Droit de réponse au site familial des Nezzar « Algériepatriotique »

Selon le site familial des Nezzar « Algériepatriotique », une plainte sera déposée contre le journaliste d’investigation Albert Farhat et le site Mediapart pour diffamation, suite à l’article intitulé : « Qui manipule le Hirak en Algérie ? », publié le 20 février 2020 sur le blog d’Albert Farhat.

De prime abord, il convient de préciser que le journaliste Albert Farhat est de nationalité Franco-libanaise et non pas Franco-égyptienne. Quant au contenu de l’article en question qui semble déplaire au clan des Nezzar, le journaliste Albert Farhat cherchait à travers cet article à avertir le citoyen algérien lambda sur les dangers de la manipulation dont fait objet le Hirak par certains services de renseignement étrangers hostiles ainsi que certaines « personnalités algériennes » qui escomptent réaliser, à travers ce mouvement de contestation populaire, des objectifs personnels et égoïstes, leurs permettant de glisser entre les mailles du filet de la justice. Le chaos généralisé en Algérie permettrait à ces « personnalités douteuses »de ne pas répondre à la justice; le cas du général Khaled Nezzar ne constitue qu’un cas parmi d’autres.

Cependant, le cas de l’ex ministre de la défense Khaled Nezzar, en fuite en Espagne, fut donné en exemple en raison qu’il soit    « la personnalité » qui a le plus intérêt à ce qu’il y ait une déstabilisation totale et généralisée en Algérie, d’une part, et parce qu’il est doublement recherché par la justice algérienne et suisse, d’autre part. En effet, la justice algérienne a lancé contre lui un mandat d’arrêt international pour complot et atteinte à l’ordre public; quant à la justice suisse, elle a diffusé à son encontre, par le biais de son tribunal fédéral, un mandat d’arrêt international pour crimes de guerre.

 Le site familial « Algériepatriotique » a tendance à faire croire aux algériens qu’il défend la cause du Hirak du peuple algérien, à travers ses publications tendancieuses, mais en réalité, il ne fait que défendre la cause de la famille Nezzar qui prône en réalité l’instabilité en Algérie et défend le chaos.

 Il convient de préciser qu’en dépit des crimes de guerre et des crimes contre les droits de l’homme dont il est poursuivi, le général Khaled Nezzar bénéficie actuellement de la clause de l’Union Européenne relative à l’interdiction d’extradition d’un étranger lorsqu’il y a risque de condamnation à mort.

Enfin, la proximité de cet ancien bourreau des années de sang en Algérie avec l’âne maître chanteur de Londres, Saïd Bensedira, qui participe activement aux campagnes de déstabilisation menées par certains services de renseignement hostiles à l’Algérie, ne fait que confirmer les intentions malsaines que nourrit cet ancien général à l’endroit du pays qui avait fait de lui un jour son ministre de la défense. Sinon, quel autre rapport pourrait lier ce dernier à ce pantin agitateur, dont le nom est assimilé au mercantilisme et à l’à-plat-ventrisme devant le pouvoir de l’argent. 

Albert Farhat

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.