Alain Jakubowicz
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2017

Rosa, reviens, ils sont devenus fous!

La semaine dernière, un pas de plus a été franchi dans l'escalade identitaire. A Paris, à la fin du mois de juillet, « un festival » propose des ateliers dans un « Espace non mixte femmes noires (80% du festival) » ou encore dans un « Espace non mixte femmes racisées ». Dans cette affaire il faut regarder avec quel perversité les mots sont choisis pour dire les choses sans les désigner : on ne dit pas « interdit aux hommes », on dit « non-mixte ». 

Alain Jakubowicz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout a commencé en avril dernier à l'Université Paris 8. Un « Groupe de réflexion non-mixité racisée » avait entrepris l'organisation du festival « Paroles Non Blanches ». Au programme, une obsession de « la blanchité des médias », de « l'islamophobie », le prétendu racisme de la République et de l'Ecole, le tout baignant dans une sémantique coloniale délirante. Cette initiative a fait des émules.  Dès l'été 2016, « un camp d'été décolonial » s'est établi à Reims. La logique qui a présidé à l'organisation de ce symposium monochrome, uniquement ouvert « aux victimes du Racisme d'Etat » est terrifiante  : il faudrait avoir été victime d'une discrimination pour avoir légitimité à la combattre. C'est la négation même de l'universalisme.
La semaine dernière, un pas de plus a été franchi dans cette escalade identitaire. A Paris, à la fin du mois de juillet, « un festival » propose des ateliers dans un « Espace non mixte femmes noires (80% du festival) » ou encore dans un « Espace non mixte femmes racisées ».  Dans cette affaire il faut regarder avec quel perversité les mots sont choisis pour dire les choses sans les désigner : on ne dit pas « interdit aux hommes », on dit « non-mixte ». On ne dit pas « interdit au blancs », on dit « réservé aux racisés ». D'ailleurs, en Afrique du Sud, durant l'Apartheid, on écrivait rarement « interdit aux noirs » mais « For white only ». Au final, les conséquences sont les mêmes : l'organisation d'une société fondée sur la « race ».
Il ne s'agit pas de jeter l'opprobre sur des personnes qui de bonne foi, participent à ces événements, en quête , fût-ce maladroitement, de solutions à leurs problèmes et aux discriminations dont elles sont victimes. Il ne s'agit pas de dire que tous les participants de ces événements sont animés par la volonté intentionnelle de discriminer. Et chacun peut comprendre le besoin que certains éprouvent de se rapprocher de ceux qui subissent les mêmes discriminations qu'eux. Mais il s'agit bien de dénoncer l'instrumentalisation de cette souffrance par des collectifs qui prônent le repli identitaire, le communautarisme et réhabilitent « la race » tout comme la sémantique coloniale. Des collectifs qui essentialisent le « racisé » comme une victime éternelle d'une domination « blanche » et le « Blanc » comme l'esclavagiste de naissance, incurable et dominateur, qu'il serait.
Ceux qui sont animés par cette idéologie, que cela leur plaise ou non, reproduisent une démarche parfaitement inacceptable : à force d'intérioriser le racisme, ils en sont devenus les ambassadeurs et les promoteurs. Ils n'ont rien à envier à l'extrême-droite qui organise à Lyon, un squat identitaire réservé aux « Français de souche » ou au festival Suavelos qui propose sans rougir « 5 jours hors de toute cette merde cosmopolite, 5 jours sans pharisiens, sans racailles, sans KasseKouille, sans KousKous ... et sans cet insupportable bruit de fond anti France et anti blanc. ». Dans les deux cas, les Blancs d'un côté, les Noirs de l'autre.
Oui, dans les deux cas, une même logique, fondée sur une vision « carcérale » de l'identité pour reprendre le terme d'Aimé Césaire. Toute sa vie, Rosa Parks s'est battue pour que l'on cesse de séparer les Noirs des Blancs. Aujourd'hui, à voir ceux qui parfois se réclament d'elle, elle doit se retourner dans sa tombe : Rosa, reviens, ils sont devenus fous !

Alain Jakubowicz, Président de la LICRA

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les oppositions s’indignent, le pouvoir fait profil bas
Les appels à la démission du ministre de l’éducation nationale se sont multipliés depuis les révélations de Mediapart. Interrogé mardi à l’Assemblée nationale, Jean-Michel Blanquer a reconnu qu’il aurait « dû choisir un autre lieu » de villégiature au regard de sa « symbolique ». L’Élysée se mure dans le silence.
par Lucie Delaporte, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre