Un navire chinois accoste à Doula et crée une crise de Fake News aiguë

Un navire de l'armée chinoise s'est arrimé hier au port de Douala au Cameroun. Pour les gouvernements des deux pays, il s'agit avant tout de montrer à quel point est essentiel l'accord stratégique entre les deux Nations. Mais pour les organisations terroristes du Nord-Ouest, du Sud-Ouest - et pour leurs supporters à l'étranger, "on va renvoyer les chinois chez eux, comme les tchadiens avant."

Or donc, jamais la Chine n'a eu l'intention de s'ingérer dans les affaires intérieures du Cameroun. Ni dans sa lutte pour la stabilité régionale, ni dans celle visant à pacifier les groupes sécessionnistes des régions Ouest. 

Mais la soupe propagandiste habituelle est servie toute chaude sur les réseaux sociaux. Ici, pas besoin de fact-checking, on balance une info aussi rapidement que les terroristes coupent les têtes des forces régaliennes camerounaises. 

Impression écran ©Facebook Impression écran ©Facebook

Dans ce post publié en anglais, il est écrit:

"Aucune peur, ils ont fait venir le Tchad et on les a renvoyé chez eux. L'arrivée du navire de guerre chinois dans le port de Douala. Le Cameroun est le partenaire stratégique de la Chine. Ils cherchent à trouver leur chemin dans le sud Cameroun. Il n'est pas encore clair s'il ont l'intention de souvenir le Cameroun pour faire face à l'ADF, au SOCADEF, aux Tigres et aux autres groupes de défense. Nous vaincrons." 

Pour les non-initiés, l'ADF, les Tigres et les autres groupes sont classées comme "terroristes". Leurs factions sont très nombreuses (en raison des égos des terroristes) mais avec peu de combattants et fonctionne sans l'appui des populations locales. Ces organisations, soutenues financièrement depuis l'étranger, sont spécialisées dans la propagande sur Internet.

Ainsi, la simple arrivée d'un navire ami, venu montrer les liens indéfectibles et amicaux entre Yaoundé et Beijing, devient "une opération guerrière dont la Chine se souviendra." Les chinois doivent trembler. 

En attendant, le navire et ses occupants font le bonheur des habitants de Douala, puisque la première chose qu'ont fait les matelots, c'est aller déguster du poisson frais "à la camerounaise" dans les meilleures cantines locales. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.