Le 8 novembre je devais aller chercher une amie gare de l'Est. Le train est très en retard, j'attends plusieurs heures. Pendant tout ce temps, j'ai largement le temps d'interroger le personnel de la SNCF, la réponse invariable de l'ensemble du personnel d'accueil présent est qu'un train a heurté un sanglier et que le retard est prévu pour une durée indéterminée.
Au moment de l'arrivée du train gare de l'Est, surprise, une annonce au micro précise que le train a été victime d'un sabotage. Le personnel (le même personnel qui communiquait qqs minutes avant sur un sanglier) explique alors à l'arrivée du train que s'agissant d'un sabotage, les passagers ne seraient pas indemnisés. Quelques jours plus tard, Coupat et ses acolytes étaient arrêtés.
J'ignore quelle est la bonne explication entre le sanglier et les sabotages, à moins que la réalité soit ailleurs mais, cela illustre à quel point on peut nous raconter n'importe quoi sans possibilité de vérifier. D'un autre coté je me dis que la version du sabotage est un peu facile car elle permet à la SNCF de dégager sa responsabilité et accessoirement de ne pas indemniser les passagers. Le 8 novembre, gare de l'Est, cela correspond à l'inculpation de Coupat qui aurait été aperçu près des lignes du TGV la veille, le 7 novembre et si c'est bien un accident avec un sanglier dont il s'agit, il est probable que Coupat n'y soit pour rien...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.