²pe-PRECIS D'ECONOMIE RATIONNELLE UNIVERSELLE DE GESTION

Ce PRECIS D'ECONOMIE a pour but d'informer la France et les Français sur le nouveau mode de gestion de l'économie pour la relancer par une remise à plat du financemement des Retraites, de la Sécurité sociale, des allocations chômage, de la Vieillesse, de la dépendance, etc, etc...Ce nouveau syxtème de financement s'appelle "LA GESTION PAR LA METHODE DU REVISIONNISME ECONOMIQUE.

PRÉCIS D'ÉCONOMIE RATIONNELLE UNIVERSELLE.

                       Mise à jour au 27.10.2020

C'EST UN BERCY DE L'ÉCONOMIE QU'IL FAUT À LA FRANCE!

Ce précis d'économie, basé sur la pédagogie, a pour but de vous faire découvrir que la pédagogie du pouvoir relève du menticide (lavage de cerveau) et, en temps de crise, de la gestion menticidaire soft des crises par la Matraque, par les grenades lacrymogènes, par les LBD,  par les canons à eau, par les grenades de désencerclement et les arrestations dissuasives par étranglement au sol.

Vous avez eu la démonstration de cette gestion menticidaire soft lors des manifestations de la population dans les rues de France.

Mes critiques, qui se veulent destructrices de cette pédagogie d'autres temps, est justifiée par le fait que le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, pourrait gérer l'économie de la France dans le calme et la sérénité, s'il le voulait ou en avait le pouvoir, par une autre méthode de gestion dont il connait la teneur, dans le calme, la pérennité et la transparence la plus complète ainsi que dans la liesse générale.

France stratégie, le CAE (Conseil d'Analyse Économique), le CESE (Coneil Économique Social Environnemental) et le Conseil d'Orientation des Retraites (Le COR, via Laurent Pietraszewski) mentent à la France et à la population française en déclarant que les entreprises payeraient 60% du revenu universel sur les retraites "à l'équilibre"!

Ils mentent! Les entreprises ne payent aucune cotisation sociale pour les retraites! Ce sont les consommateurs qui les payent à l'achat des marchandises!

Le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, le sait pertinemment! Il est prisonnier de sa maîtresse putative, Dame La Finance, Maîtresse de France.

Le taux d'incidence de l'arnaque aux cotisations sociales des entreprises sur les déficits et sur le trou de la dette des financements sociaux Retraites, Sécurité sociale, Chômage, Vieillesse, Dépendance, etc, etc..., qui ont atteints les 100% depuis 2017, et qui ne peuvent être dépassés mathématiquement parlant, est amplifié par le pouvoir en place qui, parfaitement informé de la situation, ne fait rien pour changer les choses, préférant fermer les yeux et laisser le fardeau en héritage aux enfants de France qui n'y peuvent et n'y pourront "mais". 

   

Vous trouverez, DANS CE PRÉCIS, quelques extraits de ses échanges épistolaires 2018-2019 avec moi.

Voici donc ce qu'il en est.

 

CE SONT LES CARNETS DE COMMANDES QUI CRÉENT DES EMPLOIS DURABLES! PAS LES ÉLUCUBRATIONS DES POLITIQUES ET DES ÉCONOMISTES!

Les cotisations sociales des entreprises ne peuvent au aucun cas être considérées comme étant des investissements.

 

CE PRÉCIS, écrit votre attention et à celle des membres du Comité de l'attribution du prix Nobel d'économie, est destiné à contester les critères d'attribution de ce prix, compte tenu de la situation catastrophique dans laquelle se trouve notre pays dont les dirigeants vantent l'attribution des Nobel Prize d'économie pour justifier toutes leurs carences en gestion et l'abîme de la dette dans laquelle ils le plongent.

Je prends la liberté, en tant que citoyen responsable,  de mettre en causes les motifs de l'attribution de ce prix honorifique qui serait, je n'en doute aucunement, décrié par Monsieur Alfred Nobel lui même s'il était encore en vie.

Mes arguments de contestation sont d'ordre rationnel mathématique:

Les entreprises ne payent aucune charge sociale pour payer les retraites, la sécurité sociale, les indemnités chômage, la Vieillesse, la dépendance, etc, etc...

Ce sont les consommateurs qui les payent à l'achat des marchandises, et il n'en est aucunement tenu compte pour l'attribution du Prix Nobel, et aucun Prix Nobel ne dénonce ce fait irréfragable.

C'est ce que j'appelle: "L'Arnaque aux cotisations sociales des entreprises", et c'est est ce que je vais vous démontrer au point N°2 de mon article ci après qui portera sur 2 points principaux:

1- Le rappel de ce qu'est le Prix Nobel, (copie intégrale extraite de WikipédiA)

2- Mes arguments sur les critiques du fonctionnement actuel de l'économie avec, comme il se doit, mon argumentaire et la proposition de relancer l'économie par la remise à plat des financements sociaux de manière rationnelle.

Plus qu'un long discours qui pourrait vous ennuyer, voyons directement ce qu'il en est.

Après lecture des 2 points ci après, il appartiendra à chacun de méditer sur la situation telle qu'elle existe, vantée sous les termes d'ÉCONOMIE DITE " LIBÉRALE", alors qu'elle est, en fait, UNE ÉCONOMIE RÉTROGRADE DE RETOUR AU MOYEN ÂGE, de manière insidieuse, par le menticide et la gestion menticidaire "soft des manifestations de mécontentements, justifiés par l'appauvrissement de la population et par la baisse du pouvoir d'achat.

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2 Avenue Casteroun, 40 230, St Vincent de Tyrosse. 

                         I-------------------I

                              Point N°1 

Rappel de ce qu'est le Prix Nobel d'économie = Nobel Prize.

                Copie intégrale de WikipédiA.

Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel

Sauter à la navigationSauter à la recherche

Prix de la Banque de SuèdeImage associée à la récompense
Annonce du prix Nobel d'économie en 2008.


Nom originalSveriges Riksbanks pris i ekonomisk vetenskap till Alfred Nobels minneDescriptionPrix récompensant une contribution majeure en sciences économiquesOrganisateurAcadémie royale des sciences de SuèdePaysDrapeau de la Suède SuèdeDate de création1969Dernier récipiendaireAbhijit Banerjee, Esther Duflo et Michael Kremer (2019)Site officielhttp://www.nobelprize.org [archive]modifier Consultez la documentation du modèle

Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, communément surnommé « prix Nobel d'économie », est une distinction qui récompense chaque année une ou plusieurs personnes pour leur contribution exceptionnelle dans le domaine des sciences économiques. Il a été créé et doté par la Banque de Suède en 1968, à l'occasion de son 300e anniversaire, et décerné pour la première fois en 1969.

C'est le seul prix géré par la Fondation Nobel qui n'ait pas été créé par le testament d'Alfred Nobel. Il suit néanmoins les mêmes règles que les prix Nobel, et est également remis par le roi de Suède le 10 décembre. Comme les prix de physique et de chimie, il est décerné par l'Académie royale des sciences de Suède.

La dotation monétaire du prix en 2018 s'élève à neuf millions de couronnes suédoises, soit environ neuf cent mille euros.

Sommaire

Origine[modifier | modifier le code]

L'idée d'un nouveau « prix Nobel » vient de Per Åsbrink, gouverneur de la Banque de Suède, l'une des plus anciennes banques centrales du monde. Dans le cadre de la préparation du tricentenaire de la Banque, il crée une fondation pour la recherche, la Fondation du jubilé de la Banque de Suède, et propose à son conseiller économique, Assar Lindbeck, ainsi qu'aux économistes Erik Lundberg et Gunnar Myrdal, de réfléchir à l'élaboration d'un prix1.

