du changement a surpris chacun dans ses positions habituelles,à droite,au centre,à gauche,positions confortables,rôdées,comme ces vieux fauteuils qui prennent l'empreinte de leur propriétaire,et cela aussi bien chez les opposants au changement que chez ses partisans,car en réalité,tout changement est une violence  faite à l'inertie,à la lourdeur,qui ne sont ni de droite,ni de gauche,ni du centre.Que serait le changement sans l'inertie,le mouvement sans l'immobilité?Vaine agitation,probablement.Nous n'en sommes pas là.

Privés de leurs vieilles pantoufles,les ministres nommés ont amorcé un mouvement de révolte,à commencer par le premier d'entre eux qui n'aura pas attendu bien longtemps pour se proclamer "de droite".Les autres ont suivi,gauche,droite,gauche,droite,un vrai défilé militaire,sans fanfaronnade excessive toutefois.Pesanteur des esprits...Combien aurait-il mieux valu qu'au lieu de parler de leur passé politique,qui les divise,ils  fassent état de ce qui les rassemble et les unit,bref,de leur projet,qui prenait dans ces conditions un je-ne-sais-quoi de fantômatique et d'irréel,comme si le changement n'était qu'un éternel retour du même.Dommage!

Quant aux "nouveaux" ministres,dépourvus d'étiquette politique à quoi se raccrocher(?),la "société civile" comme on dit n'étant une qualité qu'en creux,il ne leur reste plus qu'à évoquer leur métier,ou plutôt leur profession,qui ne dit rien de leurs options politiques.Ils apparaissent ainsi neutres,inodores ,incolores,sans saveur,pas de quoi entrainer les foules en somme,des technocrates,compétents(on leur souhaite),apolitiques?Mais ils ont bien dû avoir à un moment au moins les yeux de Chimène pour le projet porté par Macron,non?Alors,pourquoi ne se disent-ils pas Macronistes?Et les autres aussi pendant qu'on y est,tout le monde comprendra et les choses seront bien plus claires,en période pré-électorale,ce n'est pas à négliger.En avant,marche!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.