Réponse à la dé-publication de Mucchielli

Mediapart est interpellé depuis plusieurs jours en raison de la mise en ligne par l’un de ses abonnés, Laurent Mucchielli, d’un billet sur son blog affirmant que, face au Covid, "la vaccination de masse conduit à une mortalité inédite dans l’histoire de la médecine moderne" et concluant "qu'il y a urgence à la suspendre pour évaluer la balance bénéfice/risque au cas par cas". Non seulement les opinions et positions qu’il y exprime ne sont pas celles de Mediapart – ce que permet notre Club participatif –, mais elles vont le plus souvent à l’encontre du travail de notre rédaction sur la pandémie. Ce fut notamment le cas sur la personnalité de Didier Raoult, sur les traitements par la chloroquine, sur la nécessité et les limites des confinements, sur l’utilité de la vaccination (...)

https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/040821/notre-sante-face-au-covid-vrais-debats-et-fausses-sciences

...

L’expression libre d’éventuels désaccords ou divergences doit seulement respecter les règles édictées dans notre Charte de participation, dans le souci d’un débat respectueux, sans vindicte ni intolérance, dont nos lecteurs et lectrices sont les premiers responsables et gardiens (...) Pionnier dans la mise au jour de l’impéritie gouvernementale et présidentielle face à la pandémie, avec nos révélations inaugurales sur le mensonge d’État à propos de la pénurie de masques, Mediapart défend une politique de santé résolument démocratique, reposant sur la confiance dans la population avec un débat ouvert, une large transparence, une pédagogie des enjeux.

Deux fois ici vous employez le terme de "débat" (souligné par mes soins). Sauf qu'en passant par la charte, vous amalgamez allègrement les débats au sein du forum à ceux avec Médiapart ! Or le fait est que de débat avec Médiapart, il n'y en a jamais eu !

Quant à vous la jouer pionnier en matière de contestation de la gestion sanitaire, fallait oser ! Vous vous êtes aperçu que le fait de dénigrer les masques pour les imposer à tous deux mois après, c'était pas très cohérent, bravo ! Et vous avez enquêté, soit. Sauf que c'est là seulement que vous avez eu à redire, alors que mille autres questions se posaient !

...

La défiance à laquelle est aujourd’hui confronté le pouvoir jusque dans la rue résulte de son entêtement à faire tout le contraire, de façon autoritaire, contradictoire et opaque, avec un chef de l’État décidant seul en se croyant omniscient, au point de mettre en péril la santé collective comme on l’a vu lors de son refus du confinement en février. Source de méfiance et de confusion, cette attitude laisse le champ libre aux spéculations farfelues, aux raisonnements complotistes et aux fausses nouvelles.

Intéressant... au moins on comprend le pourquoi de votre entêtement à vous. En clair et de façon pas plus intelligente que nombreux débatteurs sur ce site, vous interprétez les choses et vous en faites une vérité. Vous dites ici que le défiance viendrait de l'autoritarisme et de l'opacité des prises de décisions de Macron, sans comprendre que ce n'est que ce que vous en voyez. Or c'est faux ! Cette interprétation est certes peut-être valable pour un certains nombre de gens, mais n'est absolument pas cohérente avec l'historique des billets de Mucchielli (et d'autres, dont mon premier billet) qui dénonçaient déjà il y a plus d'un an de très graves dysfonctionnements.

Ce qu'il s'est passé en fait, n'a rien à voir : il se trouve que des individus, ça et là et sans se concerter ni se lire mutuellement, ont fait le même constat que quelque chose d'inadmissible était en cours. Et tous se sont mis comme par hasard à poser les mêmes questions, celles auxquelles ni Médiapart ni aucun journal mainstream n'a jamais répondu, et ni même jamais traitées ! Votre interprétation ne vaut que pour des suiveurs dans lesquels on peut effectivement retrouver tout et n'importe quoi, jusqu'à de vrais complotistes, voire comme il fut dit un temps dans Le Monde, des "pédo-satanistes" ! En fait, vous n'êtes et n'avez pas été capables de faire la différence, soit parce que vous-même n'avez rien vu sur le moment, soit parce des mots d'ordres vous ont été signifiés pour ne pas faire de vagues (et nul doute que si tel est le cas, c'est pas demain la veille que vous nous le direz).

