Légitime défense

Le parquet de Nice a ouvert une enquête après la mort d’un SDF tué par un policier. Les faits se sont produits dimanche soir dans un parc public où la victime tentait de mettre fin à ses jours. Il s’était entaillé à plusieurs reprises les veines des deux bras, l’arrière des chevilles et à la gorge, lorsque policiers et secours sont intervenus. Les policiers ont tenté en vain de parlementer pour lui faire lâcher son couteau, avant de tirer au pistolet à impulsion électrique. Ce tir n’a pas permis de neutraliser le SDF. L’homme s’est alors levé et s’est dirigé vers un policier. Un deuxième policier a fait usage de son arme de service à deux reprises. Les secours, déjà présents sur place, ont essayé en vain de le ranimer.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/08/12/menton-un-policier-tue-un-sdf-qui-tentait-de-se-suicider_5498668_3224.html


Résumons. Un type était tranquillement en train de se suicider quand la maréchaussée débarque, bien consciente que son devoir est de l'en empêcher, au nom de la très sainte empathie citoyenne.


-On va t'aider Machin, mais lâche ce couteau d'abord, on a la trouille.
-Quoi ? Ta gueule hé, flicard. Tu vas pas m'faire chier... et au moment même que j'me suicide, en plusse !
-Mais non, faut pas. La vie c'est beau. Lâche ce couteau. Après on parlera, on te dira des mots tendres.
-Je t'emmerde. Je me suicide et je t'emmerde.
-Oh, ça suffit les insultes, on fait ce qu'on peut : tu vas le lâcher, ton putain de couteau, oui ou non ?
-Et voilà, c'est reparti... z'avez vraiment rien d'autre à foutre que d'emmerder les gens ?
-Lâche-le ou je tire. Dernière sommation !
-Mais il va le faire, ce con !


Arrivée des pompiers (pin pon pin pon).
-On va vous aider Machin, mais lâchez ce couteau d'abord, les flics ont la trouille.
-Mais je menace personne moi, je me découpais tranquillement les veines !

Poum ! (bruit de pistolet à impulsion électrique)
-Aïe, ça fait mal ! Bon marre, ce coup-ci, je m'en fais un avant de me suicider.
Il se lève, menaçant...
Pan pan ! (bruit de pistolet à balles réelles)

-Ça alors ! C'est fou la différence de bruit ! L'un c'est plutôt poum l'autre c'est pan ! Enfin pan pan du coup.
-Ah non, pan pan c'est la fessée et c'est interdit (
rire général). Sinon, les vraies balles c'est du métal, d'où le bruit. Nous les flics on sait ça.
-Lui aussi y sait maintenant, et vrai qu'il doit pas trouver ça pareil (rires).
-Dis donc, à propos... il est mort au moins ?


Les types s'affairent sur le corps.
-Non non, y'a pas de souci, il est mort.
-Pauvre type, une vie de merde pour finir par se faire buter au moment où il trouve enfin le courage de...
-Hé ho, je l'ai pas buté moi, j'étais en légitime défense... et puis j'ai abrégé son agonie, c'est tout, y'a nuance !
-Ouais mais quand même : pourquoi que tu l'as pas laissé faire ?
-C'est rapport à ma religion, elle interdit le suicide.
-Ah la religion ouais, ça... remarque en y pensant, ta religion c'est pas forcément la sienne, de religion !
-Quoi, y'a qu'un Dieu, non ? C'est pareil tout ça. Hein les gars que c'est pareil, hein ?
-Ouais ouais... n'empêche, ça ressemble à une bavure.
-Non mais n'importe quoi ! Le type, il serait mort de toutes façons. Maintenant, là, il serait mort quoi, merde !
-En attendant, il a deux balles dans le buffet.
-Collègue bon dieu : dis-y kek chose !
-T'es con... ils te charrient et toi tu marches.
-Ah vous êtes cons, les gars !
(rires)
-Dis donc... il ressemble drôlement à Jean-Pierre Mocky, le type. T'as pas buté Mocky quand même ?
-Ça fait trois jours qu'il est mort ! J'aime mieux ça remarque... ça m'aurait embêté de tuer Mocky.
-Moi aussi, je l'aimais bien Mocky. Bon c'est pas Bertrand Blier mais quand même.
-Ouais Blier, c'est carrément la classe. Une classe au dessus : un grand !
-Ah, je savais pas que t'étais cinéphile ? Moi aussi !
-Encore qu'il a du mal à finir ses films, des fois...
-Ouais, des fois.


-Bon vous l'embarquez les gars ? C'est pas tout ça, mais faut qu'on gratte encore.
-Pas de souci. Sympa d'avoir fait votre connaissance hein. Et bonne soirée !
-Ben enchantés de même, hein. Et belle fin de soirée à vous aussi
!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.