La Banque contacte ensuite la Fondation Nobel, et l'Académie royale des sciences de Suède, qui était déjà responsable de l'attribution des prix de physique et chimie. Certains membres de l'Académie émettent des réserves quant à l'aspect suffisamment scientifique de l'économie, mais Lundberg et surtout Myrdal (qui sont également membres) finissent par convaincre l'Académie entière. En mai 1968, la banque centrale, la Fondation Nobel et l'Académie tombent d'accord sur les règles d'attribution du prix, et le bureau de la Banque centrale décide alors de le fonder officiellement. Ces règles sont codifiées par le gouvernement suédois en janvier 1969[réf. nécessaire].

Le premier comité est composé de Bertil Ohlin (président du comité, Stockholm School of Economics), d’Erik Lundberg de la Stockholm School of Economics, d’Ingvar Svennilson de l’université de Stockholm, de Herman Wold de l’université d'Uppsala et de l’université de Göteborg, et d’Assar Lindbeck de l’université de Stockholm.

Depuis, le prix est couramment surnommé « prix Nobel d'économie2 » alors qu'Alfred Nobel disait n'avoir « aucune formation en économie et la [haïr] du fond du cœur »3.

Pour Avner Offer et Gabriel Söderberg, historiens de l'économie, Per Åsbrink, soutenu par les milieux d'affaires, s'opposait au gouvernement social-démocrate qui entendait utiliser le crédit pour favoriser l’emploi et le logement, et préconisait plutôt de s'orienter vers la lutte contre l'inflation. La création du prix lui aurait permis selon ces auteurs de susciter un intérêt médiatique et ainsi d’accroître son influence au détriment des idées sociales-démocrates4.

Attribution du prix[modifier | modifier le code]

Choix des lauréats[modifier | modifier le code]

Le processus de sélection du lauréat et le montant du prix attribué sont identiques à ceux des prix Nobel5.

Chaque année, l'Académie royale des sciences de Suède invite des personnalités qualifiées à envoyer leurs nominations. Ces personnes comprennent les membres de l'Académie des sciences, les membres du comité de sélection du prix, les lauréats passés, les professeurs titulaires dans les sujets concernés, en Suède, ainsi qu'au Danemark, en Finlande, en Islande, et en Norvège, les professeurs titulaires de chaires correspondantes dans au moins six universités choisies chaque année par l'Académie ainsi que d'autres chercheurs invités par l'Académie6.

Deux à trois cents nominations sont envoyées, qui correspondent à une centaine de candidats distincts7. Les candidatures sont ensuite évaluées par un comité de cinq à huit membres (dont deux non-économistes), qui soumet son choix au département de sciences sociales de l'Académie pour approbation. L'Académie entière adopte la liste finale début octobre après avoir désigné les lauréats par un vote à la majorité, le résultat étant annoncé le jour même8.

Comme pour les autres prix « Nobel », un maximum de trois personnes peuvent partager le prix, et elles doivent être vivantes au moment de l'annoncea.

Dotation[modifier | modifier le code]

La dotation monétaire du prix est la même que celle des prix Nobel. À l'inverse de ceux-ci, dont la dotation provient des rendements du capital laissé à cet effet par Alfred Nobel, la dotation du prix en sciences économiques est financée par la Banque centrale de Suède. Le montant de la dotation évolue régulièrement en fonction du rendement des placements, et s'élève à neuf millions de couronnes suédoises en 2018, soit environ neuf cent mille euros9,10.

Un prix parfois contesté[modifier | modifier le code]

Bien que ce prix soit la récompense la plus prestigieuse en économie, notamment par sa médiatisation, l'attribution de ce prix fait l'objet de certaines controverses, notamment quant à son appellation de "prix Nobel d'économie". Alfred Nobel n'ayant jamais fait mention de son intention de récompenser l'économie.

Le choix des lauréats est lui aussi régulièrement critiqué11. Ce prix favoriserait des économistes dits « orthodoxes »12 et américains (80 % des récipiendaires)4. Friedrich Hayek, lauréat en 1974, a déclaré par ailleurs que si on lui avait demandé son avis sur le prix, qu'il aurait « fermement déconseillé » la création de ce prix, « aucun homme ne devant être ainsi désigné comme une référence sur un sujet aussi complexe que l'économie ».13

L'académie royale des sciences a décidé en 1995 d'étendre le champ d'application du prix, d'une part en modifiant la composition du comité de sélection (deux non-économistes sur les cinq à huit membres), d'autre part en acceptant les candidatures relevant des sciences politiques, de la psychologie, ou de la sociologie, ayant un impact sur l'économie. Ainsi, parmi les lauréats récents, Daniel Kahneman et Robert J. Aumann ne sont pas économistes. Cela faisait suite aux critiques que même si, dans les premières années de son existence, le prix avait récompensé les théoriciens de premier plan des années 1970 et 1980, ce prix manquait peut-être de champ pour justifier la remise annuelle d'un prix supposé récompenser des avancées essentielles.

Statistiques[modifier | modifier le code]

En 2012, la répartition des prix en fonction de la nationalité des lauréats au moment de la récompense met les États-Unis, avec 41 lauréats, en tête, avec 59 % des prix. Suivent le Royaume-Uni avec huit lauréats et 10 %, la Norvège et la Franceb avec trois lauréats et 4 %, la Suède et Israël avec deux récipiendaires et 3 %, puis, avec chacun une récompense et 1,5 % du total des prix décernés, le Canada, l’Allemagne, l’Inde, l’URSS, les Pays-Bas et Sainte-Lucie14.

Le nombre de récompenses, en 2013, s'élevait à 72 : 22 récompenses individuelles, 16 récompenses partagées entre deux lauréats et 6 récompenses partagées entre trois candidats, la dernière datant de 201314.

Les universités d'affiliation des chercheurs au moment de la récompense les plus distinguées sont par ordre d’importance : l’université de Chicago avec dix lauréats, l’université de Princeton, le Massachusetts Institute of Technology avec sept lauréats, l’université Harvard avec six lauréats, l’université de Californie à Berkeley, l’université de Cambridge, l’université Columbia avec chacune quatre lauréats, , l’université Stanford avec chacune trois lauréats, l’université d'Oslo, l’université Yale et l’université de New York avec deux lauréats. Puis ex æquo avec un lauréat l’université de Bonn, l’université Carnegie-Mellon de Norvège, l’École nationale supérieure des mines de Paris, l’université de Fribourg-en-Brisgau, l’université George Mason, l’Institut pour la gestion de l'économie nationale de Moscou, la Netherlands School of Economics, l’université d'Oxford, l’université de la Pennsylvanie, l’université de Stockholm, la Stockholm School of Business, l’université Washington à Saint-Louis, l’université de Californie à San Diego, la Carnegie Mellon, l’université d'Arizona, l’université de Jérusalem, l’université du Maryland et l’université du Minnesota.

Elinor Ostrom est en 2009 la première femme à recevoir le « prix Nobel » d'économie.

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Lauréat du prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel.

