Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

1253 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 sept. 2012

*L'INVISIBLE GEÔLE...La suite... Jean Marc Ayrault se serait il déjà "fait piéger" par les Lobbies financiers de Bruxelles?...

Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le Premier Ministre,

Objet: Le *Paquet Global*.(Lettre ouverte).

         Cette lettre a pour but d'appeler votre attention sur la nécessité de réduire la dette de Notre Pays, La France, à moindre coût, avec la gloire d'avoir aidé les autres pays de la zône €uro en difficultés financières tels la Grèce, l'Espagne, l'Italie, l'Irlande ainsi que ceux à venir si nous n'y prenons garde.

        Vous nous avez parlé de soumettre au Parlement ce qui est appelé "Pacte de stabilité financière" €uropéen et *de réduction des déficits* sous forme de *Paquet global*.

         Aussi, pour abonder en votre sens et vous aider à réussir de persuader les Député(e)s, Sénatrices et Sénateurs qu'ils seront sur la bonne voie en votant "oui " à votre pacte global, je vais vous livrer et vous suggérer le seul langage à leur tenir en ce sens:

        Mesdames et messieurs les Députés, après avoir analysé clairement et en toute sérénité la situation telle qu'elle se présente et que vous connaissez aussi bien que moi, voici ce qu'il en est véritablement:

        1)- La dette dont nous avons hérité de nos prédécesseurs doit être réduite pour arriver à retrouver l'équilibre financier qui nous fait défaut. Personne ne peut trouver à y redire. (Ceux qui ne sont pas d'accord, levez la main.).

        2)- Nous nous trouvons dans la situation où il nous faut trouver une cinquantaine de milliards d'€uro, sans augmenter en quoi que ce soit les impôts, pour respecter la parole et les écrits de François Hollande dans le cadre de ses engagements pris au cours de la campagne présidentielle. (Ceux qui ne sont pas d'accord, levez la main.).

        3)-Pour réduire le déficit et (ou) réduire le montant de la dette, il nous faut réduire nos dépenses sans douleur aucune. Pour ce faire il faut et il suffit de trouver une niche fiscale appropriée. (Ceux qui veulent la connaitre, LEVEZ LA MAIN.).

        4)- Cette niche fiscale, la voici: C'est le différentiel des taux d'intérêts pratiqués par les *Banques-Lobbies* de L'Union €uropéenne, vous savez, cette Loi inique qui permet à ces *Banques-Lobbies* de prendre une "redevance" qui représente un différentiel de taux d'intérêts d'emptunts de...Environs...je ne sais pas exactement, de ... Environs... Bref, peut être de... Disons.... Entre 0, 5 % ... Et... J'ai demandé une enquête à ce sujet, et j'attends la réponse pour ... Dans ... ( Ceux qui le savent, levez la main.).

        5)- J'ai fait un rapide calcul: En supprimant ce différentiel de taux d'intérêts bien plus qu' inutile pour l'économie réelle, nous récupérons "en partie" ce qu'il nous faut pour nous permettre de réduire les déficits et relancer l'économie réelle! En relançant l'économie réelle, nous réduirons le chômage! (Ceux qui ont une objection à faire, levez la main.).

        6)- Bon, je vois que tout le monde esr d'accord. Je vous remercie. En conséqence, je vais vous soumettre mon Projet de Pacte Global dans lequel vous y trouverez, entre autre modification à négocier, la demande d'abrogation de la *Loi-Lobbies*  et une autre demande comportant l'obligation, pour la B.C.€., de prêter directement aux Etats l'argent des contribuables sans passer par les *Banques-Lobbies.   

         Ah! Jallais oublier: Par votre "oui" massif, vous allez donner une bonne bouffée d'oxygène à la Grèce, l'Espagne, l'Italie, l'Irlande, et vous sauvez l'€urope et l'€uro d'une grave crise financière dont personne ne vous avait parlé.

                   -------------------------------

        Enfin, pour résumer et en rester là pour aujourd'hui, j'en concluerai pour vous dire à nouveau que c'est par la seule abrogation de la Loi-Lobbies que vous arriverez à sortir Notre Pays, La France, de la sournoise menace lobbienne qui, depuis de nombreuses années, nous a menés là où nous sommes. Les Lobbiens n'ont pas de Patrie, mais Nous,

       Nous en avons une:      La France.

       Vous remerciant pour l'attention que vous m'aurez accordée,

       Je vous prie dagréer, Monsieur le Premier Ministre, l'expression de mes salutation distnguées.

 Armand de Franceville, Nom de Plume,

Alain Saiche, Nom Patronyme.

PS: Les motivations de mon intervention se trouvent dans mon récit intitulé: * L'Invisible Geôle*. En le lisant, vous y découvrirez comment il est possible de faire voter en Assemblée Générale, par des Elus de toutes appartenances politiques confondues, un remboursement d'emprnts à un taux extraordinare de 47, 52 %. A lire absolument pour me comprendre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener