Plaidoirie pour le maître corbeau Saïd Bensedira

Depuis que la justice algérienne a lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre du pseudo activiste en fuite à Londres, le sinistre maître chanteur Saïd Bensedira, consécutivement au démantèlement remarquable, par les services de renseignement algériens, d’un réseau spécialisé dans l’intimidation, le chantage et l’escroquerie, le site « Algérie patriotique », appartenant au fils de l’ancien sous-officier de l’armée française puis ministre de la Défense algérienne, le général Khaled Nezzar, le nommé Lotfi, a publié deux articles tendancieux visant à semer le doute et la confusion dans les esprits quant à la culpabilité avérée de l’agitateur maître chanteur Saïd Bensedira.

Sous le titre provocateur: « Ce que cache le mandat d’arrêt international contre Saïd Bensedira », publié le 15 janvier, ce site        « peu patriotique », qui veut transmettre aux nouvelles autorités du pays des messages à peine voilés, déclare en substance que « des cercles occultes cherchent à saboter les louables efforts entreprises par Abdelmadjid Tebboune pour mettre fin à la crise, en ouvrant la présidence de la république à des personnalités politiques respectées et sur lesquelles il compte s’appuyer pour mener son projet de réconciliation nationale à terme ». De quelles personnalités respectées parle-t-il ? Est-ce de lui-même ou de son père. Il oublie peut-être qu’ils font tous deux l’objet d’un mandat d’arrêt international diffusé par le tribunal militaire de Blida pour complot et atteinte à l’ordre public.

Dans un second article, publié le 18 janvier et consacré à la défense de l’indéfendable cyber harceleur Saïd Bensedira, ce site de propagande anti algérienne annonce à qui veut l’entendre : « L’affaire Saïd Bensedira révèle le degré de pourrissement des affaires en Algérie ». Il s’agit d’un médiocre et stérile réquisitoire qui cache mal la déception de ses commanditaires de voir le pantin de service débusqué et voué aux gémonies. 

S’agissant du «pourrissement des affaires en Algérie », il serait utile de rappeler que les Nezzar qui sont en fuite à Barcelone en Espagne, possèdent une multitude de biens immobiliers et d’entreprises en Algérie et à l’étranger, notamment la société IMMOAL INVESTMENT,  créée en 2016 à Barcelone, chargée de l’administration, la promotion, l’acquisition et la construction de propriétés en Espagne, avec un capital de deux millions d’euros; une somme faramineuse qui interpelle sur les conditions de son acquisition et son transfert.

 Enfin, la ville catalane de Barcelone est devenue, depuis le début de la campagne contre la corruption en Algérie et la fuite de certains oligarques et hauts gradés de l’armée, la plaque tournante d’une intense activité de propagande et de subversion dirigée contre l’Algérie, orchestrée par ces derniers, sous la protection des services de renseignement espagnols, et exécutée par le truchement de leurs laquais installés en Europe, tels que Saïd Bensedira et Abdou Semmar.



Albert Farhat

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.