...

C’est ici que nous arrivons au cas de conscience que nous a posé le dernier billet posté par Laurent Mucchielli. Notre équipe chargée du Club a été saisie par près d’une centaine d’alertes venues notamment de professionnels de la santé, de médecins, de chercheurs, d’épidémiologistes, etc, qui contestent radicalement la légitimité scientifique de la démonstration du sociologue et de ses quatre co-auteurs. En bref, pour arriver à leur conclusion « d’une mortalité inédite dans l’histoire de la médecine moderne » provoquée par la vaccination de masse face au Covid-19, ils additionnent tous les effets indésirables déclarés après une vaccination alors même que le lien entre ces effets et le vaccin n’est pas toujours formellement établi. Or cette démonstration fausse et trompeuse est mise au service d’un appel solennel à suspendre la vaccination contre le coronavirus

C'est pas vraiment exact. De mémoire, Mucchielli a effectivement appelé à suspendre la vaccination, mais le temps de voir pour qui elle était adaptée et pour qui elle ne l'était pas. Autant dire que la suspension du vaccin, ça me prendrait personnellement dix minutes pour en finir avec : le temps précisément d'écrire que la vaccination peut être adapté à un maximum de gens âgés et a fortiori dotés de comorbidités ; et qu'elle semble l'être fort peu chez la très grande majorité de jeunes pour lesquels le covid n'a très majoritairement pas plus d'incidence qu'une grippe !

...

Après avoir pris le temps de la réflexion, nourri d’échanges collectifs de notre équipe où les avis étaient partagés, nous sommes arrivés à la conclusion que ce dernier billet de Laurent Mucchielli contrevenait à notre Charte de participation qui prohibe la diffusion de fausses nouvelles. Nous l’avons donc dé-publié en même temps que nous mettions en ligne cette explication (...) Car c’est bien à une fausse information qu’aboutit cette prétendue démonstration, en se fondant sur des calculs erronés et des spéculations fantaisistes. Laquelle fausse information n’est pas sans conséquence si l’on y porte crédit puisqu’elle incite à ne pas recourir à l’une des protections collectives face à l’épidémie, la vaccination.

"Fausse information", je viens de répondre. "Calculs erronés", faut voir. Personnellement j'ai émis des réserves sur certains points des derniers billets de Mucchielli, mais sûrement pas au point d'en parler ainsi ! Merci quand même de nous dire que les avis étaient partagés, c'est la première fois que Médiapart se risque à divulguer ce genre d'info... ouh la la !

...

La pharmacovigilance est un système de surveillance public de remontée de possibles effets indésirables de produits de santé. Après enquête, si les risques d’un vaccin ou d’un médicament sont jugés trop importants, il peut aboutir à la suspension de sa commercialisation ou à en préciser des précautions d’emploi. Mais il ne suffit pas de déclarer un effet survenu peu de temps après la vaccination pour qu’il soit considéré comme indésirable et imputable au vaccin : le lien de cause à effet doit être étayé. Pour ce faire, une investigation est réalisée afin d’écarter les autres causes possibles de survenue de l’effet en question telles qu’une autre maladie, la prise d’un autre traitement ou la durée qui s’est écoulée entre la vaccination et l’observation des symptômes.

Certes mais sauf erreur, l'investigation n'a pas eu lieu de la part de ceux qui ont donné les chiffres sur lesquels s'appuient Mucchielli. Comment pourrait-il lui, la faire, alors qu'il n'a pas les données pour ? De plus, Muccchielli n'a pas déduit de ces chiffres un rapport indubitable de causes à effets comme on pourrait le croire à vous lire, il a joué sur leur nombre pour donner une tendance, tendance sur laquelle il est vrai qu'il s'est appuyé pour répéter ce qu'il dit depuis longtemps sur la gestion du covid. Bref, son billet pointait une succession d'anomalies dont le nombre tendait à laisser penser que trop de choses ne collaient pas, et ce n'était en rien une "démonstration" comme vous le dites. Enfin, au moins pouvait-on lire son billet ainsi. Une "démonstration", c'est une succession de causes à effets qui amènent à une conclusion. Ici il s'agit d'une succession "d'observations" qui convergent jusqu'à douter de l'efficacité des vaccins... mais pas du tout au niveau individuel en fait, mais au seul niveau collectif, ce qui n'est pas du tout pareil !

...

Ces enquêtes ont permis de déterminer un lien avéré entre le vaccin anti-Covid-19 AstraZeneca et l’apparition de thromboses particulières rares. (...) En revanche, concernant les cas de décès déclarés par des proches de personnes ayant reçu une injection de Pfizer-BioNTech en France, l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a répondu en mai à Mediapart que les données ne permettaient pas « de conclure qu’ils sont liés à la vaccination ».

Certes, mais ils ne permettent pas non plus de conclure qu'ils ne sont pas liés à la vaccination. Et on en revient à ma réponse du dessus : si ceux qui le peuvent ne font pas d'investigation, personne d'autre ne peut le faire. En l'état, rien n'interdit donc de proposer les chiffres et de les comparer à d'autres, à condition bien sûr qu'ils soient saisis de la même façon. Ça n'a peut-être pas de valeur de preuve mais ça en a une "observationnelle". Or le fait est que, ce faisant, on trouve bien plus d'effets indésirables (et de morts) avec les vaccins ARN qu'avec les vaccins traditionnels, et de cas semble-t-il graves : est-il interdit de le dire ?

...

Or Laurent Mucchielli et ses co-auteurs additionnent dans ce billet tous les effets indésirables supposés rapportés, que le lien entre la vaccination et l’effet ait été établi ou non, ce qui aboutit à une addition de cas avérés – les 13 décès des suites de thromboses rares survenues après une vaccination à l’AstraZeneca –, et de décès pour lesquels le lien avec la vaccination n’a pas été confirmé. Ce qui amène à une addition absurde et donc au chiffre fantaisiste de « près de 1000 morts potentiellement liés à la vaccination anti-Covid ».

C'est exact, sauf qu'il a pris la précaution d'ajouter "potentiellement liés", ce dont vous ne faites aucun cas. Le billet de Mucchielli est certes à charge, mais n'a rien de malhonnête pour autant. Les articles de Médiapart, nombre d'entre nous les lisent et les trouvent aussi sans cesse "à charge"... et des centaines de commentaires n'ont de cesse de vous le dire, sans que vous ne daigniez jamais engager un dialogue. De plus, vous n'avez jamais répondu aux questions qui fâchent (voir en dessous), comme l'ensemble de la presse mainstream, et depuis le début !

Si c'est pas ce qu'on appelle "à charge" !

...

PS : quelques questions qui fâchent, alors...

1/ quid d'interdire aux gens de se soigner, en les confinant chez eux sans leur donner le simple droit d'agir sur leur destin, d'essayer... et ce à une époque où aucun traitement n'était en vue ?

2/ quid (à la même époque) d'interdire aux médecins de tenter de soigner, et de les forcer à obliger les gens à s'isoler chez eux pour ne pas contaminer les autres, comme au temps de la peste (et ce soi-disant en guise de thérapie) ?

3/ quid de l'étude Recovery, sur laquelle tout le monde s'accorde à ne dire que du bien depuis le début, alors que a/ le protocole Raoult a été zappé de cet essai qui ne testaient que l'HCQ sans l'Azithromicine ; b/ ladite molécule a été donné en phase tardive contrairement à ce que prônait Raoult ; c/ on a donné 4 fois le dose d'HCQ qu'il préconisait (à l'échelle, une prescription de 12 gramme de doliprane est potentiellement mortelle).

4/ on pourrait aussi parler des tests, prônés par Raoult dès le début et vilipendés à l'époque par le gouvernement et la presse, jusqu'à ce que le monde entier s'y mette... ou des variants, prônés eux aussi par Raoult des mois avant que le gouvernement, la presse française et le monde entier ne s'y mette ?

Je m'arrête là.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.