Cactus agathois février 2015

Départementales : arrêtons le Frey !

L’élection des futurs conseillers généraux, les 22 et 29 mars, sera une échéance importante. Au Cactus agathois, nous considérons que le bilan de la majorité du conseil général sortant est positif et nous ne souhaitons pas la réélection du conseiller général sortant de notre canton, Sébastien Frey. En effet celui-ci (qui n’habite même pas dans le canton d’Agde !) passe son temps à tirer la couverture à lui en s’attribuant chacune des réalisations du Conseil général, alors que dans beaucoup de cas il n’a même pas voté pour ces mêmes réalisations. Car au conseil général, le sieur Frey brille surtout par son absentéisme et son absence de travail de fond. Autant nous respectons généralement les hommes (ou femmes) politiques qui ont des convictions (même éloignées des nôtres), autant nous n’aimons pas les opportunistes, qui, comme lui changent de parti politique (il fut PS, puis centriste, et maintenant quasi UMP…), avec comme objectif d’en tirer avantage. Pas plus que nous n’aimons sa manie de cumuler mandats et fonctions (actuellement adjoint au maire, conseiller général, deuxième vice-président de l’agglo, président de la Commission du territoire de l’agglo, suppléant dans la commission locale d’évaluation des transferts de charges pour la ville d’Agde, etc…). Bref, il est exactement le type de politicien professionnel dont les électeurs du canton pourraient se passer.

 

 

Illégalités et absurdités

Au bout du village naturiste au bord de la mer, le camping Oltra avait déjà fait pousser « des bungalows de luxe » d’une légalité douteuse, car situés au moins en partie dans ce qu’il est convenu d’appeler la bande dite du littoral, zone par nature inconstructible et de surcroît inondable. Et voici que non loin de là, des engins de chantier s’activent au pied de la dune littorale, semble-t-il pour réaliser ce qui ressemble furieusement à une route… Alors même qu’un peu plus loin, d’Agde à Sète, on a dépensé des sommes considérables pour éloigner la route de la mer, de façon à préserver le littoral de l’envahissement automobile…  

 

 

La poste aux abonnés absents

La poste aux abonnés absents - Le Cactus Agathois

C’est ce dont s’est fait l’écho Midi Libre récemment, à Rochelongue notamment. Mais cela n’est qu’une des multiples défaillances de de ce qui est de moins en moins un service public. Au centre-ville et ailleurs dans Agde, on ne compte plus les courriers distribués de manière erratique et erronée. Un courrier pour Paris prend couramment trois voire quatre jours pour parvenir à destination…. A force de faire appel à des intérimaires sans formation….

 

 

Agde zone de non droit

Agde zone de non droit - Le Cactus Agathois

Comme chacun sait, le préfet de l’Hérault a obligé, sous peine de fortes amendes, les exploitants de plages privées à respecter la loi, c’est-à-dire à démonter leurs installations hors saison, de façon à ne pas défigurer nos plages en permanence. Le maire, loin de les inciter à respecter la loi, les avait encouragés à l’ignorer... exactement la même attitude que celle qu’il a vis-à-vis des quotas de logements sociaux fixés par la loi. Mais deux tenanciers font encore de la résistance, dont le fils d’un conseiller municipal bien connu proche du maire, qui, se croyant intouchable, fait du contentieux. Rappelons-nous que le mépris généralisé de la loi est souvent précurseur du règne des mafias…  

 

 

Barrière du village naturiste

Barrière du village naturiste - Le Cactus Agathois

Depuis un certain temps, l’entrée du village naturiste est devenue payante à l’année, et non seulement pendant la saison, comme auparavant. Une initiative motivée par le souci de n’y pas laisser y rentrer n’importe qui. Assez peu convaincant, quand on sait que 15 « employés » y travaillent, si toutefois ce mot est justifié, car, en fait, ils n‘ont pas grand-chose à faire, vu le peu de « passagers ». En plus, ils laissent passer beaucoup de monde sans payer, il suffit pour cela qu’on leur fasse un petit baratin. Il sera intéressant de faire le bilan financier de cette opération, sachant que la masse salariale annuelle supplémentaire doit avoisiner 400 000 euros, pour des rentrées additionnelles assez maigres. Encore un épisode de la gestion financière de notre brillante municipalité…  

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.