Histoire du néo-féminisme (les origines)

Une photo étrange aurait été prise il y a un moment depuis un avion survolant le désert de Jordanie. A même le sol on distingue une sorte d'empreinte qui évoque vaguement un homme avec une croix en travers, mais le tout à une échelle démesurée. Intrigué par le cliché, un équipage de chercheurs aurait décidé de se rendre sur les lieux pour tirer les choses au clair. Arrivé sur place leur idée est confirmée : l'empreinte est bel et bien celle d'un homme, mais qui aurait été littéralement aplati par une force inouïe, comme si son propre volume corporel, telle une boule de pâte à pizza, avait été étalé par un gigantesque rouleau à pâtisserie !

Troublé, nos chercheurs décident d'enquêter, et assez vite se trouvent en présence de témoignages concordants : nombre de gens auraient en effet vu un homme portant une croix, s'éloignant vers le désert d'un pas pesant. Certains même ajoutent l'avoir entendu maugréer une litanie de jurons ininterrompus. Troublant, mais peut-on se fier à tous les témoignages ? Poursuivons. L'homme aurait alors croisé sur sa route quelque chose de monstrueux, et le choc aurait été d'une violence effroyable (les clichés montrent d'ailleurs le sable tassé sur une très grande largeur, ce qui suggère une masse impressionnante en mouvement).

Titillés par la curiosité, nos intrépides chercheurs décident d'aller au bout des choses, affrètent un avion et s'envolent vers le lieu de toutes les interrogations. Leur avion suit maintenant la trace rectiligne imprimée sur le sable par la masse en mouvement. Et soudain, un gigantesque nuage de poussière et de sable se déploie devant leurs yeux. La chose est forcément dessous ! Ils réfléchissent de concert puis décident de dépasser le nuage et de se poser plus loin, à distance respectable, et bien sur le côté par rapport à la trajectoire de la chose. Une fois atterri, l'équipe s'arme de jumelles ou d'appareils-photos. L'attente commence...

A un moment, le centre de l'horizon devient flouté, puis lentement le nuage apparaît et prend forme. Il enfle, grossit, et soudain c'est là : démesuré, vertigineux, incommensurable. Une nuée incandescente de Grandes Prêtresses au galop, hurlant à pleins poumons des slogans néo-féministes ! Les hommes sont saisis d'effroi. Le spectacle est terrifiant. Le doute n'est plus possible, il ne peut s'agir que de la Grande Divinité "Nous-Les-Femmes" elle-même, incarnée en horde sauvage afin de propager telle la foudre la très sainte parole !

Tel est du moins le récit qu'on peut s'en faire, tout document susceptible d'étayer la chose ayant hélas été détruit. D'après nos sources, l'hypothèse la plus probable est que, prenant conscience que nulle femme n'appartenait au groupe, la horde n'ait légèrement modifié sa trajectoire. Bref, tout le monde fut aplati. Le Livre ne s’attarde pas trop sur ce détail. En fait, le récit s'organise plutôt autour de la façon dont le relai fut brillamment passé entre Christianisme et Culte de la Néo-Féminité. Il y est néanmoins brièvement fait mention dans un chapitre, qui l'identifiera comme le "Premier Grand Aplatissement".


J'ai trouvé intéressant de faire part au grand public de ces événements concernant la genèse du Livre, maintenant que la religion est solidement établie, et que nul négationnisme ne pourrait entraver sa démarche libératoire. Le récit m'a en fait été relaté par une autre équipe d'aviateurs, partis eux brutalement aux Seychelles immédiatement après être passés au dessus de ce que Le Livrenommera plus tard "Second Grand Aplatissement" (lequel nul doute sera sujet à controverses chez les théologiens des siècles futurs), que je vous relaterai dans un futur proche.


Notes diverses :

-On rapporte par ailleurs différentes histoires du même genre et au même moment dans diverses régions du globe. La divinité aurait-elle le don d'ubiquité ? Serait-ce là le premier d'une longue série de miracles ?

-Certaines sources notent avec perspicacité que Caroline de Haas se tait depuis les événements. Se murmure même qu'afin d'accueillir la Divinité, elle préparerait une intervention de très haute tenue spirituelle. Deux miracles de plus ?



PS : "On fait la leçon au monde et on fait croire aux français qu'ils ont de la chance d'habiter le pays de la liberté"

C'est comme la révolution de 89 qui a accouché des droits de l'homme, dont on se sert aujourd'hui comme s'il était question d'identité nationale alors qu'ils ne sont évidemment en rien appliqués. On fait pareil avec mai 68 : on a récupéré la liberté sexuelle (dont on ne voulait pas à l'époque) pour en faire l'étendard de notre mode de vie (celui que le monde nous envie, dit la pub), et le néo-féminisme participe de cette récupération, il en est l'idiot utile. 

La révolution sexuelle, c'est il y a 40 ans qu'elle a eu lieu, quand avec la pilule et l'IVG, on a libéré la femme de la maternité non désirée et lui a ainsi donné l'égalité avec les hommes devant le sexe, pas dans les slogans neu-neu d'aujourd'hui.

Le progrès qu'on nous vend est aujourd'hui mesuré en terme de liberté sexuelle, et c'est en ces termes qu'on fait la leçon au monde (drague, lgtb etc) pour dire l'échelle de liberté, la mesure du progrès psychologique, l'Occident à la pointe du progrès social. Vous n'avez pas vu les images répétées des couples qui dansaient sur l'écran géant de la tour Eiffel lors du feu d'artifice du 14 juillet ? C'est ça le progrès, l'art de vivre "à la française", destiné à être vu dans le monde entier ! (et pendant ce temps, les mômes apprennent la sexualité dans les sites pornos, voilà pour le progrès, mais ça, c'est pas sur la tour Eiffel)

Et s'il faut utiliser autre chose la prochaine fois, ils utiliseront autre chose : ils s'en foutent bien du féminisme. Et tout ça pour les marchands, la mondialisation etc...

Et les gens y croient vraiment, ils ne connaissent rien de ce qu'il se passe ailleurs et font confiance à cette pub, persuadé de vivre dans un pays à la pointe du progrès et de la liberté, et donc mieux qu'ailleurs. Ensuite on leur fait gober n'importe quoi...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.