Au Cameroun, l'Ambassadeur US confond lutte idéologique et lutte constructive

Le 18 mai dernier, à la suite d’un entretien avec le Président de la République Paul Biya, l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun Peter Henry Barlerin a accordé une interview qui a fait couler beaucoup d’encre.

Dans cette interview, Monsieur Barlerin a émis de nombreuses critiques envers le Président de la République du Cameroun et envers son gouvernement, concernant la gestion de la crise dite anglophone. Cet entretien était une critique au vitriol du Président Paul Biya. Tout en critiquant le Chef de lEtat sur son âge, il la invité à ne pas se représenter pour un nouveau mandat.

Bien que ce ne soit pas adroit du point de vue diplomatique, un ambassadeur peut émettre des critiques envers un Président. Toutefois, en lespèce, ce nest pas tant le fait quil ait critiqué le Président qui pose problème. Le problème cest quil le fasse dans le contexte particulier que traverse le pays en ce moment. En critiquant le Président alors que sa propre administration a encore félicité Paul Biya pour son nouveau mandat il y a quelques jours, l'Ambassadeur Etats-Unien vient d'affaiblir sa propre influence dans la zone CEMAC. En voulant affaiblir Biya, en luttant seul et ouvertement contre Paul Biya, M. Barlerin a donné plus de force et de courage aux séparatistes anglophones... Ceux-là même qui ont tué un américain la semaine dernière et qui ont enlevé 79 gosses dans une école il y a aussi quelques jours.

Lambassadeur des Etats-Unis a également accusé le gouvernement camerounais de mener des «assassinats ciblés» en zone anglophone et dautres violations des Droits de lHomme. Ces affirmations ont dailleurs été relayées dans plusieurs médias dont des médias internationaux tels BBC et ont contribué à écorner davantage limage du Cameroun sur la scène internationale. Drôle quand on sait que les Etats-Unis sont la première puissance mondiale à mener de pareilles opérations. Mais le terrorisme qui sévit contre les camerounais serait-il moins important que le terrorisme qui tue des américains ? La vie des africains ne vaut-elle pas d'être respectée aux yeux de M. Barlerin ?

Au vu de tous ces éléments, force est de contester que ces propos ont mis le feu aux poudres et ont contribué à saper dans une certaine mesure les efforts de paix du gouvernement dans la zone anglophone en radicalisant un peu plus les terroristes sécessionnistes. Espérons à présent que M. Barlerin remette les pieds sur terre. Espérons qu'il se mette à critiquer de manière constructive le gouvernement Biya, et non de manière idéologique. Là est toute la différence ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.