Macron: vive la hiérarchie catholique!

Il ne s'agit pas d'un problème de foi ni même de laïcité mais de pouvoir. Le discours de Macron se concentre dans cette phrase: "« Nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l’Eglise et l’Etat s’est abîmé et qu’il importe, à vous comme à moi, de le réparer » Il promet ainsi à la haute hiérarchie catholique un poids accru notamment dans les lois de bioéthique.

Macron poursuit le développement d'un politique libérale/autoritaire , selon le modèle de nombreux gouvernements de par le monde. Ainsi la mise en cause des services publics ( SNCF, santé ) et des privatisations s'accompagne d'un cours répressif avéré ( NDDL, Universités) et maintenant d'un appel à ceux qui dirigent l'Eglise catholique.

En effet il s'adresse bien à cette caste de la Conférence des évêques, exclusivement masculine et nommée par le haut, qui exerce un pouvoir absolu dans l'institution. Dans son discours , Macron cautionne leur lutte contre le droit à l'IVG et l'euthanasie, valide leurs arguments et met en cause le droit des femmes à disposer de leur corps: 

" Vous considérez que notre devoir est de protéger la vie, en particulier lorsque cette vie est sans défense. Entre la vie de l’enfant à naître, celle de l’être parvenu au seuil de la mort, ou celle du réfugié qui a tout perdu, vous voyez ce trait commun du dénuement, de la nudité et de la vulnérabilité absolue. Ces êtres sont exposés. Ils attendent tout de l’autre, de la main qui se tend, de la bienveillance qui prendra soin d’eux. Ces deux sujets mobilisent notre part la plus humaine et la conception même que nous nous faisons de l’humain. Et cette cohérence s’impose à tous."

Il place ainsi les anti-IVG.sur le même plan que les militant.e.s chrétiens mobilisé.e.s pour un accueil digne des réfugié.e.s. On notera d'ailleurs que son plus long développement critique s'adresse aux chrétiens qui s'engagent en faveur des migrants. 

Il redouble son propos en travestissant la réalité et en félicitant les structures de l'Eglise qui, selon lui, se conduiraient de manière extraordinaire à l'égard de ceux-là même dont elles combattent les aspirations et les droits"

" Tous les jours, tous les jours, les mêmes associations catholiques et les prêtres, accompagnent des familles monoparentales, des familles divorcées, des familles homosexuelles ( terme choquant pour les familles homoparentales NDLR) , des familles recourant à l'avortement, à la fécondation in vitro, à la PMA, des familles confrontées à l'état végétatif d'un des leurs, des familles où l'un croit et l'autre non, apportant dans la famille la déchirure des choix spirituels et moraux. Et cela, je le sais, c'est votre quotidien aussi.L'Église accompagne inlassablement ces situations délicates et tente de concilier ses principes et le réel."

Macron nie ainsi l'engagement constant de la hiérarchie (exclusivement masculine rappelons-le)  de l'Eglise contre le droits des femmes et des LGB. Ceci a été symbolisé récemment par la place prépondérante qu'elle a pris dans la mobilisation réactionnaire de la "Manif pour tous" (MPT) Candidat, Emmanuel Macron estimait déjà que la "Manif pour tous" avait été « humiliée » par l'ouverture du mariage et l'égalité des droits

 Macron se place dans la continuité de Nicolas Sarkozy qui a sans cesse mis en avant la religion catholique comme marqueur identitaire et de maintien de l'ordre actuel. Il  déclarait notamment à Rome, au Palais du Latran le 20 décembre 2007:  

" Dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s'il est important qu'il s'en approche, parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porté par l'espérance..."

( voir don discours ici) http://www.laicite-republique.org/IMG/pdf/Allocution_Latran_20122007.pdf

Le discours de Macron symbolise et accentue une dérive qui a depuis abandonné le mythe du "en même temps" au profit d'une politique qui a recours aux outils les plus traditionnels de la droite; 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.