Attac, sympa au dehors, puant en dedans

Récit d'un gilet jaune horrifié par le fonctionnement d' "A-ta-queue"

Ruban adhésif noir sur gilet jaune, il est déguisé en abeille. Si on ne me l'avait pas dit, je ne l'aurais pas sû. Au premier regard, je l'avais simplement pris pour un gilet jaune. "Il a déchiré son gilet et il l'a rafistolé avec ça..." et puis j'ai vu qu'il y en avait d'autres et j'ai demandé ce que le gilet jaune et noir signifiait. Des abeilles. Je souris. Jaune vif et noir, ce seraient plutôt des guêpes, mais ces types sont probablement des parisiens et ils ne sauraient pas faire la différence entre une guêpe et une abeille, même si elle leur piquait le cul.

L'abeille de 3 mètres de long qu'ils promènent au-dessus de 5 vélos soudés ensemble me confirme dans cette opinion. On dirait une "abeille" dessinée par quelqu'un dont la seule référence serait un vague souvenir des dessins animés "Maya l'abeille" visionnés durant l'enfance. Donc, des citadins, certainement. Attac. L'ami avec qui je suis venu à la manif me dit qu'il vient d'adhérer à ce mouvement. Ah bon. Tu veux qu'on défile avec eux? OK. Durant la manif, on bavarde, on sympathise. Après aussi. Du coup, on se retrouve invités à une réunion de préparation d'une action devant soi-disant avoir lieu à la Défense. J'hésite un peu. Monter à Paris deux fois pour une seule action politique ne me semble pas être optimal. Mais bon, mon ami y a adhéré, donc je suis curieux de voir ce qu'est Attac.

Le mardi suivant, on arrive à l'heure. On nous avait dit 19h00. On déambule entre le 21ter rue Voltaire et des locaux avoisinants, cherchant la salle de réunion. On nous indique finalement la salle en nous disant que la réunion de briefing est prévue pour 19h30. Le coin est sordide et sent l'urine. La courette devant le bâtiment est dans un état innomable : on se croirait dans un vieux squatt de junkies. Je commence à avoir des doutes. Ils se préoccupent vraiment de l'environnement, ces gens-là? Partisan du "think global, act local" des militants britanniques, je considère que l'environnement commence devant sa porte. Quand je vois un déchet dans ma rue, je le ramasse.

La librairie avoisinante me réconcilie avec le lieu. J'y fais l'acquisition d'un recueil de nouvelles de différents auteurs intitulé "Au bal des actifs - demain, le travail" que je recommande à tous ceux qui, comme moi, aiment la science fiction intelligente et originale.

La salle est ouverte, la réunion va bientôt commencer. Nous retrouvons avec plaisir le militant avec lequel nous avions sympathisé lors de la manif. On me redemande si j'ai déjà suivi une formation à l'action politique non-violente. Oui. Nous devons demander à être inscrits. Curieusement, ceux à qui nous parlons semblent n'avoir aucun pouvoir décisionnel sur le sujet. De nouveau, j'ai des doutes. Mais ce sont juste des doutes, alors je décide de leur laisser le bénéfice du doute, peut-être s'agit-il juste d'une question d'organisation, ils ont besoin d'avoir une liste des participants et donc on doit causer à la personne qui note les noms. Cette personne nous dit d'abord que nous ferons partie du groupe 5, puis nous demande nos noms et nos emails. Mon ami s'exécute sans broncher.

Je me demande pourquoi elle veut connaitre mon nom de famille. Le prénom ne suffirait-il pas? Est-ce pour pouvoir envoyer à la personne un avocat en cas de garde-à-vue ou est-ce un fichage? Je tente une petite expérience. Je dis à la responsable qu'elle n'a pas besoin de mon email, qu'il lui suffit de contacter mon ami et qu'il me transmettra l'info. Elle échoue au test en insistant pour que je lui donne mon email. Un fichage, donc. J'en donne un vieux que je n'utilise plus guère.

Une fois qu'elle a nos noms, elle change d'avis et nous annonce que nous ne pourrons pas participer à l'action en question. Soi-disant, ils sont au complets. Voilà le récit de cette action, tiré de leur propre site web :

Arrivés à 8h les militants ont occupé pendant 1h le hall central du siège de Bayer-Monsanto (à la Garenne-Colombes). Des paysans et des activistes déguisés en abeilles ont ensuite réalisé un "die-in" pour symboliser l'impact des produits de Bayer-Monsanto sur leur survie. Les abeilles étaient également venues rappeler qu'un tiers de la production alimentaire mondiale dépend des pollinisateurs qui sont victimes d'une hécatombe sans précédent du fait notamment de l'utilisation massive de pesticides.

attac1-1

C'est certain que deux participants de plus auraient posés problème, n'est-ce pas. 72 militants au lieu de 70, ça aurait été très grave... Et ma vessie c'est une lanterne, quand je pisse ça éclaire...

Sur le moment, je me sens outrée qu'elle ait osé nous dire "vous ferez partie du groupe 5" juste pour qu'on lui donne nos noms et nos emails, sans avoir la moindre intention de tenir parole. J'insiste. Elle nous explique qu'avant de participer à une action nous devrons participer à une réunion pour "faire connaissance". Depuis quand faut-il passer un entretien d'embauche pour participer à une action politique??? Je lui réponds que faire une action ensemble est une bonne manière de faire connaissance et elle me répond que non, que durant l'action on n'a pas le temps!

En ce qui me concerne, j'ai fait sa connaissance. J'ai vu exactement le genre de personne qu'elle est : un petit chef. Le genre de personne qui vous explique, avec un sourire faux-cul, que les règles sont nécessaires au bon fonctionnement de l'organisation, alors que ce sont eux qui ont mis en place les règles en question et qu'ils y tiennent surtout parce que ces règles leur donnent du pouvoir. Ca fonctionne : elle a du pouvoir. Un pouvoir absolu sur la sélection des participants à une action politique. Personne n'a osé nous défendre et, bien entendu, il n'a absolument pas été question de mettre notre participation éventuelle au vote de l'assemblée. "Rentrez chez vous, on vous rappelera". J'ai déjà entendu ça quelque part.

Au fait, c'est quoi Attac? Toujours d'après leur site, "Attac est une association qui milite pour la justice fiscale, sociale et écologique, et conteste le pouvoir pris par la finance sur les peuples et la nature". Des gens qui voudraient changer le système, donc? Non. Ce sont des gens qui reproduisent le système en interne. Un système de pouvoir autocratique, arbitraire et menteur. Un fonctionnement qui n'a rien de démocratique. Oh, le bureau d'Attac est probablement élu, mais comme l'affiche un gilet jaune, "faire l'amour tous les 5 ans n'est pas une vie sexuelle, voter tous les 5 ans n'est pas une vie politique".

Ouvrez les yeux, militants d'Attac! Comment pouvez-vous espèrer changer le système si, même lorsque vous êtes entre vous, vous en reproduisez tous les travers? D'autres types d'organisation sont possibles! Je suis un gilet jaune venu voir ce qu'est Attac, venez voir comment fonctionnent les gilets jaunes! Personne ne vous demandera votre C.V.! Parmi les GJs, chacun fait ce qu'il veut. Pacifistes et non-pacifistes se côtoient en toute amitié. Qu'on soit de droite ou de gauche, nous luttons ensemble contre l'ennemi commun, contre ce système qui nous pourri la vie, et ça nous suffit. Nous réclamons le droit aux RICs et, en interne, nous sommes cohérents : les assemblées sont démocratiques. Nous n'acceptons aucun représentants (certains ont essayé et se sont fait jeter) et nous n'avons pas de petits chefs. Absolument aucun, je vous le garantie! Parmi les GJs, si quelqu'un voulait s'arroger le droit de décider seul "toi tu as le droit de participer à telle action, toi tu n'as pas le droit", il se ferait sortir à coups de pieds au cul.

Et il y a d'autres cas de groupes fonctionnant ou ayant fonctionné en démocratie directe que je pourrais vous citer. La ZAD de Notre-dame-des-landes, par exemple, pour ceux qui ont connu. Là-bas aussi, les réunions étaient prises en assemblées et il n'y avait pas de petits chefs. Ou la marche des indignés, etc.

J'ai rayé mon nom de la liste et je suis sortie en pétard. Mais pour qui se prend-elle, cette pétasse parisienne? Je me suis fait la réflexion que, si Attac arrivait au pouvoir (fort improbable), le système ne changerait pas d'un iota. Oh, il y aurait quelques réformettes, peut-être même sur des sujets importants comme le glyphosate, mais le fonctionnement du système lui-même serait peut-être même encore pire. Celle qui m'a dit "rentrez chez vous, on vous contactera" serait tout aussi capable de dire à un immigré "rentrez dans votre pays et demandez un visa" - sans se poser de question et sans que ça la dérange plus que ça. Militants d'Attac, comment pouvez-vous vous laisser faire? Ce n'est pas en se comportant comme une bande de moutons qu'on va changer la société! Réagissez! Et, par pitié, avant de parler d'environnement, occupez-vous un peu de votre environnement immédiat et nettoyez cette cour!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.