Années 1960[modifier | modifier le code]

AnnéeNomPaysUniversitéDomaines et motivation du prix1969Ragnar Anton Kittil FrischDrapeau de la Norvège NorvègeUniversité d'OsloÉconométrie. « Pour avoir développé et appliqué des modèles dynamiques à l'analyse des processus économiques. »Jan TinbergenDrapeau des Pays-Bas Pays-BasUniversité Érasme de Rotterdam

Années 1970[modifier | modifier le code]

AnnéeNomPaysUniversitéDomaines et motivation du prix1970Paul SamuelsonDrapeau des États-Unis États-UnisMassachusetts Institute of TechnologyThéorie de l'équilibre général et partiel. « Pour le travail scientifique par lequel il a développé la théorie économique statique et dynamique et a contribué à élever le niveau d'analyse dans la science économique. »1971Simon KuznetsDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité HarvardCroissance économique et histoire économique. « Pour son interprétation empiriquement fondée de la croissance économique qui a apporté une connaissance nouvelle et approfondie de la structure économique et sociale et du processus de développement. »1972Sir John Hicks
Kenneth ArrowDrapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-UnisAll Souls College
Université HarvardThéorie de l'équilibre général et Théorèmes du bien-être. « Pour leur contributions pionnières à la théorie de l'équilibre général et à la théorie du bien-être. »1973Wassily LeontiefDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité HarvardAnalyse entrée-sortie. « Pour le développement de l'analyse entrée-sortie et pour son application à d'importants problèmes économiques. »1974Friedrich Von Hayek
Gunnar MyrdalDrapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Suède SuèdeUniversité de Fribourg-en-Brisgau
Université de New YorkMacroéconomie et économie institutionnelle. « Pour leur travail pionnier dans la théorie de la monnaie et des fluctuations économiques, et pour leur analyse pénétrante de l'interdépendance des phénomènes économiques, sociaux et institutionnels. »1975Leonid Kantorovich
Tjalling Koopmans Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau des États-Unis États-UnisAcadémie des sciences de Russie
Université YaleThéorie de l'allocation optimale des ressources. « Pour leurs contributions à la théorie de l'allocation maximale des ressources. »1976Milton FriedmanDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de ChicagoMacroéconomie. « Pour ses réalisations dans les domaines de l'analyse de la consommation, de l'histoire et de la théorie monétaire, et pour sa démonstration de la complexité de la politique conjoncturelle. »1977Bertil Ohlin
James MeadeDrapeau de la Suède Suède
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-UniUniversité de Stockholm
Université de CambridgeÉconomie internationale. « Pour leur contribution révolutionnaire à la théorie du commerce international et des mouvements internationaux de capitaux. »1978Herbert SimonDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité Carnegie-MellonSciences de gestion. « Pour sa recherche pionnière sur les processus de décisions dans les organisations économiques. »1979Theodore Schultz
Arthur Lewis Drapeau des États-Unis États-Unis
Flag of Saint Lucia (1967–1979).svg Sainte-LucieUniversité de Chicago
Université de PrincetonÉconomie du développement. « Pour leur recherche pionnière dans la recherche sur le développement économique avec une attention particulière aux problèmes des pays en développement. »

Années 1980[modifier | modifier le code]

AnnéeNomPaysUniversitéDomaine et motivation du prix1980Lawrence KleinDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de PennsylvanieMacroéconomie. « Pour la création de modèles économétriques et leur application à l'analyse des fluctuations économiques et aux politiques économiques. »1981James TobinDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité YaleMacroéconomie. « Pour son analyse des marchés financiers et leurs relations avec les décisions d'investissement, l'emploi, la production et les prix. »1982George StiglerDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de ChicagoOrganisation industrielle. « Pour ses études fondatrices des structures industrielles, du fonctionnement des marchés, et des causes et effets de la régulation publique. »1983Gérard DebreuDrapeau de la France France / Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Californie à BerkeleyThéorie de l'équilibre général. « Pour avoir intégré de nouvelles méthodes analytiques à la théorie économique et pour sa reformulation rigoureuse de la théorie de l'équilibre général. »1984Richard StoneDrapeau : Royaume-Uni Royaume-UniUniversité de CambridgeComptabilité nationale. « Pour avoir apporté des contributions fondamentales au développement des systèmes de comptabilité nationale et avoir par conséquent grandement amélioré les bases de l'analyse économique empirique. »1985Franco ModiglianiDrapeau des États-Unis États-UnisMassachusetts Institute of TechnologyMacroéconomie. « Pour ses analyses pionnières de l'épargne et des marchés financiers. »1986James BuchananDrapeau des États-Unis États-UnisCenter for study of Public Choice (Fairfax)Finances publiques. « Pour son développement des bases contractuelles et constitutionnelles de la théorie de la décision économique et politique. »1987Robert SolowDrapeau des États-Unis États-UnisMassachusetts Institute of TechnologyThéorie de la croissance économique. « Pour ses contributions à la théorie de la croissance économique. »1988Maurice AllaisDrapeau de la France FranceÉcole polytechnique
École des mines de ParisThéorie de l'équilibre général et partiel. « Pour ses contributions pionnières à la théorie des marchés et à l'utilisation efficiente des ressources. »1989Trygve HaavelmoDrapeau de la Norvège NorvègeUniversité d'OsloÉconométrie. « Pour sa clarification des fondements probabilistes de l'économétrie et ses analyses des structures économiques simultanées. »

Années 1990[modifier | modifier le code]

AnnéeNomPaysUniversitéDomaine et motivation du prix1990Harry Markowitz
Merton Miller
William SharpeDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité de la ville de New York
École de Chicago
Université StanfordThéorie économique financière. « Pour leur travail pionnier dans la théorie économique financière. »1991Ronald CoaseDrapeau : Royaume-Uni Royaume-UniUniversité de ChicagoThéorie des institutions. « Pour sa découverte et sa clarification de l'importance des coûts de transaction et des droits de propriété pour la structure des institutions et le fonctionnement de l'économie. »1992Gary BeckerDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de ChicagoMicroéconomie et sociologie économique. « Pour avoir étendu le domaine de l'analyse microéconomique à un large champ de comportements et d'interactions humains, dont des comportements non marchands. »1993Robert Fogel
Douglass NorthDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-UnisÉcole de Chicago
Université Washington de Saint-LouisHistoire économique. « Pour avoir renouvelé la recherche en histoire économique par l'application de la théorie économique et de méthodes quantitatives afin d'expliquer les changements économiques et institutionnels. »199415Reinhard Selten
John Forbes Nash
John HarsanyiDrapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Bonn
Université de Princeton
Université de Californie à BerkeleyThéorie des jeux. « Pour leur analyse pionnière de l'équilibre dans la théorie des jeux non coopératifs. »1995Robert LucasDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de ChicagoMacroéconomie. « Pour avoir développé et mis en application l'hypothèse des anticipations rationnelles, et ainsi avoir transformé l'analyse macroéconomique et approfondi notre compréhension des politiques économiques. »1996James Mirrlees
William Vickrey Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Cambridge
Université ColumbiaÉconomie de l'information. « Pour leurs contributions fondamentales à la théorie économique des incitations en environnement d'information asymétrique. »1997Robert Merton
Myron ScholesDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada / Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité Harvard
Université StanfordThéorie économique financière. « Pour une nouvelle méthode de détermination de la valeur des dérivés. »1998Amartya SenDrapeau de l'Inde IndeTrinity College de CambridgeÉconomie du bien-être. « Pour ses contributions à l'économie du bien-être. »1999Robert MundellDrapeau du Canada CanadaUniversité ColumbiaMacroéconomie. « Pour son analyse de la politique monétaire et fiscale en régime de taux de change variable, et pour son analyse des zones monétaires optimales. »

Années 2000[modifier | modifier le code]

AnnéeNomPaysUniversitéDomaine et motivation du prix2000James Heckman
Daniel McFaddenDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Chicago
Université de Californie à BerkeleyÉconométrie. « Pour leur développement de la théorie et des méthodes d'analyse d'échantillons sélectifs. »2001George Akerlof
Michael Spence
Joseph StiglitzDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Californie à Berkeley
Université Stanford
Université ColumbiaÉconomie de l'information. « Pour leurs travaux sur les marchés avec asymétrie d'information. »2002Daniel Kahneman
Vernon SmithDrapeau des États-Unis États-Unis / Drapeau d’Israël Israël
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Princeton
Université George-MasonÉconomie expérimentale. Kahneman : « Pour avoir intégré les apports de la recherche psychologie à la science économique, en particulier concernant le jugement humain et les processus de décision en environnement incertain. »
Smith : « Pour avoir instauré les expériences de laboratoire comme outil d'analyse économique empirique, en particulier pour l'étude de mécanismes de marché alternatifs. »2003Robert Engle
Clive GrangerDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-UniUniversité de New York
Université de Californie à San DiegoÉconométrie. Engle : « Pour des méthodes d'analyse économique de séries temporelles avec des volatilités variant dans le temps (ARCH). »
Granger : « Pour des méthodes d'analyse économique de séries temporelles avec des tendances communes (cointégration). »2004Finn Kydland
Edward PrescottDrapeau de la Norvège Norvège
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité Carnegie-Mellon
Université d'ArizonaMacroéconomie. « Pour leurs contributions en macroéconomie dynamique : la cohérence temporelle de la politique économique et les forces qui sous-tendent le cycle des affaires. »2005Robert Aumann
Thomas SchellingDrapeau d’Israël Israël
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Jérusalem
Université du MarylandThéorie des jeux. « Pour avoir fait progresser notre compréhension des conflits et de la coopération par le biais d'analyses utilisant la théorie des jeux. »2006Edmund PhelpsDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité ColumbiaMacroéconomie. « Pour son analyse des compromis intertemporels en politique macroéconomique. »2007Leonid Hurwicz
Eric Maskin
Roger MyersonDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-UnisUniversité du Minnesota
Princeton
Université de ChicagoMicroéconomie. « Pour avoir posé les fondations de la théorie des mécanismes d'incitation. »2008Paul KrugmanDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de PrincetonCommerce international et économie géographique. « Pour son analyse des structures des échanges et de la localisation de l'activité économique. »2009Elinor Ostrom
Oliver WilliamsonDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États-Unis États-UnisBloomington
Université de Californie à BerkeleyÉconomie des organisations. Ostrom : « Pour son analyse de la gouvernance économique, en particulier les communs. »
Williamson : « Pour son analyse de la gouvernance économique, en particulier des frontières de l'entreprise. »

Années 2010[modifier | modifier le code]

AnnéeNomPaysUniversitéDomaine et motivation du prix2010Peter Diamond
Drapeau des États-Unis États-UnisMassachusetts Institute of TechnologyEconomie du travail. « Pour leur analyse des marchés avec des coûts de recherche. »Dale MortensenDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité NorthwesternChristopher PissaridesDrapeau de Chypre ChypreLondon School of Economics2011Thomas SargentDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de New YorkMacroéconomie. « Pour leurs travaux empiriques sur les causes et les effets en macroéconomie. »Christopher A. SimsDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Princeton2012Alvin RothDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité HarvardThéorie des jeux. « Pour leur théorie des allocations stables et la pratique de la conception de marchés. »Lloyd ShapleyDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de Californie à Los Angeles2013Eugene FamaDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de ChicagoThéorie économique financière. « Pour leur analyse empirique des prix des actifs. »Lars Peter HansenDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de ChicagoRobert ShillerDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité Yale2014Jean TiroleDrapeau de la France FranceÉcole d'économie de ToulouseOrganisation industrielle. « Pour son analyse du pouvoir de marché et de la régulation. »2015Angus DeatonDrapeau : Royaume-Uni Royaume-UniUniversité de PrincetonMicroéconomie/Économie du développement. « Pour son analyse de la consommation, de la pauvreté, et du bien-être. »2016Oliver HartDrapeau des États-Unis États-Unis / Drapeau : Royaume-Uni Royaume-UniUniversité HarvardThéorie des contrats. « Pour leurs contributions à la théorie des contrats. »Bengt HolmströmDrapeau de la Finlande FinlandeMassachusetts Institute of Technology2017Richard ThalerDrapeau des États-Unis États-UnisChicago Booth School of BusinessEconomie comportementale. « Pour ses contributions à l'économie comportementale. »2018William NordhausDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité YaleCroissance économique. Nordhaus : « Pour avoir intégré le changement climatique dans l'analyse macroéconomique de long terme. »
Romer : « Pour avoir intégré les innovations technologiques dans l'analyse macroéconomique de long terme. »Paul RomerDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité de New York201916Abhijit BanerjeeDrapeau des États-Unis États-Unis /
Drapeau de l'Inde IndeMassachusetts Institute of TechnologyÉconomie du développement. « Pour leur nouvelle approche expérimentale pour obtenir des réponses fiables sur la meilleure façon de réduire la pauvreté dans le monde. »Esther DufloDrapeau des États-Unis États-Unis /
Drapeau de la France FranceMassachusetts Institute of TechnologyMichael KremerDrapeau des États-Unis États-UnisUniversité Harvard

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1.  En 1996, William Vickrey mourut trois jours après l'annonce de son prix, dont la remise fut posthume.
  2.  Trois en comptant Gérard Debreu, qui a été naturalisé américain.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Nobel Memorial Prize in Economic Sciences » (voir la liste des auteurs).

  1.  (en) Assar Lindbeck, The Prize in Economic Science in Memory of Alfred NobelJournal of Economic Literature, 23:1, mars 1985, p. 37-56, lire en ligne sur JSTOR [archive].
  2.  Dostaler 2005.
  3.  (en) Karen Ilse Horn, Roads to Wisdom : Conversations with Ten Nobel Laureates in Economics, Edward Elgar Publishing, 2009, 369 p. (lire en ligne [archive]), p. 20.
  4. ↑ Revenir plus haut en :a et b « Le prix Nobel d'économie, instrument de propagande du néolibéralisme » [archive], sur nouvelobs.com, Bibliobs, 10 octobre 2016.
  5.  François Gauvin, « Faut-il se méfier du prix Nobel d'économie ? » [archive], sur lepoint.fr, 2 mars 2016 (consulté le 24 mars 2016).
  6.  (en) Paul Walker, Sveriges Riksbank (Bank of Sweden) Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobellire en ligne [archive].
  7.  (en) Assar Lindbeck, The Sveriges Riksbank (Bank of Sweden) Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel 1969-2004lire en ligne [archive].
  8.  (en) Nomination and Selection of the Laureates in Economics [archive], nobelprize.org.
  9.  La fondation Nobel relève la dotation de ses prix [archive].
  10.  Montant des récompenses [archive].
  11.  Frédéric Lebaron, « Quand une banque distribue des médailles », Le Monde Diplomatique, no 7,‎ 2016, p. 16-17 (EAN 366-3322091933lire en ligne [archive], consulté le 2 avril 2020).
  12.  Laura Raim, « Discrètes manœuvres contre l’(éco)diversité », Le Monde Diplomatique, no 7,‎ 2016, p. 24-25 (EAN 366-3322091933lire en ligne [archive], consulté le 2 avril 2020).
  13.  Brittan 2003.
  14. ↑ Revenir plus haut en :a et b « Le prix Nobel d’Économie en six questions » [archive], sur latribune.fr, la Tribune, 15 octobre 2012.
  15.  (en) « The Sveriges Riksbank Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel 1994 » [archive], sur nobelprize.org.
  16.  Joseph Martin, « Nobel d’économie : une française et deux américains pour leurs travaux sur la pauvreté » [archive], sur RSE Magazine (consulté le21 octobre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Édouard Colliard et Emmeline Travers, Les Prix Nobel d'économie, Paris, La Découverte, coll. « Repères » (no 532), mars 2009, 128 p., 11 cm × 18 cm, couverture couleur, broché (ISBN 978-2-7071-5670-9présentation en ligne [archive]).
  • Frédéric Lebaron, « Le « Nobel » d'économie », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, n° 1, p. 62-65 [lire en ligne [archive]]
  • (en) Sylvia Nasar, A Beautiful Mind [« Un bel esprit »], New York, Simon & Schuster, 1998.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

 [afficher]

v · m

Lauréats du prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel

 [afficher]

v · m

Prix et récompenses internationales

 [afficher]

v · m

Prix Nobel

Catégories : 

[+]

 

Afficher/cacher la barre latérale

Contribuer

Outils

Imprimer / exporter

Dans d’autres projets

Dans d’autres langues

Modifier les liens

Wikipédial'encyclopédie libre

Menu de navigation

Rechercher

 

  • Wikimedia Foundation
  • Powered by MediaWiki

                           I--------------------I

                                Point N°2

Arguments de contestation de l'attribution du Prix Nobel d'économie Nobel Prize et proposition de relance de l'économie par la remise à plat des financements sociaux..

Les Retraités en fin de vie, Grabataires, Déficients mentaux, Malades Alzheimer et ALS, etc, etc... demandent aux candidats Présidentielle 2022 d'avoir une pensée pour eux. L'homme n'est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête. (Pascal-Pensées). La relance de l'économie passe par l'application de "La Méthode de Gestion par le "Révisionnisme économique".

LES MENSONGES DE "France stratégie, du Conseil d'Orientation des Retraites (COR), du Conseil environnemental économique et social (CESE) et du Conseil d'analyse économique (CAE info)" polluent et pourrissent l'atmosphère nationale de la vie de tous les jours de la France et des Français.

Il faut purifier cette atmosphère et l'immuniser contre le Virus de L'Arnaque aux cotisations sociales des entreprises, si cher à tous nos hommes et toutes nos femmes qui font, de la politique, leur gagne pain quotidien sur le dos des 67 millions de consommateurs.

 

Cette lettre ouverte a donc pour but d'appeler l'attention de tous les Français sur les candidats à l'élection présidentielle de 2022.

Les questions à se poser sur chacun de ceux qui se présenteront devra porter en priorité sur l'économie de gestion pour la relance de l'économie par la remise à plat des financements sociaux, dont les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la vieillesse, la Dépendance, et pour la création d'un Revenu universel approprié, pour un retour à la paix sociale, par consensus avec le peuple de France.

Les questions qui ressortent de l'insécurité sont d'ordre national, et seuls ceux qui donnent l'exemple par leur comportement exemplaire dans la vie de tous les jours et par l'équité dont ils feront preuve dans la présentation de leur programme sur la justice sociale par un retour au droit républicain partout en France des Villes et en France des Champs, sans amalgame dû au faciès et aux origines de naissance pourront être crédibles.

La France a soif de justice sociale et du retour aux valeurs de la République qui seront exposées dans le calme et la dignité.

Les responsables de toutes les dégradations dans le domaine relationnel entre les uns et les autres sont les hommes et les femmes politiques irresponsables, imbus de leur personne, de leur ego et de la soif du pouvoir pour se satisfaire eux mêmes.

Voici ma position sur le sujet économique, lequel conditionne tous les autres sujet:

"L'argent est le nerf de la guerre"! Il sera le nerf des combats pacifiques à mener pour un retour au calme social par la justice sociale, par une juste répartition des ressources de financement des retraites et pour sortir de la spirale de l'endettement qui est actuellement laissé sournoisement en héritage à tous les enfants de France nés et à naître.

C'est la raison pour laquelle je demande aux hommes et aux femmes politiques de faire preuve de civisme, de rigueur, de vertu, de morale républicaine et du respect de leurs valeurs, dans la gestion des recettes sociales destinées à financer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, etc, etc, pour un retour à la paix sociale par le relance de l'économie au sens commercial du terme.

                     I-------------------I

 Cette lettre ouverte à destination de Tous les Français, dont Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française, a pour but  de démontrer que l'économie dite "libérale", tant vantée par les média aux ordres, est une Arnaque financière, intellectuelle et fiscale organisée pour faire croire que les entreprises payent trop de "charges-cotisations" sociales pour financer les Retraites "de fin de vie" des Français, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, etc, etc... et leur reprendre, des multiples mains fiscales du pouvoir et par la force des Matraques, ce qui a été gagné par toute une vie le travail.

 

LES ENTREPRISES NE PAYENT AUCUNE COTISATION SOCIALE!

 

Mon article, qui se veut DESTRUCTEUR DE LA GESTION ÉCONOMIQUE ACTUELLE, APPELÉE FALLACIEUSEMENT économie libérale, ET CONSTRUCTIF SUR LE REMÈDE À APPORTER, portera sur 2 points.

1- Point N° 1: Qu'est ce qu'un coût de production, extrait de WiquipédiA,

2- Point N°2: Ma lettrre ouverte sur LES MENSONGES de "France stratégie, du Conseil d'Orientation des Retraites (COR), du Conseil environnemental économique et social (CESE) et du Conseil d'analyse économique (CAE info)", et de vous faire part de mes propositions de relance de l'économie et de remise à plat des financements sociaux, bien connues du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron et de ses conseillers. 

                         I--------------------I

                               Point N°1 

             Coût de production selon Wikipédia)

Selon la définition WikipédiA ci après, vous pourrez, près lecture, constater que les cotisations sociales des entreprises, appelées vulgairement "Charges des entreprises", pour mieux tromper les consommateurs, ne sont pas des investissement. 

Incorporées comptablement dans les calculs des coûts de production, elles sont, et c'est logique, pour ne pas perdre d'argent à la vente des produits, incorporées aux calculs des coûts de production Hors Taxes.

Affectées ensuite de la marge bénéficiaire décidée par l'entrepsise, les cotisations sociales des entreprises sont payées par les consommateurs quel que soit leur âge, à l'achat des marchandises.

De ces faits irréfragables juridiquement, mathématiquement et financièrement parlant, IL EN DÉCOULE QUE LES ENTREPRISES NE PAYENT AUCUNE COTISATIONSOCIALE pour financer les Retraites, la Sécurité sociale, le chômage, la Vieillesse, la Dépendance, et ne payeront aucune cotisationsociale entreprise pour financer le futur Revenu universel.

Les entreprises, qui se sont fait payer au préalable leurs "cotiations sociales" par les consommateurs, les reversent ensuite aux organismes chargées de les comptabiliser et de les affecter aux dépenses prévues, tout en conservant par devers elles les sommes-bénéfices issues de la marge bénéficiaire affectée aux coûts de production.

Par la suite, leurs "charges-cotisations sociales étant déclarées "trop lourdes" pour leur compétitivité", les entreprises obtiennent, avec la complicité-accords de l'État,... ce qui est appelé... des subventions... sur le dos des contribuables... 

LES COTISATIONS SOCIALES DES ENTREPRISES NE PEUVENT EN AUCUN CAS ÊTRE CONSIDÉRÉES COMME ÉTANT DES INVESTISSEMENTS!

En outre, et pour faire bonne et meilleure mesure, les entreprises déduisent de leurs bénéfices imposables, le montant de leurs cotisations sociales employeurs, payées au préalable par les contribuables. 

Ce "manque à gagner" pour l'État se chiffre en dizaines et dizaines de milliards dont je n'ai pas les montants annuels. 

C'est ce que j'appelle L'ARNAQUE AUX COTISATIONS SOCIALES DES ENTREPRISES, dont le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, ni aucun Premier Ministre, dont Jean Castex, aucun Ministre des finances, dont Monsieur Bruno Le Maire et aucun Haut fonctionnaire de Bercy, aucun économiste, dont M Jean Tirole, Prix Nobel d'économie 2014, ni aucun journaliste et éditorialiste économique n'a été en mesure de me démontrer le contraire.

 

Voyons à présent ce qu'est un coût de production.

Sauter à la navigationSauter à la recherche

Le coût de production d'une entreprise ou d'une administration est la somme des dépenses réalisées pour produire des biens ou services.

Ce coût est composé des charges directes et indirectes de la production hors frais de commercialisation, frais anormaux ou de stockage non liés directement à la production.

Le coût de production concerne le coût des biens produits sur une période donnée. Lorsqu'il y a des stocks, le coût de revient désigne le coût des biens vendus (produits ou provenant du stock) de la période.

Sommaire

Enjeux[modifier | modifier le code]

Le coût de production calculé par la comptabilité analytique et constitué de charges d'exploitation est un indicateur de la compétitivité économique et de la survie des entreprises face à leurs concurrentes.

La comptabilité analytique se focalise sur le coût de production car au niveau macroéconomique, le coût de production est réparti entre le coût du capital et le coût du travail. Cette division permet d'inscrire le coût de production dans l'analyse de la croissance économique qui s'appuie sur la répartition de la valeur ajoutée en consommation et rémunération des apporteurs de capitaux. L'approche prend tout son sens sous un angle dynamique qui permet de prendre en compte les prélèvements des administrations publiques par exemple.

Au niveau tactique pour l'entreprise : le coût de production sera utilisé par le service marketing afin de déterminer un prix minimal des offres permettant la couverture des frais fixes (coûts fixes) par les ventes. L'analyse marketing ne sera complète que si une analyse du coût de revient est aussi effectuée à titre de comparaison de couverture des frais fixes.

Au niveau opérationnel (comptable par exemple) : le coût de production sert de référence à la valorisation des stocks de produits finis. L'information est ensuite utilisée pour le calcul du coût de production à proprement parler.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Une entreprise doit assumer des charges directes et des charges indirectes de la production. Ces charges peuvent être variables ou fixes. Il existe cependant une différence de taille entre les charges variables et les charges fixes 1 : les charges variables sont constatées si un chiffre d'affaires est généré, les charges fixes sont totalement détachées de l'activité.

Charges directes[modifier | modifier le code]

Une charge directe (variable ou fixe) est une charge pouvant être rattachée sans ambiguïté au produit dont on calcule le coût de production, soit parce que la ressource (matière première, main-d'œuvre, par exemple) est consommée uniquement par ce produit, soit parce qu'on peut tracer la consommation à l'aide de compteurs ou instruments de mesure.

Charges indirectes[modifier | modifier le code]

Une charge indirecte (variable ou fixe) est une charge qui ne peut être rattachée sans ambiguïté au produit dont on calcule le coût de production. Par exemple, les salaires des employés travaillant dans plusieurs ateliers; les dotations aux amortissements de machines servant à la production de plusieurs produits. Une charge indirecte nécessite un traitement (répartition) pour être imputée à un coût.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1.  Différence entre charges variables et charges fixes[1] [archive]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Catégories : 

[+]

 

Afficher/cacher la barre latérale

Contribuer

Outils

Imprimer / exporter

Dans d’autres langues

Modifier les liens

Wikipédial'encyclopédie libre

Menu de navigation

Rechercher

  • Wikimedia Foundation
  • Powered by MediaWiki

                          I--------------------I

                                Point N°2

Les mensonges du COR Retraites, de France stratégie, du CESE et du Conseil d'analyse économique et le remède à y apporter.

 CE SONT LES CARNETS DE COMMANDES QUI CRÉENT DES EMPLOIS! LES ÉLUCUBRATIONS POLITIQUES CRÉENT DU CHÔMAGE, DES MÉCONTENTEMENTS ET DES MANIFESTATIONS DE RUES.  

Cette letre ouverte à destination de tous les Français, dont Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, de tous les Ministres du Gouvernement Jean Castex, de tous les députés, de toutes les sénateurs et sénatrices et des 36 000 Maires de France, ainsi qu'aux Présidents de Régions et de Départements, est destinée à mettre en exergue les turpitudes, les mensonges et les charlataneries qui animent toute la mouvance des "fous du roy" des administrations régaliennes de l'Élysee, de Matignon, de Bercy, Régionales et départementales qui entourent le palais de l'Élysée, cloîtrés derrière le Mur de la honte économique . 

 

France stratégie, le CESE, le Conseil d'Analyse Économique et le Conseil d'Orientation Retraites (Laurent Pietraszewski) mentent à la France et à la population française en déclarant que les entreprises payeraient 60% du revenu universel sur les retraites "à l'équilibre"! Ils mentent! Les entreprises ne payent aucune cotisation sociale pour les retraites! Ce sont les consommateurs qui les payent à l'achat des marchandises.

Il y a donc nécessité de remettre de l'ordre dans le désordre organisé de manière régalienne, gouvernementale et parlementaire pour appauvir la population françaises pour en faire bénéficier les financiers au plus grand détriment du pouvoir d'achat des Français.

 Voici les explications.

De la France des Lumières à la réforme de l'économie fiscale pour la Présidentielle 2022, il n'y a qu'un pas à faire: celui de l'intelligence de l'esprit réformateur qui devrait seoir à tout homme ou femme politique d'envergure.

Le Général de Gaulle avait su créer une Union nationale au sortir de la guerre 1939-1945, rétablir la paix et relancer l'économie tout en créant la Sécurité sociale, l'assurance chômage et une retraite vieillesse après la libération, avec le Ministre du travail Ambroise Croizat. Il appartient à présent à Emmanuel Macron de créer de nouvelles règles sanitaires salvatrices sur le sujet.

 Cela étant, il y aurait lieu:

 1- Soit de  de dissoudre le Conseil dAnalyse Économique (CAE) et tous les autres "Conseils, soit:

 2- de leur imposer une nouvelle méthode d'Analyse et de réflexions basées sur LA MÉTHODE DE GESTION PAR LE RÉVISIONNISME ÉCONMIQUE proposée par Monsieur Alain Saiche, laquelle a été retenue comme indispensable par Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, au cours d'échanges épistolaires tenus dans la messagerie Twitter, entre 2017 et 2019, pour redresser l'économie, et la relancer par la baisse drastique des coûts de production pour les ventes à l'exportation, tout en pérénnisant la fiscalité sociale pour financer équitablement et durablement les recettes pour payer les Retraites, la Sécurité sociale, les indemnités Chômage, la Vieillesse, La Dépendance, etc, etc...

 Vous n'avez en effet aucun crédit à accorder à leurs analyses basées sur L'ARNAQUE AUX COTISATIONS SOCIALES DES ENTREPRISES.

Vous trouverez par ailleurs, ci après, copie écran de ce qu'est le Conseil d'Analyse Économique, extrait de WikipédiA

 

 DE LA FRANCE DES LUMIÈRES au Nouveau Monde fisal économique et social durable.

Cette lettre ouverte adressée à tous les Français est destinée à démontrer qu'il existe une solution matémathique pour relancer l'économie moribonde de la France en passant par un retour à la paix sociale.

 Cette solution mathématique rationnelle a un nom: LA GESTION PAR LA MÉTHODE DU RÉVISIONNISME ÉCONOMIQUE dont ont été destinataires: Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, tous les Ministres, tous les députés, tous les sénateurs et toutes les grandes écoles, dont et surtout L'école nationale d'administration, (ENA), faiseurs d'élites politiques et économiques de promotions "Focus", selon le principe de Peter".

 Le principe de Peter, ou Syndrome de la "PROMOTION "FOCUS": Loi empirique relative aux organisations hiérarchiques (Laurence J Peter & Raymond Hull: Le principe de Peter (1970). Selon ce principe, "dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s'élever à son niveau d'incompétence. Avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d'en assumer la responsabilité". (Wikipédia)

 Vous trouverez, in fine, 5 liens qui vous mettront en laison avec mes critiques destructrices de la gestion de l'économie qui se tratique depuis de nombreuses années, en particulier depuis l'année 2017.

 Cette solution est connue du Président Emmanuel Macron.

 Au cours de ses échanges épistolaires 2018-2019 avec moi, le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, m'a en effet écrit ce qui suit, sur cette méthode qui l'avait séduit, par sa simplicité, extrait de mes correspondances avec lui par messages Twitter

                                      I------------------I

 Extraits des échanges épistolaires 2018-2019 entre Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, et moi.

