Alain Refalo
Enseignant du primaire
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2014

Lettre de Léon Tolstoï à la jeunesse indignée par les violences de l'Etat

Alain Refalo
Enseignant du primaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chers frères,
Je ne puis plus me taire ! Comme vous, j'ai été bouleversé par la brutalité de la répression que vous avez subie lors de vos manifestations et occupations sur des sites menacés par des projets démesurés qui saccagent la nature, notre bien commun. L'un des vôtres est mort de cette violence aveugle de l'Etat que je n'ai cessée de dénoncer durant les trente dernières années de ma vie.

Malheureusement, rien n'a changé depuis plus de cent ans. L'Etat demeure une organisation basée trop souvent sur l'arbitraire. L'Etat, c'est encore et trop souvent la violence. Il ne peut exister et perdurer que grâce à la menace de la violence ou l'utilisation de la violence contre ceux dont il exige la soumission.

Vous l'avez remarqué : pour acquérir le pouvoir et le conserver, il faut aimer le pouvoir. Et l’ambition ne s’accorde pas avec la bonté, mais au contraire, avec l’orgueil, la ruse, parfois la cruauté. Sans l’exaltation de soi-même et l’humiliation d’autrui, sans l’hypocrisie et la fourberie, sans les prisons, les forteresses, aucun pouvoir ne peut naître ni se maintenir.

Ainsi, je vous le dis, votre révolte est légitime. Mais avec humilité et respect, je vous dis aussi : en utilisant des méthodes similaires au pouvoir qui opprime, vous ne feriez que renforcer sa domination. Le gouvernement y trouvera prétexte pour augmenter sa capacité de violence et de répression. En cherchant à opposer la violence à la violence, vous agiriez comme un homme ligoté qui, pour se libérer, tirerait sur les cordes qui le lient : il ne parviendrait qu’à resserrer davantage les nœuds qui l’entravent. La violence est un piège. Ayez la prudence, mais aussi l'audace de ne point y succomber.

Croyez-moi, essayer de détruire la violence par la violence, c’est vouloir éteindre le feu par le feu ou inonder un pays pour refluer les eaux d’un fleuve qui déborde. La violence engendre la violence, c'est pourquoi la seule méthode pour s'en débarrasser est de ne plus l'alimenter. Ne résistez pas au mal en imitant le méchant !

Mais alors que faire me direz-vous ? Que faire pour que votre lutte ne s'épuise sous les coups de boutoir de la répression ? Que faire pour que votre action accouche d'une société libérée des injustices et de la violence ?

J'ai appris ceci d'un jeune et illustre philosophe de votre pays, Etienne de La Boétie, que j'ai plaisir à vous transmettre : la source de nos oppressions provient de notre obéissance inconditionnelle et c'est notre docilité qui produit notre propre asservissement. Si vous voulez vaincre la violence du pouvoir, cessez d'obéir à toute autorité fondée sur la violence. Dites à vos amis de ne plus obéir au gouvernement lorsqu'il abuse de son pouvoir. Du coup, les ressorts de sa domination disparaîtront, et avec lui s’évanouira d’elle-même la servitude où vous vous trouvez, parce qu’elle n’est maintenue que grâce à votre soumission volontaire.

Soyez-en surs, l'ennemi n'est pas celui qui frappe vos corps, mais celui qui ordonne de frapper. Il est vain de s'opposer physiquement et frontalement à ceux qui vous frappent tant que les responsables qui arment leurs bras ne sont pas inquiétés. J'en suis convaincu, et ce fut le sens de tous mes combats au temps de l'autocratie tsariste en Russie, la véritable résistance n'est pas dans la violence, mais dans l'insoumission individuelle et collective pour saper les fondements du pouvoir oppresseur. N'oubliez pas que votre force réside en vous-mêmes. Faites preuve de courage et d'humour et l'opinion publique vous soutiendra. Sa mobilisation à vos côtés ébranlera les puissants.

Mes chers amis, vous voulez être des femmes et des hommes guidés par la conscience raisonnable. Vous refusez d'être complices des injustices et vous voulez apporter votre pierre à l'édifice de la justice et de la paix. C'est pourquoi j'ai confiance. J'ai confiance dans vos capacités créatrices que vous avez déjà exprimées en inventant d'autres possibles sur cette terre malmenée par des hommes sans conscience.

Cette insurrection radicale, sans violence et constructive que je sens venir me remplit de joie et d'espérance.

Avec mes saluations fraternelles

votre ami et votre frère,

Léon Tolstoï

Remarque : La plupart des phrases de cette lettre "imaginaire" sont extraites, adaptées ou inspirées des ouvrages de Léon Tolstoï, notamment Le Royaume des cieux est en vous (1893), édité au Passager Clandestin (2010). AR

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran