La ministre Alliot-Marie voulait carrément aider le dictateur Ben Ali à réprimer les manifestations, en mettant à son service la police français. Nommé ambassadeur de France à Tunis à la chute de Ben Ali, Boillon avait pour mission de redorer l'image de la France qui a plus que rechigné à soutenir la révolution. Très vite, il provoque la colère des Tunisiens en prenant de haut les journalistes locaux et en refusant de répondre à des questions qu'il juge "débiles".

Au même moment, il défend Kadhafi, qui  de son côté l'appelle "mon fils". Boillon déclare :
"Kadhafi a été un terroriste par le passé, mais il ne l'est plus(...)Dans sa vie on fait tous des erreurs et on a tous droit au rachat".

C'est toute la complaisance des pouvoir publics français à l'égard des dictatures qui est ainsi remise à jour... lire la suite ici http://www.memorial98.org/article-abattre-toutes-les-dictatures-66099742.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.