Bonjour Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Messieurs les partenaires sociaux, Mesdames et Messieurs les députés et Sénateurs, Françaises, Français.

 Ma lettre ouverte a pour but de vous proposer de mettre fin aux dialogues de sourds entre le Gouvernement, les partenaites sociaux, tous les élus et tous les manifestants dont les Gilets jaunes et les jeunes qui expriment leur juste colère contre les réformes du Gouvernement dont chacun reconnait qu'elles ne sont pas la panacée sociale pour la France des villes, des banlieues et des champs.

Retrouver la paix sociale et sociétale dont notre pays a besoin pour redevenir prospère et souverain est bien entendu le but ultime.

Il vous faut, Monsieur le Président, appliquer "La Méthode de Gestion par le "Révisionnisme économique" pour la réforme des retraites, de la Sécurité sociale, du chômage et de la dépendance, selon nos échanfes épistolaires 2018-2019 . Objectif: créer L'Union nationale patriotique par symbiose avec tous les partis et le Peuple de France, celle que vous aviez retenue lors de nos échanges épistolaires 2018-2019 .

Vous m'avez en effet écrit à plusieurs reprises, par messages Twitter, à partir de l'année 2017,  Monsieur le Président, puis,... 

Le 21 Août 2018, vous m'avez recontacté: "Bonjour Alain, comment ça va? ... "Je suis de retour à Paris et mes réformes reprendront demain. Je voudrais vous demander quelque chose. Je vais relire votre article aujourd'hui mais "je veux que vous me vendiez votre idée". J'ai ignoré cette demande tout en continuant nos échanges sur les avantages économiques qu'elle aurait à ce qu'il la mette en application pour la France. Je la lui ai par la suite offerte gracieusement pour la mettre en exploitation.

Puis, le 20 octobre 2018: "Bonjour Alain, comment vas tu? Votre demande est raisonnable et je vais le faire. Je vais m'asseoir et lire votre article et donner une copie à mes experts pour le lire aussi. Si cela ne vous dérange pas bien sûr. Je suis un homme raisonnable et il semble que les entreprises ne payent pas de charges sociales. Je résoudrai le problème en utilisant vos méthodes. Comment ça sonne?

Le 28 novembre 2018: "Je pense que nous pourrions faire une bonne équipe. Nous avons un intérêt commun à améliorer la France.

Le 9 décembre 2018: "Je vous ai dit que je le ferais. Ne t'inqiète pas".

Le 30 décembre 2018:..."J'ai pris en compte votre analyse. J'ai mis en oeuvre une mesure positive pour 2019 et continuerai de le faire. (NB: Cette mesure positive est celle d'organiser de grands débats que je réclamais à François Hollande et à tous les partis politiques depuis 2013, ainsi qu'à lui même depuis 2017). L'idée du Grand Débat est de "mon invention", pas de la sienne, contrairement à ce qui se dit.

Puis: "Je vais discuter plus en détail de vos idées avec mon équipe au début de la nouvelle année... Pardon, je vais répondre bientôt. 

Suivent d'autres échanges, puis, 

Le 26 janvier 2019:.. "Je vous exhorte à avoir une réunion avec moi ou mon Premier Ministre pour en discuter. Voulez vous accepter? Je demanderai qu'une invitation vienne à vous pour discuter de vos projets. Puis je demander où envoyer l'invitation? E mail ou adresse ou quelque chose?

-Pressentant  que le Président voulait "m'acheter", prendre la main pour me "bloquer" par la suite et le lui faire comprendre, je lui ai répndu:  "-A la Gendarmerie de St Vincent de Tyrosse, les Landes 40.

 "Et ils sauront que c'est vous"?

 -Ils savent où j'habite, me téléphoneront pour me demander de passer la prendre où me l'apporteront s'ils ont du carburant.

"D'accord, merci. Je discuterai avec le Premier Ministre Philippe et je vous inviterai à discuter de votre stratégie et à voir ce qui peut être fait...///... J'ai reçu copie papier de vos idées et je discuterai avec mon équipe et vous répondrai quand je le ferai. Je comprends que vous n'essayez pas de nuire à la République".

Le 23 février 2019, après avoir reçu officiellement ma "Fiche à l'attention du Président de la République qui vous a été transmise par l'intermédiaire du Maire de St Vincent de Tyrosse et le Préfet des Landes, vous m'avez écrit:

"Je vous remercie. Cela facilitera beaucoup les choses. Merci d'avoir  fait ça... ///... puis, à nouveau: "Merci pour votre soutien et votre confiance en moi. Cela fait beaucoup. Il sera plus facile et mieux de pouvoir faire quelque chose avec votre proposition maintenant qu'elle est soumise. Merci beaucoup Alain.

Le 27 février 2019: ...///... "J'ai reçu une copie papier de vos idées et je discuterai avec mon équipe et vous répondrai quand je le ferai. Je comprends que vous n'essayez pas de nuire à la République.

 Le 7 mars 2019: "Je répondrai dès que possible".

 Le 8 mars 2019: "Nous discutons de votre proposition. Merci pour votre patience

 Le 27 mars 2019: "Je vais répondre bientôt. Désolé.

Pour en rester à ce stade de la présentation de mon article, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Messieurs les partenaires sociaux, Mesdames et Nessieurs les Députés, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, Mesdames et Messieurs, vous remarquerez que le Président Emmanuel Macron est convaincu que les entreprises ne payent aucune "charge"-cotisation sociale pour les retraites, qu'elles sont effectivement payées par les consommateurs et qu'il est décidé à mettre en application la nouvelle collecte des recettes sociales selon la Méthode de Gestion par le Révisionnisme économique" qui pourrait s'appeler autrement, à son bon vouloir, bien entendu.

 Voyons à présent ce qu'il pourrait en être de mes propositions, de manière concrète et constuctive, tout en restant en l'attente d'une réponse que je souhaite la plus rapide après lecture de mes propositions.

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, 2 Avenue Casteroun, 40 230 St Vincent de Tyrosse.

                         I-------------------I

La solution qui avait alors été retenue par le Président était celle de la Gestion par le révisionnisme économique.

 Elle est mise à la disposition de tous les candidats à l'élection présidentielle 2022 et de tous les partis politiques qui veulent vraiment redresser l'économie du pays, dans le calme, la sérénité et la paix sociale.

Mais qu'est ce que le Révisionnisme économique?

Le révisionnisme  désigne l'attitude critique de ceux qui remettent en cause, de manière rationnelle, les fondements d'une doctrine, d'une loi, d'un  jugement, d'une opinion couramment admise en histoire ou même de faits établis.

Pour ma part, je remets en cause les faits établis par tous les partis politiques et les économistes qui prétendent que les entreprises payent des charges sociales, qu'elles sont trop élevées et qu'il faille les aider en leur accordant des subventions pour créer des emplois.

Ces faits établis démontrent le contraire: Le taux de chômage ne cesse d'augmenter, tout comme les prix à la consommation, la pauvreté de la population et les dividendes des entreprises.

Je remets d'autant plus en cause ces faits établis que les entreprises ne payent aucune charge sociale: "Les charges sociales sont incorporées dans les Calculs des Prix de Revient (coûts de production) et de Vente: Les consommateurs, de ce fait, payent d'abord les charges sociales aux entreprises à l'achat des marchandises et les entreprises les reversent ensuite aux organismes chargés des recouvrements. L'opération "charges des entreprises est donc, comptablement et fiscalement, "une opération blanche.

Vous voudrez bien noter que je ne critique pas les bénéfices faits par les entreprises: Il est logique que les investisseurs aient un "Retour sur investissements.

Je critique uniquement le détournement de la doctrine qui fait croire à la population que les entreprises payent des charges sociales alors qu'elles ne font que restituer des sommes perçues hors investissement, en conservent les bénéfices et qu'il leur est en outre attribué des "subventions" qui augmentent les dividendes des actionnaires. 

C'est à partir de ces faits irréfragables que j'ai appelé ma proposition d'une nouvelle méthode de gestion de la fiscalité sociale: "La Méthode de gestion par "Le Révisionnisme économique".

                        I------------------I 

                             Point N°1

Ce sont les carnets de commandes qui créent des emplois.

Contrairement à ce qui se dit de manière générale, ce ne sont pas les investissements qui sont directement à l'origine de la création d'emplois: Ce sont les études de marchés, les besoins exprimés par des acheteurs potentiels: Viennent ensuite les investissements et les carnets de commandes. De la même manière, ce sont les commandes supérieures aux capacités de production qui créent des emplois nouveaux et font baisser le chômage.

Ce qu'il faut retenir, de ce qui précède, c'est que plus les charges sociales dites "des entreprises" qui seront payées par les consommateurs à l'achat des marchandises sont élevées, plus elles augmentent les coûts de production et de vente et plus elles nuisent à la compétitivité des entreprises.

 La nouvelle méthode de gestion des "charges-cotisations sociales" que je préconise est basée sur le fait que les entreprises deviennent plus compétitives pour la relance de l'économie par la baisse des prix de production à l'exportatio

C'est ce que je vais vous expliquer à présent.

                        I--------------------I

                              Point N°2

 Il faut nationaliser les financements sociaux au bénéfice de la productivité pour relancer l'économie.

 Puisque tous les chefs d'entreprises s'évertuent à clamer et à faire clamer que leurs "charges" cotisations sociales sont trop lourdes et nuisent à la compétitivité, je propose de les leur retirer intégralement pour les transférer sur une TVA SOCIALE qui serait payée par les consommateurs, de manière Officielle, contrairement à ce qui se passe actuellement.

 "Les consommateurs les payent déjà "à l'insu de leur plein gré" , message fallacieux entretenu par le politique et par les médias, alors qu'ils sont censés le savoir s'ils se rappelaient les fondamentaux en arithmétique: Les charges-cotisations sociales sont incorporées dans les Calculs des Prix de Revient (Coûts de production) et de Vente.

Les avantages de ce transfert seraient les suivants:

 1- Nos entreprises deviendraient les plus compétitives des pays industrialisés,

2- Les ventes Hors Toutes Taxes se développeraient,

 3-  Les carnets de commandes se rempliraient,

 4- La confiance reviendrait,

5- Les investissements reprendraient,

6- Des emplois seraient créés pour satisfaire les commandes clients en temps et en heure,

7- Le taux de chômage baisserait,

8- La balance commerciale retrouverait son équilibre pour devenir excédentaire par la suite. 

Enfin, un impôt social serait créé pour les entreprises, impôt social collecté directement sur les bénéfices, outre l'impôt actuel sur les bénéfices, pour suppléer les taxes sociales qu'elles n'ont jamais payées de leurs propres poches. Ce ne serait que justice: "TOUT LE MONDE DOIT PAYER"!

1- Les salariés par retenues sur les salaires, pour l'année 2020, au même taux que ce qui était retenu avant la suppression des cotisations Sécurité sociale et chômage, ainsi que celles payées actuellement pour les Retraites, pour la première année 2020, "Fruit" de leur travail, et qui payent en plus l'impôt sur les revenu,

2- Les consommateurs, qui payeront la TVA SOCIALE et qui payent en plus l'impôt sur les revenus,

3- Les entreprises, par un Impôt social à créer, en plus de l'impôt sur les bénéfices, "Fruit" du travail des investissements. Cet impôt social serait proposé par Bercy au Gouvernement, à négocier entre les partenaires sociaux et débats au Parlement.

                         I-------------------I 

                               Point N°3

 Création d'une TVA sociale pour les consommateurs et d'un Impôt social entreprises: 

Les charges sociales payées actuellement par les entreprises à l'Etat après facturation aux consommateurs feraient l'objet d'une estimation en pourcentages, en fonction des produits, pour être facturées à la consommation, voire, pourquoi pas, ce que je ne recommande pas, à pourcentage Zéro%,

Cette charge sociale serait collectée par les commerçants, au même titre que la TVA, par exemple comme suit:

 Prix de vente Hors Toutes Taxes:            Tant: €      

 TVA Tant %:                                                Tant: €       

 TVA SOCIALE Tant %                                Tant: €      

                                                        Total:     Tant:   €€€ 

Ainsi payée officiellement par les consommateurs à l'achat des marchandises, les consommateurs sauraient ce que coûtent les charges sociales pour les Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Vieillesse, Dépendance, etc, etc...

 Les réponses à une augmentation des retraites, par exemple, par la population ou les syndicats ferait l'objet d'une étude préalable et serait annoncée de manière précise: Vous voulez augmenter ça de..., ça coûtera tant en plus en TVA SOCIALE. A vous de voir.

 C'est par la transparence des chiffres qu'un Président est crédible et acquiert LA CONFIANCE de la population. 

                         I-------------------I

                               Point N°4

Comment expliquer ces changements à la France?

 Il faudra organiser de grands débats publics aux heures de grande écoute.

 Pourraient participer aux débat:

 1- Des représentants du gouvernement,

2- Des représentants du fisc Bercy,

3- Les partenaires sociaux,

4- Des représentants des partis politiques,

5- Des représentants des commerçants,

6- Des chercheurs, économistes, philosophes, sociologues, sociétologues, etc...

7- Des personnes sélectionnées parmi les "cent" du Grand débat national,

8- Divers, liste non exhaustive.

                         I------------------I

                              Point N°5

                            Conclusion.

 Il faut abattre le dogme selon lequel les entreprises payent elles mêmes des "charges" cotisations sociales alors qu'elles n'en payent aucune. Il y va de la crédibilité de la parole publique et de la confiance à accorder aux élus: "Tous pourris".

C'est par la vérité des chiffres et par la transparence de données clairement chiffrées et estimées à leur juste valeur pour la gestion des affaires qu'un Président de la République se rend crédible et estimé du Peuple.

Rester en l'état actuel de mécontentement général ne rend pas service à la France et au Peuple de France. Il faut savoir évoluer et reprendre la situation en mains pour que subsistent, sans être bafouées, les valeurs de la République: LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

En fait, la question des recettes sociales et de la relance de l'économie étant sur l'autoroute de la croissance, le Gouvernement se trouverait à même de prendre tous les autres problèmes à régler à bras le corps, y compris celui du Pouvoir d'achat.

 Fait à St Vincent de Tyrosse le 24 janvier 2019.

 PS: 1- Je suis un ancien officier de carrière des Troupes de Marine, subdivision d'Arme Parachutiste, à la retraite, et j'ai effectué une deuxième carrière d'une quinzaine d'années comme Cadre supérieur dans les transports en commun de voyageurs.

 2- Je suis gaulliste, plus encarté pour garder mon indépendance d'esprit. 

 

MOTS-CLÉS:

LA VIE D'APRÈS.

LE FIL DU BLOG:

²av²-Quels avantages ont les politiques à mentir sur les financements sociaux?10 SEPT. 2020 PAR ALAIN SAICHE

²sg²-Vous n'avez rien compris à la colère populaire9 SEPT. 2020 PAR ALAIN SAICHE

²sg-Proposition pour l'ordre du jour du séminaire gouvernemental du 09.09.20208 SEPT. 2020 PAR ALAIN SAICHE

²pr-N'ayez pas peur, monsieur le Président: La meilleure défense, c'est l'attaque!8 SEPT. 2020 PAR ALAIN SAICHE

²va-La vie d'après, c'est le fonctionnement de l'économie sans l'ensauvagement...7 SEPT. 2020 PAR ALAIN SAICHE 

De ce qui précède, il y a lieu de se poser la question sur la Viabilité du "Comité Théodule" le Conseil d'Analyse Économique (CAE).   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.