Coronavirus: quand la communication fait obstacle à la science

L'essai clinique européen entravé par la campagne médiatique autour de la chloroquine. C’est uneffet pervers et inattendu de l’actuel engouement pour la chloroquine: l’écho médiatique mondial rencontré par l’étude clinique réalisée par Didier Raoult, en dépit de sa méthodologie très discutable, retarde les recherches scientifiques en cours pour trouver un traitement efficace contre le Covid-19.

essai-clinique-bis
Coronavirus: l'essai clinique européen entravé par la campagne médiatique autour de la chloroquine; quand la communication fait obstacle à la science.

C’est un effet pervers et inattendu de l’actuel engouement pour la chloroquine: l’écho médiatique mondial rencontré par l’étude clinique réalisée par Didier Raoult, en dépit de sa méthodologie très discutable, retarde les recherches scientifiques en cours pour trouver un traitement efficace contre le Covid-19.
Dans l'effort pour recruter les 800 patients français (sur 3 100 Européens) destinés à participer à l’essai clinique européen Discovery, les infectiologues de l'hôpital Bichat se sont heurtés au refus de plusieurs malades.
«Il y a un tel tapage médiatique irrationnel que certains patients refusent d’être enrôlés dans l’essai Discovery parce qu’ils ne veulent pour traitement que de l’hydroxychloroquine, note ainsi le professeur Xavier Lescure. Malgré tout le respect que j’ai pour lui, le Pr Raoult gêne la réalisation d’une recherche méthodologique robuste. On ne peut colporter des certitudes et jouer avec l’espoir des gens. Il nous fait perdre du temps.»
Pourquoi est-on confronté à une telle réticence de patients ? Il s'agit d'une question de probabilité. Chaque essai clinique sérieux comporte plusieurs groupes de patients qui bénéficient en l’occurrence de différents traitements. Il s'agit dans ces différents "bras" de comparer l'efficacité des différents traitements entre eux et à l'égard du traitement symptomatique actuel. Dans certains cas on compare également avec un placebo. La participation aux essais cliniques est évidemment volontaire et doit participer d'un "consentement éclairé"
Or face à l'impact médiatique, certains patients préfèrent ne pas "risquer" d'être placés dans un groupe de l'essai autre que celui de l'hydroxychloroquine et refusent donc de participer, ce qui est bien sûr le droit le plus absolu.
J'ai moi-même été confronté à une telle difficulté, dans le cadre d'une recherche sur la prescription de la méthadone par des médecins de ville ( essai Méthaville) Les patients tirés au sort dans un certaine catégorie choisissaient de quitter l'essai dont ils considéraient qu'ils ne leur apportait pas de bénéfice de prise en charge.
Dans le cas du coronavirus il y a tellement de patients que l'essai Discovery pourra se dérouler. Cet obstacle pour une expérimentation scientifique sérieuse et sereine constitue une des raisons de notre prudence à l'égard de la campagne quasi-publicitaire du Pr Raoult. Celle-ci est nourrie par l'appui de nombre de politiciens de droite et d'extrême-droite dont Bruno Retailleau, Valérie Boyer, Soral mais également par Jean-Luc Mélenchon "converti" par une conversation téléphonique avec le virologiste marseillais.
De plus un lourd climat de complotisme malfaisant entoure cette affaire. Ainsi le traitement à la chloroquine serait "bloqué" afin de plaire aux laboratoires américains qui voudraient vendre des médicaments plus chers.
Mais alors comment expliquer que Trump lui-même défende publiquement le traitement à la chloroquine, alors qu'il est le chantre du nationalisme économique US et donc des laboratoires de son pays?
Cette explication est aussi relayée par une campagne antisémite qui met en scène un prétendu complot du couple Agnès Buzyn/ Yves Lévy.

Les essais cliniques doivent pouvoir se dérouler dans un cadre médical et scientifique rigoureux. Nous espérons qu'ils ouvriront la voie à des traitements salvateurs.

En attendant une telle percée thérapeutique, protégeons-nous les uns les autres, confinons-nous, empêchons les mises en danger, soyons solidaires ici-même et au niveau mondial.

Articles précédents sur la crise du coronavirus

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/220320/pioupiou-griffton-griveton

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/220320/coronavirus-en-sous-sol-une-conductrice-de-metro-temoigne

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/210320/coronavirus-un-sauveur-ignore-malaise-dans-la-medecine

 https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/180320/etre-confine-et-aller-au-travail-exercer-son-droit-de-retrait

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/170320/coronavirus-femmes-en-danger-au-travail

ttps://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/160320/trop-de-paroles-pas-assez-dactes-et-un-terme-absent-confinement

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/160320/report-des-municipales-qui-decide-pas-le-conseil-scientifique

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/150320/sante-publique-encore-du-retard-en-maintenant-elections-et-transports

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/130320/sante-publique-nouvelle-aggravation-il-faut-agir-rapidement-et-fortement

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/120320/coronavirus-lepidemie-accelere-il-faut-intensifier-les-mesures-de-protection

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/270220/coronavirus-la-pandemie-est-la-place-la-sante-publique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.